Société

Save The Children rappelle que l’école doit être un lieu sûr où les enfants doivent être protégés de toute forme de violence et d’attaques armées

Kinshasa, 10 septembre 2020:  La République démocratique du Congo est touchée par des crises humanitaires longues et complexes,  occasionnant  des  déplacements  massifs  des  populations  ainsi  que  des  destructions, occupations et pillage des établissements scolaires par des forces et groupes armés, mettant ainsi en difficulté l’accès à l’éducation des milliers d’enfants. Le monde entier célèbre la Journée internationale pour la protection de l’éducation contre les attaques. Cette journée souligne la situation critique de plus de 75 millions d’enfants et de jeunes de 3 à 18 ans vivant dans 35 pays touchés par les conflits armés. Cette journée met en avant les conséquences des violences permanentes sur les enfants et leur capacité à accéder à l’éducation. «Les conséquences d’une telle situation nécessitent une attention particulière au-delà des besoins des apprenants, dont les établissements ont par ailleurs été temporairement fermés en raison de la pandémie de Covid-19». «Nous sommes très préoccupés par l’augmentation des cas des attaques contre les écoles et les élèves depuis le début de cette année, particulièrement au Nord-Kivu et en Ituri. Nous rappelons que l’école devrait être un lieu sûr où les enfants sont protégés contre toutes formes de menaces ou d’attaques durant les conflits. Nous appelons toutes les parties au conflits armés au respect des six lignes directrices inscrites dans la Déclaration sur la protection et la sécurité des écoles», a déclaré Malik Allaouna, directeur-pays de Save the Children en République démocratique du Congo.

«Depuis le début de cette année, Save The Children et ses partenaires ont observé des attaques ciblées contre les écoles et les enfants, occasionnant des destructions des établissements scolaires, des pillages des biens par les groupes et forces armés, couplés à des vols de manuels et biens scolaires à l’Est de la République démocratique du Congo», a ajouté Béatrice Coly, responsable du département de plaidoyer de communication et de campagne de Save the Children en République démocratique du Congo. «Les attaques des groupes armés nous ont perturbé, nous avons fui avec ma famille. Ma petite sœur a perdu une de ses amies, décédée alors qu’elle prenait la fuite par peur des groupes armés. Je voudrais que nos autorités terminent la guerre en Ituri pour que nous puissions étudier dans de bonnes conditions»,  plaide Zawadi, 15 ans, élève de 8ème. Kiaviro, 10 ans, élève de 4ème, déclare: «les assaillants ont attaqué, pillé et incendié mon école et  des maisons. Nous avons fui dans la brousse pendant 2 jours où on ne mangeait que de la canne à sucre. J’ai perdu mes habits et cahiers. Je n’aime pas le conflit. A cause de ce conflit, nous avons quitté notre maison pour aller nous refugier dans la forêt. Nous mangeons une fois par jour. Mes parents ne peuvent plus travailler aux champs. Nos volailles et chèvres ont été emportés par les inconnus. Je n’aime pas la guerre». Save the Children salue les efforts du gouvernement de la République démocratique du Congo pour la protection des écoles et invite les autorités à:

-renforcer  les  dispositifs  visant  à  la  protection  des  écoles  et  des  élèves  tout  en assurant la continuité de l’éducation durant les conflits;

-offrir aux élèves de la République démocratique du Congo des meilleures conditions d’apprentissage scolaire en assurant des mesures d’hygiène pour mieux lutter contre la pandémie de Covid-19 et assurer la rentrée scolaire 2020-2021;

-réhabiliter et/ou construire les infrastructures scolaires ciblées et détruites lors des attaques.

Save The Children met en place un projet de protection des enfants en situation de conflit dans la province du Nord-Kivu. Ce projet vise à faire entendre la voix des enfants en situation des conflits à travers des actions de plaidoyer mais aussi la protection des écoles à travers des sessions de sensibilisation des forces et groupes armés pour le respect strict de la Déclaration sur la protection des écoles -SSD. Save the Children appuie également le projet REALISE qui s’emploie à améliorer l’accès à l’éducation des filles dans la province de l’Ituri affectée par les conflits. Pour sa campagne «Save Our Education», l’organisation plaide pour un maintien de l’apprentissage, un  retour  à  l’école en toute sécurité, une  prise  en compte des enfants les plus vulnérables et la protection de l’éducation contre les attaques. 

Pour plus d’informations, veuillez contacter:

-Beatrice Coly, Responsable du Département de plaidoyer, communication et campagne

[email protected]

-Christian Mutombo, Chargé de communication

[email protected]

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer