Politique

Tshisekedi: l’image-symbole de son combat

A elle seule, cette photo illustre mieux que tous les mots, le combat du Dr Etienne Tshisekedi. En ce jour du 17 janvier 1988, jour anniversaire de l’assassinat de Patrice Emery Lumumba, le secrétaire national à l’organisation du parti de l’Opposition non reconnu UDPS, a rendez-vous avec l’Histoire.
Les jeunes de la Direction politique rénovée -DPR-, les Omer Nkamba, Joseph Sita, etc., opposés aux Accords de Gbadolité, mobilisent pour le meeting qui est programmé au Pont Cabu -«Gaby» pour les Kinois. La foule répond nombreuse au lieu qui est ceinturé par les soldats de la DSP et de la Garde civile. Lorsque Tshisekedi y arrive, c’est la liesse, mais les soldats de la garde prétorienne tirent, tabassent des gens, et arrêtent Tshisekedi qui est amené à la Cité de l’OUA. Il y a des morts et des blessés mais nul ne saura jamais combien. Sur place à la Cité de l’OUA, Tshisekedi est passé à tabac vigoureusement.
C’est donc en perte de connaissance et ensanglanté qu’il est jeté dans une cellule d’une prison de Makala, où se trouvait un certain Bolamba -le même qui tuera 3 ans plus tard un étudiant de l’ISC avant de disparaître corps et biens. Ce dernier prend soin de lui. Le lendemain, il est conduit au CNPP où des médecins sont obligés de signer un certificat médical attestant qu’il est fou! Le professeur Tharcisse Loseke refuse. Il est tabassé et arrêté à son tour. Un autre professeur accepte par peur.
Puis intervient le transfert à la Cour de sureté de l’Etat, sur 24 novembre ASSANEF où a été prise cette photo, la chemise ensanglantée. La foule est nombreuse, et chante en son honneur, proteste contre le traitement qui lui est infligé, et lance des pierres sur les gendarmes qui réagissent avec des coups de feu. Ce jour-là, le mythe Tshisekedi est né dans Kinshasa, et il ne s’éteindra plus jamais.
Même si son parti va mal à l’époque -le président Fred Kibassa, le premier vice-président Joseph Ngalula et le 3ème vice-président Vincent Mbwankiem sont rentrés au Comité central du MPR, le 2ème vice-président Marcel Lihau est en exil à Boston aux USA, les jeunes de la DPR affirment être les seuls dirigeants légitimes du parti- pour les RD-Congolais en tout cas, il est désormais la figure emblématique du combat démocratique dans leur pays.
Belhar MBUYI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer