Société

À Lingwala, un entrepôt de métaux colonise l’avenue Kabalo : la population alerte

exposition des métaux sur la voie publique à Kabalo/Lingwala
exposition des métaux sur la voie publique à Kabalo/Lingwala
Nous sommes dans la commune de Lingwala, précisément sur l’avenue Kabalo 181, non loin du rond-point Huileries, où la politique de bon voisinage et le droit à la quiétude d’autrui ne sont pas respectés. Dans ce quartier, Lokole, un entrepôt de fers provoque une pollution sonore jour et nuit, menaçant la quiétude des voisins. A en croire les victimes de cette pollution, ça fait pratiquement deux ans qu’elles subissent au quotidien les tapages diurne et nocturne de ce dépôt, au vu et su des autorités municipales voire de la police nationale. Lors de leur ras-le-bol, les habitants de cette rue ont également laissé entendre que le propriétaire de cette boutique d’aciers bénéficierait d’une protection de la part des autorités de la municipalité et du sous-commissariat basé à quelques pas de l’entrepôt. Ils ont soutenu leur point de vue dans la mesure où, faisant à maintes reprises des rapports auprès du bureau du quartier, sous-commissariats et à la maison communale, rien de concret n’a toujours été fait en termes de solution. «Ça fait pratiquement deux ans que nous subissons ce drame. On ne sait plus se reposer pendant la journée, même les week-ends. Il arrive des fois que leurs camions viennent décharger la nuit vers 2h ou 3h et on ne sait pas dormir. Le propriétaire nous a toujours intimidés, confirmant d’entretenir de bonnes relations avec des officiers de l’armée», accuse un voisin. «Le chef du quartier Lokole passe par ici sans dire un mot. Un jour, lors de la décharge, ces fers ont même gravement blessé un propriétaire d’une parcelle d’à côté. Je pense que les autorités compétentes ont intérêt de nous venir en aide et mettre fin à ces délires», déplore l’une des victimes de ces tapages. Pire encore, une source digne de foi a confié au Trihebdomadaire AfricaNews que ces marchandises sont exposées juste sur l’avenue, et cela empêche même certains véhicules de circuler normalement. «A chaque déchargement ou chargement, les gens de manquent pas de tomber malade, car ça casse énormément la tête. Il y a du bruit désagréable et insupportable. Tout est exposé juste sur le passage, certains véhicules ne savent plus passer et sont obligés de contourner l’autre rue, même les véhicules dont les propriétaires habitent sur l’avenue Kabalo. Et, on ne sait pas lui faire des reproches, car tout tourne en sa faveur une fois la plainte arrive au niveau des services municipaux », se plaint un autre voisin. Dans l’ensemble, ces habitants victimes des pollutions sonores demandent aux autorités urbaines et services de sécurité de prendre leurs responsabilités.
RK

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer