Shadary polémique sur la gratuité de l’enseignement

0

La gratuité de l’enseignement de base, longtemps restée lettre morte et effective depuis le début de l’année scolaire en cours, se retrouve à nouveau au cœur de l’actualité. Cette fois, c’est Emmanuel Ramazani Shadary, candidat malheureux à la présidentielle de décembre 2018, qui attise la polémique. A la faveur du rassemblement d’évaluation du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie -PPRD-, lundi 21 octobre à Lubumbashi, Shadary, d’un ton ferme, a déclaré: «Quand on vous parle de la gratuité de l’enseignement, sachez que c’est notre programme, le programme de Joseph Kabila. La gratuité de l’enseignement est reconnue dans la Constitution. Et la Constitution a été promulguée par Joseph Kabila Kabange». Et d’insister: «le programme de la gratuité, c’est à nous. Qu’on ne nous l’arrache pas».

Il a suffi de cette déclaration pour déclencher une vague de réactions sur la toile. Président du parti Ensemble, changeons le Congo -ECCO-, Adam Bombole est parmi les personnes qui sont sorties de leur tanière pour réagir à l’attribution, par Shadary, de l’œuvre de la gratuité de l’enseignement de base à Kabila. «Tordre le cou à la vérité ne contribue pas à une bonne éducation des masses! La gratuité, reconnue par la Constitution, qui n’est pas une œuvre individuelle, n’a jamais été appliquée sous Joseph Kabila. Reconnaître ce mérite à Félix Tshisekedi n’est que justice! Evitons de tronquer l’histoire!», a-t-il tweeté. A sa suite, Ted Beleshay, cadre de la Ligue des jeunes de l’UDPS, parti au pouvoir, a, via twitter, répondu à Shadary en avançant: «Vous pouvez tout dire Monsieur mais les RD-Congolais ne sont pas dupes, et savent que l’effectivité de la disposition constitutionnelle instituant la gratuité de l’enseignement primaire a vu le jour à la première année du mandat de l’actuel Chef de l’Etat, je cite SEM Félix Tshisekedi». De sa part, Eddy Tshimanga, sur le même réseau social, a qualifié de «largement pathétique» la sortie du secrétaire permanent du PPRD. «Conception patrimoniale de la République. Une telle déclaration est indigne pour un soit disant cadre politique. Largement pathétique!», a-t-il posté pendant que Christian Kanu, au regard de cette sortie de Shadary, a suggéré à Joseph Kabila de «renouveler le FCC -regroupement politique de Joseph Kabila dont le PPRD est membre et parti phare, NDLR- par des nouvelles figures. On ne peut pas gagner une bataille avec des mauvais cavaliers».

A l’assaut des électeurs

Au-delà de la polémique suscitée, la sortie du dauphin de Joseph Kabila à la présidentielle de décembre 2018 a, selon des analystes, annoncé les couleurs de la reconquête des électeurs au bénéfice de l’ancien parti présidentiel, le PPRD, en perspective du cycle électoral de 2023. Et, la gratuité de l’enseignement représente bien un beefsteak que les différentes forces de la coalition CACH-FCC veulent se partager. C’est de bonne guerre, estiment ces analystes, non sans expliquer que derrière cette gratuité, il y a la reconquête des électeurs. «Si ça réussit, chaque camp devrait s’en servir comme arme de séduction», ont-ils souligné. Et de prévenir: «il lui -Ramazani Shadary, NDLR- sera très difficile de faire comprendre à ces électeurs que la gratuité n’est pas l’œuvre de Félix Tshisekedi quand on sait que Joseph Kabila a fait deux mandats sans concrétiser cette exigence constitutionnelle». De quoi pousser Joseph Kabila a trouvé meilleurs arguments dans l’optique de rafler une part importante des dividendes politiques que peuvent rapporter le dossier de la gratuité de l’enseignement de base.

Cap vers la prochaine présidentielle

Pour 2023, le PPRD affiche déjà des ambitions. «La plus ultime de notre ambition, c’est celle de remporter, en tant que formation politique, une victoire sans appel à la prochaine élection présidentielle», a dévoilé Ramazani Shadary lors d’une rencontre avec les bonzes du PPRD tenue dans la capitale cuprifère en présence entre autres de Jeanine Mabunda, Evariste Boshab, Henry Mova, Léonard She Okitundu, Kalev Mutond. En vue de réaliser l’objectif 2023, Shadary a prévu de «déployer» le PPRD à travers le pays et de «redynamiser toutes ses représentations». Si Shadary tient mordicus à cette victoire, c’est parce que le PPRD a pour leitmotiv de relever «les innombrables défis parmi lesquels la consolidation de la souveraineté nationale et de la position géostratégique de la RD-Congo, la bonne gouvernance, l’oblitération de la faim et la misère, l’instauration d’un ordre juridique qui sera l’expression d’une société juste et solidaire, d’un Congo fort et prospère». Au regard du rôle stratégique qu’il peut jouer pour porter le PPRD à la victoire lors de la prochaine présidentielle, Joseph Kabila Kabange n’entend pas rester longtemps en retraite politique. Selon le SP du PPRD, la rentrée politique de l’autorité morale du FCC est imminente. «Chers camarades, j’ai le plaisir et l’honneur de vous faire savoir que notre président national, Joseph Kabila Kabange, a décidé de faire sa rentrée politique dans les tous prochains jours, après un petit temps des vacances ou de congé fort bien mérité», a annoncé Shadary lors de cette réunion de Lubumbashi. Que la guerre commence!

Laurent OMBA

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom