Politique

Sondage: Michel Bongongo règne sans partage, il domine ses pairs

Pour avoir mené une lutte pour le suivi de la paie des fonctionnaires de l’Etat, Michel Bongongo, ministre d’Etat en charge du Budget, s’attire de plus en plus la sympathie de la population RD-congolaise, plus particulièrement celle des agents et fonctionnaires de l’Etat. Et dans les sondages, le Kengiste règne sans partage et domine ses pairs du gouvernement. Pour la troisième fois consécutive, il est Top 1 de l’enquête Les Points comme l’attestent les résultats de la dernière production réalisée du 22 au 24 août par l’institut de Fréderic Panda et consacrée à la notoriété des ministres gouvernement central au niveau national. Bongongo a, à lui seul, arraché 71% des faveurs des enquêtés.  Plusieurs avancées sont mises à son actif, notamment l’idée du budget citoyen dont l’objectif est de permettre à tous les citoyens RD-congolais de s’imprégner des rubriques budgétaires de la République. 
Dans une enquête auprès de la population RD-congolaise du 22 au 24 août derniers, l’institut de sondage Les Points s’est intéressé aux poids des ministres du gouvernement central au niveau national. Les résultats renseignent que sur l’ensemble des ministres de l’Exécutif national, 36 au total, seulement neuf ont une réelle envergure nationale représentant 25% contre 75% qui passent inaperçus. Au delà du fait qu’ils ne sont ni connus de nom et de visage, la population n’a aucun souvenir de leurs actions. A faire l’interprétation de ces résultats, on peut alors sans doute affirmer que le gouvernement central accuse plusieurs faiblesses. Il a notamment du mal à s’imprégner des vrais problèmes de l’arrière pays et à en proposer des solutions adaptées.
Selon Les Points, cette réalité renforce l’idée du découpage territorial afin de rapprocher la population des autorités locales pour le développement des entités décentralisées.  Toutefois,  à l’issue de cette étude, deux catégories se dégagent sur la liste des ministres ayant une assise nationale. D’un côté, ceux connus grâce aux actions réalisées sur le terrain dans l’exercice de leurs fonctions au sein du gouvernement Matata 2 et, de l’autre, ceux qui doivent leur notoriété aux fonctions occupées autrefois.
Pour avoir mené une lutte dans le suivi de la paie des fonctionnaires de l’Etat, le ministre du Budget Michel Bongongo a volé la vedette à ses pairs. Il pointe en première position avec 71% de sondés.  Les Points a ces commentaires: «En moins de neuf mois de mandat, par le travail bien fait, Michel Bongongo s’est attiré l’estime des fonctionnaires de l’arrière pays. Sous l’ère Bongongo, les agents de la fonction publique ont salué la bonne collaboration qu’il y a entre les délégations syndicales et le ministère du Budget. Plusieurs avancées sont mises à son actif, notamment l’idée du budget citoyen dont l’objectif est de permettre à tous les citoyens RD-congolais de s’imprégner des rubriques budgétaires de la République».
Bongongo est talonné par Raymond Tshibanda, ministre des Affaires étrangères, deuxième avec 64%. Depuis sa nomination à la tête de ce ministère stratégique, Tshibanda cumule des succès dans les différents sommets internationaux. A la SADC, au COMESA et à la Francophonie pour ne citer que ceux là. Ce qui lui vaut une renommée nationale. Il est également connu à travers la République suite aux efforts fournis dans la diplomatie pour obtenir la fin de la guerre contre le Rwanda par la capitulation du M23. Sa diplomatie active a permis à la RD-Congo de redorer son image de marque sur l’échiquier continental et international avant de séduire les sondés.
Avec 58%, Maker Mwangu, ministre de l’EPS-INC, vient en troisième position. Il est en place depuis Gizenga 1. A ce titre, il passe pour le ministre le plus stable de dix dernières années. En poste depuis février 2007, il a pu imposer sa marque au niveau national suite notamment à la modernisation de la publication des résultats de l’examen d’Etat en un temps record. La population RD-congolaise attend également de le voir à l’œuvre dans le domaine de la nouvelle citoyenneté encore inconnue dans l’arrière pays.
A la tête du ministère des Transports et Voies de Communication depuis Matata 1, Justin KalumbaMwanaNgongo, occupe la quatrième marche du podium avec 56%.  Ses mesures contraignantes prises pour mettre fin aux tracasseries des services opérant sur les voies fluviales et maritimes en RD-Congo lui ont permis de gagner la considération des populations riveraines. Sa popularité est aussi à attribuer aux actions à impact visible entreprises via la mise en service des bus TRANSCO, l’octroi des bus Esprit de vie à crédit aux operateurs privés dans le secteur du transport, le lacement de l’ITB Kokolo, l’achat des locomotives pour la SNCC, la construction de l’aéroport modulaires de Ndjili, l’aéroport de la Loano, le lancement du train passager Kinshasa-Matadi et tans d’autres actions.
55%, Felix KabangeNumbi, ministre de la Santé, vient en cinquième position. Sa cote de popularité a grimpé suite à la réussite de la campagne de vaccination qui a atteint un pourcentage élevé d’enfants même dans les milieux les plus hostiles à la vaccination dans l’arrière pays. La détection rapide et l’éradication en un temps record de la maladie à virus d’Ebola ont également fait de lui une vedette sur le plan national. Fridolin Kasweshi, ministre des ITPR, avec 54%, Lambert Mende 53%, Evariste Boshab 52%, BahatiLukwebo 50% complètent ce classement.
Guylain LUZAMBA

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer