Société

L’ONG CANACU pour une cohabitation harmonieuse entre homme et femme

L’ONG et la troupe théâtrale Communauté des amis de la nature et de la culture -CANACU- poursuit, sur terrain, le travail des coordinations territoriales dans les sept territoires, dans les nouvelles provinces de Kwilu et Kwango, notamment à Bagata, Idiofa, Masimanimba, Bandundu, Kikwit, Kenge et Popokabaka. Ces coordinations constituent des espaces de partage d’expériences avec tous les partenaires de la composante «Une», sous les auspices de la Division de la famille, femme et enfant, dans l’ex-province de Bandundu démembrée.
Ces différentes coordinations tiennent des réunions d’évaluation une fois le mois et font régulièrement des activités sur le monitoring et la collecte des données sur les violences basées sur le genre.
Cette initiative est une suite logique d’une vaste campagne de sensibilisation menée depuis plus ou moins une année, avec des spectacles de théâtre forum et des échanges fructueux, dans les sept territoires précités. Cette campagne est revenue également sur la sensibilisation à la communication des acteurs communautaires pour le changement des normes sociales pour favoriser une nouvelles «relation homme et femme».
A travers cette campagne, la CANACU a voulu également favoriser le changement des comportements et surtout conscientiser toutes les couches sociales pour «une cohabitation harmonieuse entre homme et femme, à l’abri des influences coutumières». En effet, après la campagne, 25 troupes locales et 25 groupes de discussions ont été formés.
En décembre dernier, l’ASBL Arts en actions s’est associée au projet en organisant des sessions de formation et de renforcement des capacités sur le théâtre participatif aux 25 troupes locales et 25 autres groupes de discussions. Animée par l’artiste comédien, chorégraphe et formateur Don Tshibanda, directeur de la Compagnie Sauti ya Ngoma ya Afrika, Sango’a, cette formation a permis aux bénéficiaires d’être encore plus efficaces sur terrain.
Faisant le bilan de la campagne de sensibilisation sur les violences basées sur le genre, Damien Bungu, coordonnateur provincial de CANACU, estime que cette vaste campagne sur le mariage précoce et le non enregistrement de mariage à l’état-civil a récoltée un franc succès et recueillis plusieurs témoignages. Il se réjouit du fait que «par rapport aux comportements constatés dans différents foyers et communautés, les organisateurs estiment que le message est bien passé. Ce n’était pas facile mais les gens ont bien compris».
Cette campagne consistait à mobiliser la société à travers des productions des théâtres communautaires par des troupes locales, pour ensuite organiser des discussions et débats au sein de la communauté sur des sujets traités. La campagne était appuyée par l’UNICEF et l’Union européenne, dans le cadre du programme «Femme Homme, progressons ensemble». Ce programme visait à aider le gouvernement RD-congolais ainsi que les communautés locales à adopter une nouvelle approche dans les relations hommes-femmes.
Christian BUTSILA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer