Société

Kinshasa: la population se plaint d’un problème d’électricité à deux jours du démarrages des IXèmes Jeux de la Francophonie

C’est une situation suffisamment désagréable que vivent les populations à Kinshasa, capitale de la RD-Congo, à cause des délestages incessants. Les Kinois, particulièrement ceux du district de la Funa, ne savent plus sur quels pieds danser. A deux jours du coup d’envoi des IXèmes Jeux de la Francophonie prévus du 28 juillet au 6 août 2023 à Kinshasa, les coupures intempestives rythment leur quotidien et la Société nationale d’électricité -SNEL- ne prend aucune disposition pour pallier cette difficulté dont l’impact est réel dans la vie des citoyens.

La question que la population se pose est de savoir si elle va continuer de vivre dans des telles conditions pendant le déroulement de ces Jeux. «Les Jeux de la Francophonie approchent. Comment allons-nous suivre cet événement sans électricité», s’est interrogée une maman trouvée au marché Mawanga, à la commune de Makala. Puis: «C’est déplorable! Imaginez-vous, ma fille a fait le marché de plus d’un mois et elle a rempli notre congélateur. Quelques heures après, l’électricité a été coupée pour ne revenir que sept jours après. Je vous dis tout a pourri et nous avons été contraints de tout verser dans la poubelle».

Et une dame d’ajouter: «que pouvons-nous faire d’autres? C’est regrettable mais nous devons apprendre à vivre malgré les coupures intempestives d’électricité. Nous ne savons plus quoi faire et auprès de qui nous plaindre. La SNEL nous rend la vie tellement difficile que même nos enfants qui sont à l’Université n’arrivent pas à réviser leurs leçons. Les petites bougies que nous achetons chaque soir ne sont pas suffisantes pour éclairer tous les coins de la maison et, par conséquent, les bons résultats ne suivent pas», a-t-elle vociféré.

Récemment, le Président Félix-Antoine Tshisekedi a déploré les multiples dégâts causés aux ménages surtout démunis par ces désagréments. À cette occasion, il avait obligé, au mois de mars dernier, la SNEL de prévenir ses abonnés sur les coupures du courant et défaillances techniques. Malheureusement, c’est n’est pas ce qui est en train de se faire. Le courant électrique est pourtant au centre du développement. Tous les secteurs d’activité ont besoin de cette énergie pour plus de rentabilité. Les ménages aussi, au moment où les conditions de vie des populations deviennent de plus en plus rudes.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page