Makiashi confirmé, Kawanda évincée, Gizenga appelle à la cohésion au sein du PALU

Willy Makiashi, le nouveau Secrétaire permanent du PALU

Willy Makiashi, le nouveau Secrétaire permanent du PALU

«Le 8 novembre dernier, j’ai nommé Willy Makiashi comme Secrétaire permanent et porte-parole du parti en abrogeant ma décision antérieure nommant Laure-Marie Kawanda … et dans les tout prochains jours, je procéderai à la nomination des membres du CENAL d’après le format que je jugerai nécessaire pour la bonne marche du parti et sa redynamisation à la base», a déclaré le patriarche de Gungu hier dimanche depuis sa résidence de Buma
Antoine Gizenga Fundji, secrétaire général du Parti Lumumbiste unifié -PALU-, vient de remettre de l’ordre dans son parti confronté ces derniers temps aux tensions dues à la résistance et au refus de Laure-Marie Kawanda de procéder à la remise et reprise avec le nouveau secrétaire permanent au motif que la décision de nomination ne serait pas authentique. Le chef du parti a voulu recadrer les choses. Au cours d’une réunion du Comité exécutif national -CENAL- élargie aux cadres à différents niveaux notamment aux membres du gouvernement, aux députés nationaux et mandataires publics issus du Palu et aux secrétaires provinciaux et chefs des sections de la ville de Kinshasa, le pan de voile a été levé. «Yandi ve» y a mis les points sur les i.
Pas de confusion à entretenir encore. C’est le député national Willy Makiashi qui est désigné secrétaire permanent et porte-parole du parti en remplacement de Laure-Marie Kawanda. Le patriarche de Gungu l’a bien souligné dans sa communication faite aux cadres du parti dans sa somptueuse villa de Buma dans la commune de Nsele. Kawanda est appelée à accepter sa déchéance conformément aux statuts du parti qui stipulent que le mandat du secrétaire permanent est d’une année renouvelable. «Si l’on constate que durant votre mandat annuel, rien n’a marché, attendez-vous à ce que quelqu’un d’autre soit nommé pour redynamiser le parti», a indiqué un cadre rencontré à la résidence du patriarche.   
Le dimanche 24 novembre 2013 marque le départ de Laure-Marie Kawanda à la tête du Palu et l’arrivée de Willy Makiashi selon la volonté d’Antoine Gizenga, chef du parti. Pendant que les hauts cadres du parti se dirigeaient vers Buma pour écouter le message du patriarche, plusieurs militants ont été invités au siège du parti au niveau de Pont Matete sur le boulevard Lumumba. Ceux qui se sont dirigés vers Buma ont reçu des menaces selon lesquelles à leur retour ils seront caillassés. C’est de l’intox. Gizenga a remis le train sur les rails. Il a mis fin au désordre que Kawanda voulait entretenir au risque de ternir l’image des femmes qui œuvrent au sein du parti. Tiré à quatre épingles, ce pionnier de l’indépendance encore en vie s’est adressé avec franchise aux cadres de son parti. «J’ai l’honneur de présider la présente réunion du Comité exécutif national -CENAL- élargie des cadres du parti à différents niveaux », a-t-il signifié à l’assistance composée des ministres, députés nationaux, mandataires publics, secrétaires provinciaux et chefs de sections de la ville de Kinshasa.
Il a saisi cette occasion pour faire le tour d’horizon sur le climat qui prévaut actuellement au sein du parti. Notamment sa communication faite à l’assistance, la présentation du nouveau secrétaire permanent et porte-parole du Palu en passant par la lecture des différents courriers suite au changement intervenu au secrétariat permanent, la situation au siège du parti ainsi que les échanges avec les participants.
Gizenga a donné des précisions en rapport avec la situation que traverse son parti en ce moment. Il a été clair dans ses propos en déclarant que le 8 novembre 2013, il a pris la décision n°PL/SGCP/009/2013 portant nomination du secrétaire permanent et porte-parole du parti, en la personne de Willy Makiashi. «A compter de cette même date du 08 novembre 2013, toutes les dispositions antérieures en la matière, en l’occurrence celle n°PL/SG/LEO/002/2012 du 21 septembre 2012 ayant porté nomination de Madame Laure-Marie Kawanda Kayena en qualité de secrétaire permanent, représentant du secrétaire général chef du parti, ont été naturellement abrogées», a souligné Gizenga. Et de poursuivre que Kawanda ne peut plus engager le Palu sous quelque prétexte que ce soit. Cela veut dire que la résistance affichée par la précitée qui ne voulait pas céder la place au nouveau promu est balayée d’un revers de la main.
Les militants du parti se demandent pourquoi y a-t-il eu cette nouvelle nomination. Et à Gizenga de répondre: «Dans la décision du 08 novembre 2013, j’ai évoqué notamment les impératifs de cohésion nationale, celle du parti et la consolidation de ce dernier », a-t-il martelé avant de souligner que sa décision, conforme aux dispositions organiques et statutaires du Palu, n’est pas révisable. En termes clairs, Kawanda doit libérer le fauteuil du secrétaire permanent. C’est déjà acté. Les choses ne se limitent pas là. Le patriarche a promis que dans les prochains jours, il procédera à la nomination des membres du CENAL d’après le format qu’il jugera nécessaire pour la bonne marche du parti et sa redynamisation à la base.
A cette fin, l’ancien Premier ministre demande aux cadres de son parti ainsi qu’aux organes de base de travailler dans le sens de l’intérêt du parti et de ses membres et non l’intérêt personnel. Il condamne avec force l’égoïsme. «L’égo personnel ni les considérations de tout ordre ne doivent aucunement guider le sens de notre comportement», dit Gizenga, surtout en ce moment où l’heure est à la cohésion nationale et à la concrétisation des efforts entrepris pour le redressement du parti.
Pour ce faire, il demande que l’esprit de dialogue refasse jour à tous les échelons des structures du Palu.  Son appel s’adresse particulièrement à l’endroit de ceux de membres du parti qui seraient tentés par le démon de la division et par des relents de déviation. Le patriarche en appelle à leur compréhension et à leur sens de discipline pour ne pas trahir les cinq documents de base du parti. L’heure n’est pas à la division ni à la diabolisation, mais au travail. Kawanda a fait son temps!
Octave MUKENDI 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*