Société

La Fondation Probité éduque les femmes à la planification familiale, VIH/SIDA et les IST

A l’occasion de la clôture du mois de la femme, la Fondation Probité -FB- a organisé une conférence scientifique au centre de l’éducation à la vie dans la commune de Kinshasa. La manifestation a été axée sur la sensibilisation des jeunes femmes sur le VIH/SIDA, les infections sexuellement transmissibles -IST- et la pratique de la planification familiale. Les spécialistes ont expliqué aux femmes l’utilisation des méthodes contraceptives qui, selon eux, protègent toute la famille en prévenant les grossesses non-désirées. Ils ont, en outre, souligné que les contraceptifs ne protègent pas contre les IST et VIH /SIDA. Les experts ont réitéré que la fidélité, l’abstinence ou le préservatif sont nécessaires pour une protection maximale.
Les infections sexuellement transmissibles -IST- et la pratique de la planification familiale ont été au cœur de la journée scientifique organisée par la Fondation Probité. Pour sa part, Dr Serge Mutuale a expliqué les différentes méthodes contraceptives utilisées par les femmes et leurs désavantages, notamment les méthodes anciennes, naturelles et artificielles.
Comme méthodes anciennes figure la douche vaginale ou post-coïtale. Il s’agit ici de faire la douche vaginale après le rapport sexuel pour extraire les spermatozoïdes restants. «Cette pratique peut échouer parce qu’en mettant de l’eau dans le vagin à l’aide d’une poire, cela peut ou ne pas fonctionner. La femme peut tomber enceinte», a expliqué le médecin.
Dr Mutuale a ajouté une autre méthode ancienne: la coïte interrompue ou méthode de retrait -éjaculer en dehors de l’utérus. Pendant les préliminaires, l’homme et la femme sécrètent et, dans la sécrétion de l’homme, il peut y avoir les spermatozoïdes. Il y a toujours les risques de la grossesse.
La pertinence des méthodes de calendrier et de température
Parmi les méthodes naturelles, il existe l’abstinence périodique ou la méthode de calendrier. Il faut d’abord connaitre son cycle menstruel. «Cette méthode est compliquée pour les femmes ayant des cycles irréguliers», a prévenu le Dr Serge Mutuale.
En dehors de cette méthode, il y aussi la méthode de température -les femmes utilisent l’appareil de mesure de la température. Pour ce système, il faut toujours utiliser une seule voie. Il y a aussi les méthodes de l’allaitement maternelle, une femme qui allaite normalement ne tombera pas enceinte jusqu’à 6 mois. Concernant les contraceptions par méthodes artificielles, le docteur a évoqué les pilules, les implants, le stérilet et les injections.
Serge Mutuale a exhorté les femmes à toujours consulter un spécialiste avant d’utiliser une méthode contraceptive. Dr Nidés Boketshu, consultant gestionnaire clinique à l’Association pour la santé familiale -ASF- a souligné que les méthodes contraceptives ne protègent pas contre les IST mais, elles préviennent contre les grossesses non-désirées et préparent la venue d’autres enfants.
Abstinence, fidélité, usage du préservatif
Selon ce spécialiste, la planification familiale protège toute la famille. «Quand la femme donne naissance précocement, le premier sera sacrifié. Il ne pourra pas allaiter jusqu’à 3 ans comme prévu par la médecine. Cela a des inconvénients dans la vie de cet enfant», a dit le Dr Nides Boketshu. Et d’ajouter que chez la femme, la matrice est menacée parce qu’elle n’a pas eu le temps de revenir à la normale. «Quand on pratique la planification familiale, toute la famille est protégée», a-t-il fait savoir, tout en sensibilisant les adolescentes à la pratique de la planification familiale afin d’éviter la mortalité maternelle et infantile.
Par rapport à la protection contre les IST et les VIH/SIDA, Nidés Boketshu a signalé que la plupart des personnes affectées par le VIH/SIDA sont les jeunes adolescents. Il a sensibilisé les femmes à l’abstinence, à la fidélité ou à l’usage du préservatif. «Avant d’utiliser un préservatif, il faut d’abord vérifier la date de péremption et s’assurer de la présence du lubrifiant», a expliqué le docteur qui a conseillé de ne jamais couper le préservatif avec la dent, mais plutôt avec la main.
Le Dr Nidès Boketshu a appelé les femmes au dépistage volontaire. Par ailleurs, François Osodu, coordonnateur de la Fondation Probité a affirmé que cette journée a été organisée, dans l’optique de sensibiliser la femme sur les IST et le VIH/SIDA
Mymye MANDA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer