Société

Antonio Guterres promet le soutien de l’ONU à l’UA

«Je veux travailler avec vous pour briser le cycle des conflits et de la violence déclenchés par la marginalisation et l’extrémisme violent. Vous avez été cohérent dans votre position contre les changements anticonstitutionnels de gouvernement et les principes de la bonne gouvernance. Vous pouvez compter sur l’ONU pour promouvoir la bonne gouvernance et prévenir l’extrémisme violent», a déclaré le nouveau patron de l’ONU
Si l’on peut retenir du Sommet de l’Union africaine d’Addis-Abeba, la passation de flambeau entre le Président sortant, le Tchadien Idriss Deby et son homologue guinéen Alpha Condé, il sied d’évoquer les propos encourageants et prometteurs du nouveau Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, aux dirigeants africains. Il s’agit du soutien sans faille de l’ONU aux actions menées par l’Union africaine -UA- en matière de démocratie en Afrique. «Vous pouvez compter sur l’ONU pour promouvoir la bonne gouvernance et prévenir l’extrémisme violent», a rassuré le nouveau patron de l’ONU.
La décision de réadmettre le Maroc comme Etat membre ainsi que le transfert pacifique du pouvoir en Gambie et le rôle joué par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest -CEDEAO- ont dominé, lundi 30 janvier 2017, la cérémonie d’ouverture du Sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba.
Le lundi 30 janvier, le Président guinéen Alpha Condé a pris les rênes de la présidence tournante de l’Union africaine -UA- au cours d’un sommet consacré à l’élection du nouveau Bureau de l’Union et du dirigeant de sa Commission basée à Addis-Abeba, capitale éthiopienne. Alpha Condé, qui a joué un rôle décisif dans la gestion de la récente transition politique en Gambie, a accédé à la présidence du 28ème Sommet de l’UA consacré à des discussions sur la jeunesse et aux mesures nécessaires pour promouvoir l’investissement dans cette jeunesse.
Ce sommet a lancé le thème de cette année: «Exploiter le dividende démocratique par des investissements dans la jeunesse».
Reconnaissance de nouveaux Présidents de la Gambie, du Ghana, de Sao Tomé-et- Principe et des Seychelles
Le Président Condé a donné le go des délibérations du Sommet en reconnaissant l’élection du Président gambien Adama Barrow, du nouveau Président ghanéen, Nana Akuffo Addo, du Président Ernesto Alvaros de Sao Tomé-et-Principe et du nouveau Président élu des Seychelles, James Alix Michel, rapporte PANA. Et de préciser que pendant ce temps, le Secrétaire général des Nations unies, le Portugais Antonio Guterres, qui a fait sa première apparition internationale à Addis-Abeba, a félicité les dirigeants africains pour leur quête de démocratie et de bonne gouvernance. «Je veux travailler avec vous pour briser le cycle des conflits et de la violence déclenchés par la marginalisation et l’extrémisme violent. Vous avez été cohérent dans votre position contre les changements anticonstitutionnels de gouvernement et les principes de la bonne gouvernance.
Vous pouvez compter sur l’ONU pour promouvoir la bonne gouvernance et prévenir l’extrémisme violent», a rassuré le nouveau patron de l’ONU. Dans cette perspective, Antonio Guterres s’est engagé à relever l’engagement entre l’ONU et l’UA à un niveau supérieur et à travailler avec les dirigeants africains pour faire pression en faveur d’un soutien financier et technique plus important pour le développement. Il a rappelé que la mise en œuvre de sa vision s’est déjà concrétisée avec la nomination d’Amina Mohamed du Kenya comme Secrétaire général adjoint de l’ONU. «Je vois plusieurs domaines pour hisser le niveau de notre partenariat stratégique», a-t-il promis.
Crise politique libyenne et réadmission du Maroc
De leur côté, les dirigeants africains se sont félicités de l’élection de Guterres, ancien Premier ministre portugais, qui, jusqu’à sa nomination à la tête de l’ONU, était au Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés -HCR. A l’ouverture du sommet, le Président sortant de l’UA, Idriss Deby, a informé les Chefs d’État des progrès réalisés dans les négociations visant à mettre fin à la crise politique en Libye, qui a été instable politiquement. «Nous avons pu nous relever, même si nous n’avons pas réussi à restaurer la stabilité en Libye.
Nous avons essayé de les aider à sortir de leurs défis actuels», a-t-il dit en demandant au SG de l’ONU de consulter les dirigeants africains sur une plate-forme d’engagement prioritaire et permanent. Le Sommet a pris la décision de la réadmission du Maroc au sein de l’UA, 33 ans après en avoir claqué la porte, et a engagé des discussions sur des investissements nécessaires pour aider les jeunes à créer des emplois et à lutter contre la pauvreté, et la création d’une zone de libre-échange unique pour l’Afrique, connue sous le nom de zone de libre échange continental -CFTA.
Transfert pacifique du pouvoir en Gambie
Pour sa part, le Président en exercice de l’UA et Président de la Guinée, Alpha Condé, a présenté à ce sommet un prix de reconnaissance à la Présidente de la CEDEAO, Ellen Johnson Sirleaf, avec des messages d’appréciation à l’UA et aux dirigeants de la CEDEAO pour avoir travaillé dans le transfert pacifique du pouvoir en Gambie après des années de dictature. «L’unité de notre continent a propulsé notre continent», a-t-il déclaré. Alpha Condé a beaucoup fait pour assurer le transfert pacifique du pouvoir en Gambie en convainquant personnellement l’ancien Président Yahya Jammeh de se retirer du pouvoir pour éviter au pays le bain de sang inutile. «L’Afrique est un État individuel et ses dirigeants sont capables de parler d’une seule voix. Plus nous sommes forts, plus nous serons entendus dans le monde entier. Nous avons démontré sous notre président sortant, le Président Idriss Deby, que nous ne pouvons pas être indifférents», a souligné Alpha Condé dans son discours en tant que président de l’UA.
Octave MUKENDI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer