Kinshasa: bientôt la fermeture des usines de fabrication des sachets

0

L’annonce est faite par le gouverneur de la ville de Kinshasa. Le week-end dernier, à la faveur d’un échange avec les bourgmestres et les chefs des quartiers à l’Hôtel de ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka a renseigné avoir déjà entrepris des démarches au niveau du gouvernement central pour la fermeture des usines qui fabriquent des sachets plastiques à Kinshasa. A l’en croire, il sera, en effet, question d’interdire l’utilisation des sachets comme  emballages dans les différentes transactions, ainsi que   la production d’eau en sachet.

«J’ai remarqué que le sachet est utilisé comme emballage pour des arachides, pains, bref de beaucoup de produits alimentaires. Alors qu’auparavant, ces produits étaient vendus dans du papier. Ce qui n’est plus le cas aujourd’hui», s’est-il remémoré. Cette décision a été approuvée à l’unanimité, et Gentiny Ngobila espère, dans un premier temps, limiter la consommation des sachets pour la réussite de l’opération Kinshasa bopeto.

Au cours de cet entretien, pour la troisième fois depuis son avènement à la tête de la ville de Kinshasa, le Gouverneur Ngobila a donné la rétrocession aux communes. Il a rappelé que le payement de la rétrocession est fonction de l’octroi de la rétrocession de Kinshasa par le gouvernement central.   Dans ce sens, les communes doivent aussi rétrocéder quelque chose aux chefs des quartiers.

A cette occasion, le gouverneur de Kinshasa a aussi déclaré que le gouvernement central a accédé à sa requête d’octroyer à la ville, la somme d’USD 1 million qui revenait au Bureau central de coordination -BCECO- pour la prise en charge des ONG œuvrant dans l’assainissement de la ville. «Mais jusque là, ce n’est pas encore chose faite», a-t-il indiqué. Néanmoins, il a rassuré qu’une fois l’argent débloqué par le ministre des Finances, il se ferait le devoir d’assurer la prise en charge de l’assainissement dans les communes. Gentiny Ngobila a, par ailleurs, invité les communes à établir des partenariats avec les ONG locales pour une gestion efficiente des déchets dans leurs juridictions respectives.

Concernant la salubrité, le gouverneur a encouragé les bourgmestres qui l’ont agréablement surpris ces derniers temps par leurs initiatives,  à poursuivre sur cette lancée.

L’occasion aussi pour le premier citoyen de la ville de féliciter les bourgmestres qui ont mis la propreté sur les grandes artères, selon ses instructions,  en prévision de la visite d’inspection du Président de la République à travers la capitale. Le gouverneur de la ville de Kinshasa a prêté une attention particulière aux bourgmestres adjoints assumant désormais l’intérim de leurs titulaires.

«Vous avez là l’opportunité de montrer de quoi vous êtes capables», a-t-il soufflé. L’autre retombée de cette réunion, c’est l’annonce du renforcement des capacités des bourgmestres et chefs des quartiers, dans un avenir proche, pour en faire des officiers de police judiciaire à compétence restreinte. Ceux-ci seront outillés dans l’application des pénalités conformément aux édits sur la salubrité et les nuisances sonores.

A ce propos, le numéro 1 de la ville a apprécié les efforts consentis par les autorités municipales et les a invitées à éliminer les poches de résistance constatées ici et là. Gentiny Ngobila Mbaka a appelé à la mobilisation tout azimut, la salubrité devant être le maitre-mot.

Il a annoncé son voyage pour l’Allemagne pour conclure des partenariats utiles pour la ville. «Cependant, je ferai le suivi au loin. Mon ambition est de doter les communes des engins pour une prise en charge rationnelle des immondices. D’ailleurs, un lot arrive bientôt dans la capitale», a-t-il conclu.

Une sévère mise en garde a été adressée au bourgmestre de la commune de Kinshasa, Rossy Kiwa, quant à la résurgence des marchés pirates de kato, itaga, lowa et de marais.

Une manière de dire que la guerre contre les marchés pirates doit continuer pour faciliter la circulation des véhicules et des personnes sur ces avenues. Préoccupé par les résultats et le marché central étant l’une de ses priorités dans l’assainissement, Gentiny Ngobila Mbaka est descendu dans ce haut lieu de négoce pour s’assurer que ses instructions sont suivies à la lettre. Accompagné de quelques ministres provinciaux notamment le ministre a.i de l’intérieur et ministre de l’environnement, Didier Tenge te litho, du ministre près le gouverneur, Charles Mbuta Muntu, de la Commissaire générale du genre et affaires sociales, Laetitia Bena Kabamba, du ministre des finances, Jean Ngoy Mvuzi, du ministre de l’habitat et  affaires foncières, Sam Leka auxquels se sont joint plusieurs membres de son cabinet ainsi que  l’administrateur général du marché, André Bompili.

De l’avenue Rwakadingi à son croisement avec l’avenue Bokassa jusqu’au niveau des avenues Kato, Luvua, l’autorité urbaine s’est rendue compte de la réalité plutôt des défis à absolument vaincre pour un marché central assaini et modernisé.

Olitho KAHUNGU