Politique

PPRD :Henri Mova dévoile sa feuille de route

«Nous voulons faire du PPRD un parti qui dure plus que le temps et plus que nous. Et qu’au-delà de nous quelque chose d’autre puisse continuer. Trop peu de partis ont survécu à la mort de leurs initiateurs et n’ont pas continué la lutte», a-t-il rassuré
Depuis sa nomination, le 15 mai 2015, en qualité de Secrétaire général du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie -PPRD-, Henri Mova Sakanyi n’a pas fait de déclarations à la presse. Il a plus écouté. Il a mis à profit ses 90 jours pour prêter une oreille attentive au bureau politique, au conseil national, au comité exécutif national, à la ligue des jeunes, à la ligue des femmes, aux structures de base de la ville de Kinshasa, bref à tous les organes statutaires de ce parti phare de la Majorité présidentielle.
Ce n’est qu’après qu’Henri Mova Sakanyi a élaboré son plan de redressement se résumant au concept «5 chantiers pour une action nouvelle». A travers ce plan ambitieux, le SG mise sur la restauration de l’identité du parti, la consolidation de son modèle d’administration, la crédibilisation de son image, son autonomisation socio-économique et l’amélioration de ses relations extérieures.
Pour sa première sortie médiatique en tant que Secrétaire général du PPRD, Henri Mova Sakanyi a opté pour un déjeuner de presse. Jeudi 13 août 2015, il a réuni la presse au prestigieux Hôtel Béatrice.
A cette occasion, le SG de ce parti qui se veut impliquer dans les enjeux de la société RD-congolaise, a dévoilé ses 5 chantiers. Représentés sous formes d’un arbre, les chantiers de Mova placent l’homme avant toute chose. Le but ultime est de ramener le pouvoir au peuple et de ramener le peuple autour du pouvoir. Le tout vise à chercher la grandeur et le bonheur permanent du peuple RD-congolais. La restauration de l’identité du parti, premier chantier du SG, entend recréer un mouvement de masses, replacer le peuple au centre du jeu politique, redynamiser les actions politiques de proximité, réinventer et mettre en place de nouvelles approches de communication avec le peuple et la base dont le porte-à-porte, l’organisation des conventions sectorielles, la formation permanente, le renforcement des capacités des militants, la réimplantation du parti, la fidélisation des membres existants, le recrutement de nouveaux membres ainsi que la pérennisation du parti.
Pour y arriver, Mova Sakanyi se propose d’effectuer une tournée pour redynamiser les fédérations et les cellules de base du parti. Dans sa tournée tant à l’intérieur du pays qu’en dehors des frontières nationales, le SG se rendra au Kongo Central, Bandundu, Kasaï Oriental et Occidental, Maniema, Katanga, Sud et Nord Kivu, Province Orientale et en Equateur. A l’extérieur du pays, c’est l’Angola, la République du Congo, la Tanzanie, l’Afrique du Sud, la Namibie, le Zimbabwe, le Togo, le Sénégal pour l’Afrique et la Chine, la Corée du Nord, l’Inde, la Turquie et le Japon pour l’Asie ainsi que la Belgique, la France, la Russie et le Royaume-Uni pour l’Europe.
La consolidation du modèle d’administration du parti, chantier numéro 2, est axée sur la création d’une nouvelle machine administrative pour piloter les actions et les opérations du parti ainsi que la mise en place d’un appareil administratif sain, normatif et capable de faire face aux nouveaux enjeux.         
Pour crédibiliser l’image du parti, chantier numéro 3, Henri Mova compte sur l’enjeu communicationnel. Raison pour laquelle, la stratégie globale de communication a été redéfinie avec la mise en place des outils de communication mix-médias, le lancement d’un magazine intitulé «Victoire du peuple», l’organisation d’un colloque annuel ainsi que la redynamisation du réseau de pèlerins dont les parlementaires débout, assis et en mouvement.
Le quatrième chantier, l’autonomisation socio-économique, exhorte à l’autogestion. Pour ce faire, les projets de développement endogène en faveur de la jeunesse et de la femme seront encouragés, les synergies économiques pour l’insertion professionnelle des catégories défavorisées en l’occurrence, les veuves, les femmes, les célibataires et les jeunes sans formation seront créées sans oublier la mise en place des mécanismes de micro-finance. Cette autogestion se fera à travers le sport, la culture et les actions citoyennes.
Le dernier chantier et non de moindre, ce sont les relations extérieures. Grâce à ce chantier, le PPRD veut améliorer ses rapports avec des partis et des organisations nationaux, les organisations de la Société civile ainsi que les personnalités politiques et les intellectuels. L’amélioration des rapports avec des partis et organisations des autres pays est également concernée par ce chantier.
PPRD en 5 dates
Créé le 31 mars 2002, le PPRD a connu depuis quatre secrétaires généraux. C’est aussi à cette date que Chikez Diemu a été désigné pour présider aux destinées de ce parti avec pour mission principale l’implantation du parti sur l’ensemble du pays. C’est le 13 septembre 2004 que Vital Kamerhe a été choisi pour piloter ce parti. Sous son mandat, le PPRD a obtenu la déclaration de son existence auprès du ministère de l’Intérieur sous l’empire de la loi n°04/2002 du 15 mars 2004 portant organisation et fonctionnement des partis politiques.
Vital Kamerhe a également préparé les élections législatives et présidentielles de 2006. Fin 2007, c’est Evariste Boshab qui prend les rênes du PPRD. La restructuration des organes du parti, la création des cellules de base ainsi que la préparation des élections législatives et présidentielle, telles ont été les missions de Boshab. Le tout dernier, Henri Mova Sakanyi, a été nommé le 15 mai 2015.
Les missions qui lui sont assignées sont la réimplantation du parti, la fidélisation des membres existants, le recrutement de nouveaux membres, la pérennisation du parti ainsi que la préparation des élections locales, législatives, provinciales,  sénatoriales, nationales et présidentielle de 2015-2016. L’actuel SG, avec ses adjoints dont Célestin Tunda Ya Kasende, Emmanuel Ramazani Shadary et Micheline Kulumba, jure de s’acquitter avec brio des missions qui lui sont confiées. Ses 5 chantiers en sont une preuve éloquente. En un mot comme en mille, le SG démarre ses activités.
Barick BUEMA

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer