Société

Adèle Degbalase lance 4 children

«Notre vision finale est d’apporter solution aux problèmes que rencontrent les enfants en situation difficile. La solution aux problèmes de l’enfant est une affaire de nous tous: l’Etat, la communauté, les familles ainsi que les acteurs ou partenaires techniques et financiers», a exhorté la ministre des Affaires sociales
Mère de famille, la ministre des Affaires sociales, Action humanitaire et Solidarité nationale, Adèle Degbalase Kanda, demeure fortement sensible aux cas des enfants vulnérables, atteints et orphelins du SIDA. Pour concrétiser son souci en faveur des enfants victimes de plusieurs adversités, elle a initié et lancé, jeudi 17 mars dernier au Salon Bonobo de Venus Hôtel, le projet 4 children. Egalement appelé Coordination de soins complets pour les enfants ou Coordination de la prise en charge globale des enfants, ce projet vise à atténuer la vulnérabilité de ces enfants. Pour elle, 4 children est un appui institutionnel auprès des services de son ministère. «L’objectif est d’appuyer la Direction d’interventions sociales pour la protection de l’enfant -DISPE-, la Direction d’études et planification -DEP- et le bureau du secrétaire général aux Affaires sociales en vue d’améliorer le leadership de mon ministère en matière de protection de l’enfant et de coordination de toutes les actions y relatives. Comme vous le savez, le gouvernement de la RD-Congo a fait de la protection de l’enfant, son cheval de bataille et cette dimension est même inscrite parmi les priorités de notre pays», a précisé Adèle Degbalase.
La ministre des Affaires sociales est préoccupée par la situation des enfants victimes du VIH/SIDA et autres adversités. Elle ne cesse de fournir des efforts allant dans le sens de la protection des droits des enfants. Le projet 4 Children qu’elle a lancé, abonde dans la même veine. «Ce projet est le bienvenu dans la mesure où il va accompagner mon ministère, à travers ses différents services, à asseoir son leadership dans le domaine de la promotion et de la protection des droits des enfants vulnérables et ceux infectés par le VIH/SIDA», a affirmé Adèle Degbalase. Concrètement, cet accompagnement prendra en compte le recyclage du personnel afin qu’il soit capable d’appréhender le problème de l’enfant de manière efficace et efficiente. Cela permettra d’innover et d’aller vers un mode de travail adapté à un niveau de compétition suivant la dynamique des faits sociaux et des réponses appropriées y afférentes. Avant de rassurer du soutien inconditionnel de son ministère à ce projet, elle a exhorté tous les partenaires installés en RD-Congo à soutenir les activités en faveur des enfants vulnérables. Pour le secrétaire général aux Affaires sociales, souhaitant la bienvenue à différents invités, 4 Children va renforcer les capacités des parents et tuteurs enfants atteints du VIH/SIDA afin de leur permettre de créer un environnement sécurisé pour ces vulnérables. Dans leur message, les enfants ont demandé aux parents d’apprendre à les écouter parce qu’ils ont aussi des aspirations. Bénéficiaires de ce projet, ces enfants ont plaidé pour qu’ils ne soient pas de simples spectateurs passifs mais acteurs actifs dans 4 Children. Pour la directrice de l’USAID/RDC, ce projet poursuivra les efforts consentis jusque-là et bâtira sur les acquis des projets relatifs au renforcement des capacités du ministère des Affaires sociales. Ce projet va également, à en croire ses propos, capitaliser les efforts de l’UNICEF qui a mis en place des tribunaux pour enfants et des communaux des affaires sociales pour une sécurité sociale et juridique des enfants vulnérables.
D’une durée de 5 ans, 4 Children est un programme visant à renforcer le système de protection de l’enfant sensible au VIH et autres adversités. Financé par PEPFAR à travers l’USAID et mis en œuvre par un consortium d’organisations dirigé par Catholic relief services -CRS- avec comme partenaires Intrahealth international, Maestral, PACT, Plan international et Westat, ce projet cible les zones de santé de Kingabwa, Masina I, Masina II, N’Djili, Kimbanseke, Kingasani et Kikimi. Le moins que l’on puisse dire est que l’instinct maternel d’Adèle Degbalase Kanda fonctionne et l’incite à agir.
Barick BUEMA        

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer