Politique

Pr. Mampuya: «Toute réforme doit être portée par la coalition FCC-CACH»

Le groupe de la Dynamique pour la consolidation des acquis démocratiques refuse de faire du surplace avec des réformes isolées qui ne peuvent résoudre tous les problèmes complexes et délicats de crises qui ne sont pas que des crises électorales mais des crises du système. Le Groupe s’oppose à l’idée d’un énième dialogue extra-institutionnel. A la place, il propose une réforme globale de l’Etat qui, du reste, doit être menée au sein et portée par la coalition FCC-CACH. «Nous estimons que ces réformes destinées à consolider et renforcer les acquis de notre jeune démocratie doivent être conçues et décidées dans le cadre institutionnel réglé par la Constitution et mis en place depuis les élections dont sont issus le Président de la République, le Parlement et le gouvernement», ont soutenu les signataires du manifeste de la «Dynamique pour la consolidation et le renforcement des acquis démocratiques».

C’est le lundi 10 août qu’un groupe des personnalités scientifiques, politiques et acteurs de la Société civile ainsi que du monde économique a signé à la paroisse Notre Dame de Fatima le manifeste de la «Dynamique pour la consolidation et le renforcement des acquis démocratiques». Après cet engagement, le Groupe a tenu un point de presse pour fustiger toute approche minimaliste visant de petites réformes.

En fait, les signataires de ce manifeste refusent de tourner en rond avec des réformes isolées qui ne sont pas de nature à apporter des solutions aux crises interminables dues aux élections. «Nous refusons de faire du surplace au lieu d’avancer. Nous ne proposons pas de faire un retour à la case du départ mais nous pensons plutôt que l’Etat doit être intériorisé par le peuple RD-congolais», a précisé le Professeur Auguste Mampuya, l’un des signataires du manifeste du Groupe.

Après une analyse approfondie de la situation du pays depuis son accession à l’indépendance en 1960, le Groupe de la «Dynamique pour la consolidation et le renforcement des acquis démocratiques» s’est rendu compte que les nombreux dialogues organisés se sont toujours soldés par un vil partage de pouvoir non installé sur des bases conceptuelles solides au point de rien apporter pour extirper la racine du mal institutionnel RD-congolais.

Face à cette situation, les signataires de ce manifeste ont fait quelques recommandations à la classe politique, aux dirigeants des institutions et aux principaux animateurs de la coalition au pouvoir à savoir: Félix-Antoine Tshisekedi et Joseph Kabila. A la classe politique, ils ont demandé de s’abstenir de nourrir et d’entretenir des crises dans le seul but d’affaiblir les uns et de se positionner seul sur la scène politique, de s’unir sur les fondamentaux que sont l’indépendance, la souveraineté et l’unité de la nation et la primauté du bien du peuple.

Aux responsables des institutions, d’approfondir la compréhension des mécanismes du régime de collaboration qui est actuellement en vigueur et de se l’approprier en faisant de sorte que chaque acteur puisse agir dans les limites des prérogatives qui sont les siennes.

A Félix-Antoine Tshisekedi et Joseph Kabila, le Groupe de la «Dynamique pour la consolidation et le renforcement des acquis démocratiques» a aussi recommandé de privilégier la sérénité dans le fonctionnement des institutions et de ne rien entreprendre qui soit de nature à mettre en péril les acquis de la démocratie. Il leur a encore demandé d’établir un cadre officiel et permanent de concertation entre les plates-formes politiques en coalition pour des discussions ouvertes sur toutes les options fondamentales de l’action institutionnelle en perspective.

Dorian KISIMBA

Articles similaires

Fermer
Fermer