PolitiqueSociété

Situation sécuritaire en RD-Congo: la NSCC exige l’ouverture d’une enquête

La situation sécuritaire en RD-Congo est dans un état critique. L’ayant constaté par la profanation des lieux saints de l’Eglise catholique à Kinshasa et au Kasaï Central par les inciviques, la Nouvelle société civile congolaise -NSCC-, dans son communiqué de presse n°002/NSCC/2017, exige qu’une enquête soit ouverte à ce sujet et que les mesures soient prises pour sécuriser les enfants et les fidèles dans les écoles et Eglises catholiques. La NSCC souligne en outre qu’elle apporte son soutien à l’église et exhorte la CENCO à tenir bon, ne pas trahir la confiance et la foi de la population RD-congolaise dans leur mission de médiation et de la recherche de la solution pacifique à la crise d’illégitimité et électorale qui secoue le pays.
Dans son communiqué publié lundi 20 février dernier, la Nouvelle société civile congolaise -NSCC- a exprimé son indignation sur la situation sécuritaire du pays qui, selon elle, demeure extrêmement préoccupante et tendue à Kinshasa surtout au Kongo Central et au Kasaï Central. «Alors que la situation de la population de Kimpese au Kongo Central encore fraiche dans nos mémoires et sans solution, la NSCC est bouleversée de découvrir depuis le week-end dernier une vidéo d’une rare cruauté et inhumaine qui circule sur les réseaux sociaux où les éléments des forces armées semblent s’illustrer à l’exécution sommaire des civils, y compris les femmes et les enfants dans le territoire de Dibaya, dans la province du Kasaï Central, que cache la contradiction observée au sommet de l’exécutif national à savoir: le premier membre du gouvernement parle d’un montage grossier fait à partir de la Belgique, l’autre parle des manœuvres militaire face aux terroristes, enfin le dernier dénonce l’usage excessif de la force», déplore la Nouvelle société civile congolaise.
Selon elle, c’est comme si cela ne suffisait pas, un tract écrit en lingala appelant à la violence a encore était mis en circulation le même week-end sur les réseaux sociaux en fixant la date de la fin de l’application de l’Accord par la Conférence épiscopale national du Congo -CENCO- au samedi 18 février, dépasser ce délai, indique la NSCC, à partir du 19 février, les écoles et Eglises catholiques seront saccagées systématiquement, et qu’à partir du 20 février tout le monde devrait s’armer des couteaux, des machettes, armes et Molotov… pour chasser les ennemis de la RD-Congo. A l’en croire, liant l’acte à la parole, ces inciviques sont passés, estimés à une vingtaine des jeunes à l’action en profanant les lieux saint de l’Eglise. «C’est le cas de la paroisse Saint Dominique, dans la commune de Limete à Kinshasa, ce dimanche 19 février 2017 où d’importants dégâts matériels ont été déplorés notamment: l’autel a été sérieusement saccagé, le tabernacle renversé et bancs cassés.
La Communauté des Pères Oblats à la 10ème rue toujours à Limete a été également touchée. Samedi 18 février 2017, une partie du séminaire de Malole, dans la province du Kasaï Central, a été incendiée par les inciviques non autrement identifiés et la terreur semée chez les sœurs carmélites proche de ce séminaire», signifie-t-elle. Et de poursuivre: «A la lumière de ces faits, l’Eglise catholique semble être visée directement». De ce qui précède, la NSCC condamne avec la dernière énergie la situation d’insécurité et de la violence perpétrée sur les civils, les femmes et les enfants au Kasaï Central par ceux-là qui sont sensés les protéger. La NSCC exige l’ouverture immédiate d’une enquête impartiale pour faire la lumière sur cette situation et que les coupables soient traduit devant la justice.
«Où serez passé les autorités judiciaires tant civiles que militaires du pays», s’interroge la NSCC, tout en poursuivant qu’elle stigmatise la profanation des lieux saints de l’Eglise catholique à Kinshasa et au Kasaï Central par les inciviques et en même temps et exige qu’une enquête soit ouverte à ce sujet et que les mesures soient prises pour sécuriser les enfants et les fidèles dans les écoles et Eglises catholiques, apporte son soutien à l’église. La NSCC exhorte par ailleurs la CENCO à tenir bon, ne pas trahir la confiance et la foi de la population RD-congolaise dans leur mission de médiation et de la recherche de la solution pacifique à la crise d’illégitimité et électorale qui secoue le pays face aux manœuvres d’intimidation délibérées des ennemis de la paix et de l’Etat des droits en RD-Congo. La NSCC appelle à la mobilisation générale de la population RD-congolaise pour faire échec au plan diabolique de créer le chaos au pays.
Parousia MAKANZU
Guylain LUZAMBA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer