RDC: Balamage et Momat mobilisent en faveur de la Coalition FCC-CACH

0

Les dirigeants de ce parti membre du FCC ont manifesté leur soutien aux deux leaders de la coalition au pouvoir, convaincus par la préservation de ladite coalition est gage de paix, de stabilité et de développement pour la RD-Congo

A l’Eveil des consciences et travail -ECT-, un des partis phares du Front commun pour le Congo -FCC-, l’année 2020 a été lancée avec faste le dimanche 26 janvier 2020 à la faveur d’une cérémonie d’échanges des vœux, organisée à Kinshasa. Une ambiance bon enfant a caractérisé cet événement au cours duquel le président de l’ECT, Boniface Balamage, a appelé les cadres et militants de son parti à s’imprégner de l’idéologie de Joseph Kabila, ancien Président de la RD-Congo et autorité morale du FCC. «Nos souhaits les plus ardents sont ceux de voir chacun de nous s’imprégner de la philosophie chère à notre autorité morale chaque fois que nous sommes confrontés au problème avec nos adversaires politiques», a lancé Me Balamage, réaffirmant que son parti, l’ECT, est kabiliste et donc déterminé et disposé à défendre cette idéologie comme il se doit. L’occasion faisant le larron, les cadres et militants de l’ECT ont réitéré leur indéfectible loyauté et soutien à l’autorité morale du FCC, Joseph Kabila. Se faisant disciple des actions plutôt que des discours, Boniface Balamage N’kolo a, sur un ton motivateur, déclaré: «Il faudra laisser nos œuvres parler à notre place et poursuivre nos objectifs de 2023». De l’avis de certains cadres de l’ECT, le message du président Balamage s’est inscrit dans le contexte du jeu politique actuel où il s’observe des crises tantôt entre le FCC et Lamuka, tantôt entre le FCC et le CACH. De sa part, le Dr. Félix Momat, haut cadre de l’ECT et vice-ministre du Budget, a été porteur d’un message conciliateur dans son adresse lors de la cérémonie d’échange de vœux. Le Dr. Momat a en plus présenté ses vœux les meilleurs aux leaders de deux plateformes qui dirigent la RD-Congo. «J’adresse ici mes premières salutations au Président honoraire de la RD-Congo et autorité morale du FCC, Son Excellence Joseph Kabila Kabange mais aussi au Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, deux architectes de la seule et unique majorité présidentielle et parlementaire dans notre pays dont la nécessaire préservation est gage de paix, de stabilité et de développement», a-t-il déclaré. Saisissant la balle au bond, le bureau du conseil politique national de l’ECT, dirigé depuis le 20 juin 2018 par Me Boniface Balamage N’kolo, a fait le bilan de son action à la tête de ce parti politique. Ce bilan a été jugé positif au regard des actions de haute envergure accomplies par le comité Balamage. A l’actif de ce comité, l’on note notamment le rassemblement et la remobilisation de tous les hauts cadres, cadres et militants du parti. Jadis en proie à des querelles intestines, l’ECT a vu ses fils et filles se réconcilier sous les auspices de Boniface Balamage qui, depuis son avènement à la tête de ce parti politique, a imprimé un nouveau leadership. «Grace à ce leadership, calme et sérénité règnent à nouveau au sein du parti», a commenté un cadre de l’ECT. En plus de réunifier les hauts cadres, Balamage a réussi le pari de l’implantation du parti, dont le pourcentage est passé de 50 à 70%, sur le territoire national. 18 des 26 provinces de la RD-Congo sont déjà couvertes par l’ECT dont le président n’a pas caché toute sa détermination et son ambition à poursuivre l’œuvre de l’implantation du parti dans l’ensemble des provinces. Le comité Balamage a également réussi à doter l’ECT des sièges, notamment au Haut-Lomami et au Lualaba. Grâce à cette équipe, l’ECT a vu ses rangs s’élargir à la suite des sessions d’adhésion massive organisée à Kinshasa, Lubumbashi, Goma, Bukavu, Mbuji-Mayi, Kananga, Kolwezi et Kalemie. Déterminé à faire de l’ECT un parti avec un réel ancrage sociologique dans différents milieux où est établie la communauté RD-congolaise, Balamage et son comité ont relevé le grand défi d’internationaliser l’ECT qui compte déjà 4 représentations. Le parti, dans son aspect pécuniaire, vit un nouvel élan avec surtout la traçabilité de ses comptes. L’on ne va pas signaler le fait que le secrétariat général de l’ECT a été doté d’un cabinet qui gère le parti au quotidien.

Laurent OMBA