Société

Un enfant sur quatre manquera d’eau en 2040

Environ un enfant sur quatre à travers le monde vivra d’ici 2040 dans des régions où les ressources en eau seront rares, a mis en garde le Fonds des Nations unies pour l’enfance -UNICEF.
Près de 600 millions d’enfants vivront dans des zones avec des ressources en eau potable très limitées d’ici 20 ans, en raison de l’accroissement de la population et d’une demande en eau plus importante conjuguée aux effets du réchauffement climatique.
Plus de 36 pays font face actuellement à des difficultés d’approvisionnement en eau, selon le rapport. Plus de 800 enfants de moins de cinq ans meurent chaque jour de diarrhées contractées en raison d’un mauvais environnement sanitaire et d’un accès insuffisant à l’eau potable, note le rapport. Selon l’UNICEF, des conflits et la sécheresse font que l’eau manque dans des régions du Nigeria, de Somalie, du Soudan du Sud ou du Yémen, et 1,4 million d’enfants font face à un «risque de mort imminent», à cause de la famine.
L’agence onusienne estime que rien qu’en Ethiopie, 9 millions de personnes n’auront pas un accès approprié à l’eau potable en 2017. «L’eau est essentielle, sans elle il n’y a pas de croissance», indique Anthony Lake, directeur général de l’UNICEF. «Les enfants qui n’ont pas accès à l’eau potable risquent davantage de mourir en bas âge et, tout au long de leur enfance, de mourir de maladies causées par des bactéries transmises par l’eau, auxquelles leurs petits organismes sont moins résistants».

Un fléau touchant environ 156 millions d’enfants de moins de 5 ans

L’eau insalubre et le manque d’assainissement provoquent également des retards de croissance, signale encore l’UNICEF, un fléau qui touche environ 156 millions d’enfants de moins de cinq ans à l’heure actuelle. Parmi les recommandations pour limiter les impacts du changement climatique sur l’approvisionnement en eau, l’agence appelle les gouvernements à se pencher en priorité sur les problèmes d’approvisionnement en eau potable pour les communautés vulnérables. Dans un autre rapport, l’ONU souligne que recycler les eaux usées dans le monde, qui pour la plupart ne sont pas traitées, aiderait à résorber les problèmes de manque d’eau et à protéger l’environnement.
Les deux tiers des habitants de la planète, dont la moitié en Chine ou en Inde, vivent actuellement dans des zones mal approvisionnées en eau au moins un mois par an. Le programme des Nations unies pour l’environnement estime que la demande en eau augmentera de 50% d’ici 2030 en raison des besoins de l’industrie, de l’énergie et de l’accroissement de la population.
Kevina BALEKOMAPE

Articles similaires

Fermer
Fermer