EtrangerPolitique

Dossier Katumbi: l’avocat Eric Dupont-Moretti veut «faire du bruit pour que l’État n’aille pas trop loin»

Eric Dupont-Moretti est ce qu’on peut appeler une star du barreau français. Gouailleur, bosseur et médiatique, l’avocat défend pour l’instant, notamment, Benzema, la star du club de foot du Real Madrid. Il vient aussi de faire son entrée dans l’équipe de défense de Moïse Katumbi, l’ex-gouverneur du Katanga, candidat déclaré à la prochaine présidentielle en RD-Congo, poursuivi pour avoir recruté des mercenaires.
«Procès politique», clame le clan Katumbi. Eric Dupont-Moretti, alias EDM ou, plus significatif, Acquitator, ne dit rien d’autres. «Ce n’est pas moi qui le dis. Ce sont de nombreuses ONG qui ont déclaré qu’il s’agissait d’un procès politique», lance-t-il de sa voix éraillée, avant d’ajouter: «C’est une bonne base de départ. Ensuite, on peut quand même être surpris par certaines concomitances de dates entre ce qu’il a dit ou fait et certains reproches qui lui sont adressés».
Acquitator est déjà dans le dossier mais moins comme un avocat «traditionnel» que comme un «relais». «Je viens de parler avec Monsieur Katumbi, ce qu’il demande, évidemment, c’est un procès équitable et il appelle les observateurs internationaux à venir assister à cet éventuel procès. Vous connaissez beaucoup de droits communs qui en appellent aux observateurs internationaux. En général, ils préfèrent les éviter».
Ira-t-il sur place pour défendre Moïse Katumbi? «Tout va dépendre de l’évolution du dossier. Si demain -mercredi 11 mai-, il est rétabli dans ses droits, je ne me rendrai pas en RD-Congo. S’il devait y avoir procès, ce serait différent. Il craint vraiment que les autorités tentent de le transférer à Kinshasa. C’est une situation insupportable».
Et l’avocat d’insister sur ce rôle de relais. «Quand vous êtes avocat, vous ne pouvez être efficace que dans une justice qui est une vraie justice. S’il s’agit par contre du fait du prince, vous êtes impuissant parce que le scénario est écrit à l’avance. Dans ce contexte, il faut pouvoir faire du bruit autour de ce dossier, déjà pour que le pouvoir n’ose pas aller trop loin, ensuite pour aller frapper à toutes les portes de l’ONU à la Cour internationale de justice. Monsieur Katumbi est un homme imminent populaire. Comme tout le monde, j’ai vu les images de son arrivée au Parquet de Lubumbashi ce lundi, accompagné par une foule indescriptible. Il est aussi très charismatique. Bref, le profil qui peut faire peur à ceux qui sont en face de lui. Des personnes qui peuvent être tentés par certains comportements surtout quand on est dans un pays qui n’est pas une démocratie modèle».
Hubert Leclercq
www.lalibre.be
Mis à jour le mardi 10 mai 2016 à 20h40

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer