UDPS/Tshisekedi répond à Shadary

0

Conseiller politique, conseiller juridique de feu Etienne Tshisekedi wa Mulumba, il a été membre de la Commission électorale indépendante de l’UDPS -CEP- et président du bureau de compilation du scrutin de 2011. Il a été également conseiller juridique de Fatshi lorsqu’il avait formé son premier cabinet comme président élu de l’UDPS. Au plan scientifique, il est porteur de deux licences en Droit notamment à l’Université de Kinshasa -UNIKIN- et à l’Université d’Ottawa au Canada. Puisque c’est de lui qu’il s’agit, Me Didier Kondo Pania a été investi, samedi 26 octobre, porte-parole général de la Coordination des Interfédérales de l’UDPS/Tshisekedi. Un poste qui n’est pas à confondre avec celui du porte-parole du parti. Il est le porte-voix des 4 Interfédérales qui représentent les 4 zones linguistiques de la RD-Congo. Dans son discours, il a circonscrit les missions lui confiées. Il s’agit, entre autres d’assurer l’implantation du parti et recruter le personnel politique; d’accompagner et de travailler en synergie avec les structures du parti dans la matérialisation des stratégies politiques pour la conservation du pouvoir et sa victoire aux échéances électorales de 2023 à tous les niveaux. Se confiant à «AfricaNews», juste après sa présentation au public, il a affirmé que le père de la gratuité de l’enseignement primaire en RD-Congo, c’est Fatshi. Allusion faite aux propos d’Emmanuel Ramazani Shadary, Secrétaire permanent du PPRD, à Lubumbashi attribuant ce mérite de la gratuité de l’enseignement à Joseph Kabila. Entretien. 

Qu’est-ce qui a motivé la cérémonie de ce jour?

Nous avons organisé une grande manifestation ce jour pour ma présentation au public, aux combattants et combattantes de toutes les 4 interfédérales de l’UDPS/Tshisekedi, toutes les zones linguistiques confondues en qualité de porte-parole général. A ce titre, j’aurai à communiquer à tous les membres des Interfédérales tout ce qui viendrait de nos autorités afin qu’ils puissent s’en approprier pour la bonne marche de notre parti.

Le parti a déjà un porte-parole et aujourd’hui vous êtes également porte-parole général. N’y aura-t-il pas empiétement dans vos actions à mener?

Non. Vous m’avez suivi dans mon speech. Tout est clarifié. Il est clair que ma qualité de porte-parole général de la Coordination des 4 Interfédérales n’est pas à confondre avec celui du porte-parole du parti. Je suis là pour relayer et communiquer aux autorités tout ce qui est comme desiderata au niveau de la base et cela dans tous les domaines de la vie sociale. La base telle que vous la voyez-là regorge beaucoup de cadres. Tout ce que ces derniers doivent faire devraient être porté à la connaissance de la hiérarchie du parti. Voilà en quoi consiste mon rôle.

Pourquoi insistez-vous pour que les membres du gouvernement issus des rangs de l’UDPS puissent intégrer dans leurs cabinets les membres du parti?

Ce n’est pas un acharnement. Je ne parle pas de membres des Interfédérales. Je parle de combattantes et combattants de l’UDPS/Tshisekedi qui ont combattu aux côtés de ces ministres-là pour qu’un jour l’UDPS arrive au pouvoir.

Qu’est-ce qui arrivera aux membres du gouvernement qui ne vont pas respecter le mot d’ordre du parti? Allez-vous les sanctionner?

Il est clair que la base ne leur fera plus confiance. Souvent quand nous répétons cette phrase-là, vous suivez vous-même la quantité d’applaudissements.

Parmi vos missions, vous avez évoqué la victoire de l’UDPS au scrutin de 2023 à tous les niveaux. Comment allez-vous vous y prendre?

La victoire de l’UDPS/Tshisekedi aux élections de 2023 n’est plus une question de doute. De prime abord, tout est déjà facilité par les réalisations manifestement palpables du Chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo. Tout ce que le Président de la République fait, impressionne non pas seulement nous qui sommes à l’intérieur du pays, mais aussi ceux qui vivent à l’étranger. Voilà pourquoi nous disons que, comme Fatshi fait accompagner sa parole des réalisations que nous sommes en train de vivre au niveau des infrastructures, du social, des investissements qui doivent se multiplier en RD-Congo comme de champignons dans la forêt, cela va faire que le discours de l’UDPS et le respect de la parole par ses cadres et combattants de mieux faire et de faire ce que les autres n’ont pas pu faire depuis que nous avons accédé à l’indépendance en 1960, fera que tous les électeurs en 2023 s’aligneront derrière nous. Ainsi, ils vont voter pour notre Président de la République, candidat de l’UDPS, nos candidats députés nationaux et provinciaux ainsi de suite.

Aurez-vous besoin de l’accompagnement de la base?

Bien sûr que oui. Parce que, sans cette base là, comment allons-nous travailler? C’est la base qui pose les actes. C’est elle qui manifeste la volonté du parti incarnée par les autorités. C’est elle qui nous accompagne. Elle détient le pouvoir qu’elle nous lègue au travers des élections libres, démocratiques et transparentes.

Dans votre discours, vous avez insisté sur le fait que la gratuité de l’enseignement de base est un engagement pris par Fatshi. Pourquoi cette insistance?

Merci beaucoup. Pour ceux qui ne le savent pas, l’idée de la gratuité de l’enseignement a apparu pour la première lors des états généraux de l’enseignement intervenus dans notre pays immédiatement après la Conférence nationale souveraine -CNS- y entre 1994-1995. C’était au moment où il n’y avait pas une moindre rumeur de l’arrivée au pouvoir dans le pays de Joseph Kabila. Et cette idée fut consacrée dans notre Constitution. Mais depuis lors, nous avons vu venir Joseph Kabila qui est resté au pouvoir pendant 18 ans sans manifester la moindre intention de matérialiser la gratuité de l’enseignement ne fût-ce qu’au niveau de la première année maternelle ou primaire. Lorsque vous connaissez ce que dit la loi et que vous passez outre, vous n’êtes pas différent d’un criminel puisque vous ne favorisez pas le peuple alors que la Constitution du pays vous en impose. L’unique, depuis que ce pays est pays indépendant, à pouvoir matérialiser la gratuité de l’enseignement, proclamée au mois d’août et matérialisée au mois de septembre 2019, il a un nom. Ils ne sont pas deux ou trois, il est seul, c’est Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo. Il est le père de la gratuité de l’enseignement dans notre pays.

Quel message adressez-vous aux RD-Congolais qui vont vous lire dans nos colonnes?

Les RD-Congolaises et RD-Congolais qui me liront devront savoir que l’UDPS/Tshisekedi est toujours là avec un seul but: les revaloriser et amener ce pays à un développement indiscutable. La preuve tangible est là, c’est le début de la gratuité de l’enseignement de base ainsi que les travaux de réhabilitation et/ou construction des infrastructures de base.

Propos recueillis par Octave MUKENDI     

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom