ActualitésSociété

Kinshasa: La route Kimwenza coupée en deux au niveau du quartier Ngansele

L’accès demeure difficile dans le quartier Kindele et dans la mission catholique Kimwenza, dans la commune de Mont-Ngafula. Et pour cause, la route qui mène ces entités est coupée en deux par une grande érosion au niveau du quartier Ngansele, précisément entre les arrêts 7 Km et Kasaï. L’état de cette voie d’intérêt communal a bouleversé le mode de vie de la population de cette partie de la ville de Kinshasa. Les cris d’alarmes des habitants de ce coin de la capitale RD-congolaise sont restés lettre morte. Missionnaires catholiques, maraichers, étudiants, élèves et autres populations ne savent plus à quel saint se vouer pour mettre fin à la montée en flèche de cette érosion qui a emporté toute la chaussée et les habitations situées sur son parcours. «Nous sommes fatigués par des promesses du gouvernement. Chaque fois, on nous rassure que des travaux seront réalisés pour freiner l’élan de cette érosion. Le ravin ne fait que progresser. Toutes les autorités ne viennent que pour faire le constat. Et après, rien n’est fait», a déclaré un habitant du coin trouvé à la tête de l’érosion. A part des maisons, églises et autres bâtisses emportées, l’érosionmenace déjà le complexe scolaire Mbundu Songa. Selon Elie Kamanda, un habitant du quartier, le manque de canalisation des eaux des pluies dans cette partie de la commune de Mont-Ngafula située sur un relief en pente, est la cause principale de cette érosion. «A chaque fois qu’il pleut, la route ne fait que se dégrader. Toutes les autorités compétentes ne se soucient même pas de la dégradation de cette route. En réalité, c’est cette situation alarmante qui est à la base du blocage de toutes les activités commerciales de ce coin», a fait savoir Elie Kamanda. Pour lui, la montée en flèche de cette érosion a emporté même les poteaux de la SNEL et les tuyaux de la Regideso. «Ici, toute la population recourt à l’eau de la source et de forage», a-t-il souligné. Un tour dans les alentours dans le quartier Ngansele suffit de comprendre le degré de dégâts causés par ce ravin. Nombreuses maisons d’habitation, églises et écoles sont emportées. Plusieurs personnes sont restées sans abris. Et tout cela continue de se passer sous la barbe du gouvernement central. Même le gouvernement provincial reste impuissant devant cette situation qui appelle une forte mobilisation des moyens.

Bénédicte MATONDO

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer