Dossier à la UneEcofinNationPolitique

RDC : Après une motion incidentielle de Lokondo, la loi des finances rectificative 2020 reçue et envoyée à l’Ecofin sans débat

«C’est une loi modificative qui d’ailleurs tombe caduque dans deux mois. Nous avons déjà terminé l’exécution du Budget 2020. Je propose qu’on reçoive, sans débat, ce texte qui est déjà clair et qu’on l’envoie à l’ECOFIN. Le débat viendra avec le Budget 2021 ainsi qu’avec la reddition des comptes 2019», a martelé l’élu de Mbandaka   

Présenté par le vice-Premier ministre du Budget, Jean-Baudouin Mayo, qui était accompagné des ministres des Finances, José Sele Yalaghuli et des Relations avec le Parlement, Déo Nkusu, le projet de Budget rectificatif de l’exercice 2020 a été déclaré recevable par l’Assemblée plénière du mercredi 28 octobre sans passer par un débat général comme le veut la tradition. Et pour cause: la motion incidentielle soulevée par le député national Henri-Thomas Lokondo Yoka a rencontré les avis de l’ensemble des députés présents aux travaux.

«Madame la Présidente, nous avions arrêté un Budget de USD 11 milliards. Mais pour des raisons évoquées ici de Covid-19, de sécurité et autres, on n’a pas pu mobiliser des recettes et on est à environ 4 milliards. C’est une loi modificative qui d’ailleurs tombe caduque dans deux mois. Nous avons déjà terminé l’exécution du Budget 2020. Et nous attendons l’examen du projet de loi des Finances 2021 et celui de la reddition des comptes 2019. A mon avis, c’est là qu’il faudra débattre. Je pense qu’aujourd’hui, le débat ne sert à rien», a-t-il démontré.

Puis: «l’exposé des motifs de ce projet de loi rectificative est clair. Très clair même. Surtout que le vice-Premier ministre et ministre du Budget a bien expliqué les raisons qui ont fait que cette loi soit rectifiée. Je propose que nous puissions le recevoir et l’envoyer carrément à la Commission économique et financière». Dans la motivation de sa motion incidentielle, Henri-Thomas Lokondo s’est aussi appuyé sur le rappel fait par la présidente de l’Assemblée nationale au sujet des jours qui restent pour les travaux de cette session ordinaire de septembre.

«Madame la Présidente, vous avez bien fait de nous rappeler qu’il reste 49 jours pour que nous votions le Budget 2021. Dans le cadre de l’élaboration du budget, l’Assemblée nationale a 40 jours et le Sénat 20 jours. Alors comptez si vous voulez rester dans la logique de l’Etat de droit. C’est le respect des textes. Vous trouverez que nous n’avons pas beaucoup de temps. Je propose qu’on reçoive, sans débat, ce texte qui est déjà clair et qu’on l’envoie à l’ECOFIN. Le débat viendra avec le Budget 2021 ainsi qu’avec la reddition des comptes 2019», a martelé l’élu de Mbandaka.

Il a tout dit et convaincu ses collègues. A la question de la présidente de la Chambre basse, Jeanine Mabunda, de savoir qui approuvait la démarche de Lokondo, c’est pratiquement tous les députés qui étaient d’accord. La motion adoptée, le texte du budget rectificatif 2020 a été déclaré recevable et immédiatement envoyé à l’ECOFIN. Initialement voté et promulgué à plus de USD 11 milliards USD, la proposition rectificative du gouvernement est chiffrée à USD 5,7 milliards, soit une baisse de 43,2%.

«Cette chute est consécutive à la pandémie de Covid-19 laquelle enjoint le gouvernement, à l’instar d’autres Etats de la planète, de prendre des mesures barrières restreignant même certaines libertés fondamentales des citoyens pour freiner l’élan de la contagion de ce fléau du siècle», a martelé le VPM Mayo. Il a reconnu la délicatesse dans laquelle la RD-Congo se trouve sur le plan économique à la suite de la pandémie de Covid-19 et d’autres pesanteurs à la base d’un budget en baisse, notamment le Coronavirus, la corruption et fraude qui constituent des tares à combattre de manière rationnelle et concertée au lieu d’être dans la distraction.      

Dorian KISIMBA   

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer