Politique

Tshinga fait mentir les sources de Serbie

Raymond Tshibanda, ministre des Affaires étrangères et chef de la délégation RD-congolaise à Kampala
Raymond Tshibanda, ministre des Affaires étrangères et chef de la délégation RD-congolaise à Kampala
Des sources ont abusé de la bonne foi d’AfricaNews. Elles lui ont transmis un document falsifié et rapporté de fausses informations sur un cadre de l’Administration publique, notamment le chargé d’affaires ai de la RD-Congo à Belgrade, le diplomate Tshinga, accusé de s’être autoproclamé ambassadeur en Serbie. Une intention de nuire confirmée par Tshinga qui dément toutes ces allégations, confirmant qu’il est bel et bien resté ministre plénipotentiaire, chargé d’affaires ai de la RD-Congo à Belgrade. Afin que nul n’en ignore et ne trompe plus l’opinion, Tshinga joint la copie de l’almanach diplomatique 2014 publié par le protocole du ministère des Affaires étrangères de la République de Serbie, dans le droit de réponse nous transmis via son avocat conseil, Me Jean-Paul Otepa Diongo. Ci-dessous, le droit de réponse.       
Droit de réponse à votre parution du 23 mai 2014
Monsieur le directeur de publication,
Je viens d’être constitué conseil de monsieur Tshinga, notre chargé d’Affaires en République de Serbie -Belgrade- ce qui me vaut l’avantage de vous approcher à propos de ce dont l’objet est repris en concerne. Il ressort de votre parution sus évoquée des faits qui portent gravement atteinte à l’honneur, à la dignité et à la considération de mon client qui traduisent coupablement une instrumentalisation de votre organe de presse; faits que mon client dément fermement par la présente.
Pour votre gouverne, il demeure constant et cela est véritable par toute voix de droit que mon client, contrairement aux élucubrations contenues dans votre parution incriminée, ne s’est jamais auto proclamé ambassadeur et que la prétendue soirée organisée par mon client pour tromper les autres diplomates n’existe que dans l’imagination fertile de votre ou vos sources d’information. Comment concevoir qu’en mai 2014 on fasse état de la présence en cette soirée fictive du respectable ancien Doyen du Corps diplomatique, le général Monimambu, ambassadeur de la République sœur d’Angola, a une soirée en Serbie depuis plus de huit ans. Evoquer un tel fait est à la limite du ridicule.
J’attire votre particulière attention sur le fait que mon client est un diplomate d’une compétence prouvée et figure parmi les meilleurs diplomates sur lesquels la République peut compter aujourd’hui à l’extérieur. Il a réussi à lancer la coopération diplomatique entre notre pays et la République de Serbie. A titre purement illustratif, sous mandat, pour la première fois depuis l’établissement des relations diplomatiques entre la République démocratique du Congo et la République de Serbie, notre pays a connu la visite à Kinshasa du ministre serbe des affaires étrangères qui a même été reçu en audience par le Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Joseph Kabila Kabange, en novembre 2009. Il y a eu également les visites de nombreuses autorités politiques serbes, ainsi qu’un grand nombre de visites d’opérateurs économiques serbes, désireux d’investir dans notre pays.
En ce qui concerne la partie RD-congolaise, outre les deux visites rendues à Belgrade par l’ancien ministre des Affaires étrangères en 2011, plusieurs hautes personnalités de la République démocratique du Congo se sont rendues en visites officielles à Belgrade. Par ailleurs, grâce aux efforts déployés par mon client, les autorités serbes ont pris la décision de rouvrir, en juillet 2011, leur ambassade, fermée depuis l’éclatement de l’ex-Yougoslavie.
Il en découle que réduire un tel diplomate à un vendeur des plaques minéralogiques est une grossièreté sans égale.
Au demeurant, il ressort clairement de l’Almanach diplomatique 2014 publié par le protocole du ministère des Affaires étrangères de la République de Serbie que mon client est ministre plénipotentiaire, chargé d’Affaire a.i. de l’ambassade de la République démocratique du Congo et que c’est à ce titre qu’il défend au mieux les intérêts de la République.
Vous conviendrez avec moi que la présente vaut un droit de réponse et que mon client ne ménagera aucun effort pour agir comme de droit contre quiconque s’aventurerait à porter atteinte à son honneur et à sa dignité. Je tenais à vous aviser. Veuillez agréer Monsieur le directeur de publication, l’expression de ma parfaite considération.
Maitre Jean Paul OTEPA DIONGO
 Avocat conseil

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer