Dossier à la UneDossier spécial électionsPolitique

Usurpation d’AAB : Balamage fâché contre la CENI

Dans une lettre adressée au président de la Commission électorale nationale indépendante -CENI-, Denis Kadima, le 27 juillet 2022, le député Boniface Balamage, chargé par le collège des présidents du regroupement politique Action alternative pour bien-être et le changement -AAB-, a dénoncé orbi et urbi les usurpateurs lors de la réunion des responsables des partis et regroupements politiques organisées par la CENI.

«Il nous revient par votre correspondance n°180/CENI-RDC/Cab-Prés/2022 du 04 avril 2022, que votre institution traite avec un groupe de personnes sans titres ni qualités au nom et pour le compte du regroupement politique AAB. Je me fais donc le devoir de vous informer que le regroupement politique AAB est une organisation bien structurée. Seul son président statutaire et légitime, l’honorable Balamage N’Kolo Boniface, sur mandat du collège des présidents, l’engage devant les organes étatiques et les tiers et ce, conformément aux dispositions pertinentes des articles 13 et 16 de ses statuts ainsi que le Procès-verbal de la session ordinaire du collège des présidents des partis politiques membres du regroupement précité du 09 juin 2022», a écrit Boniface Balamage au président de la CENI.

Puis, «c’est cette structure qui est dûment reconnue, depuis, par le Secrétariat général du ministère de l’Intérieur chargé des partis politiques». Et de conclure: «agissant de cette manière, vous ne ferez qu’exacerber la méfiance et les craintes que l’Opposition et la Société civile expriment face à votre partialité à la suite des difficultés congénitales, de la CENI que vous dirigez».

Par cette lettre dont le président du CSAC, le Secrétaire général au ministère de l’Intérieur chargé des partis politiques, le président de la Cellule de crise du FCC ainsi que des présidents et secrétaires généraux des partis politiques membres du regroupement politique AAB sont ampliateurs, Boniface Balamage a fait la dénonciation des usurpateurs. L’occasion faisant le larron, il a tiré l’attention du président de la CENI sur le fait que continuer de cette manière confirme clairement la partialité que ne cessent de dénoncer la Société civile et l’Opposition dans le chef de la CENI.

Dorian KISIMBA

Articles similaires

Fermer
Fermer