Politique

Le M17 soutient le dialogue convoqué par Kabila

Le M17 soutient le dialogue convoqué par Kabila
«Parler de la récusation du facilitateur Kodjo, c’est reculer de cinq ans, car il faudra attendre la désignation d’un autre facilitateur. C’est pourquoi nous soutenons le dialogue convoqué par le Chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange», a noté Joséphine Mpaka Lwangy, présidente nationale du M17
La récusation facilitateur Edem Kodjo par le Rassemblement de l’Opposition dirigé par Etienne Tshisekedi continue de susciter de multiples réactions au sein de l’opinion nationale et internationale. Pour le Mouvement du 17 mai -M17-, les membres du Rassemblement doivent revenir sur leurs pas et prendre part aux travaux préparatoires de manière à débattre en l’interne leur cahier de charges. Récuser le facilitateur semble être une démarche vouée à un blocage qui n’aura pas d’issue. Ce parti soutient le dialogue convoqué par le Président de la République Joseph Kabila.
Les deux camps des «pro-dialogue» du côté Majorité présidentielle et Opposition continuent de s’entredéchirer. Le Rassemblement de l’Opposition, sous la conduite d’Etienne Tshisekedi, ne veut plus du facilitateur Edem Kodjo. Pendant ce temps, la Majorité présidentielle -MP- ainsi qu’une frange de la Société civile et de l’Opposition gardent leur confiance en ce facilitateur désigné par l’Union africaine -UA- auprès de qui ils ont, du reste, déposé mardi dernier les listes de leurs délégués au comité préparatoire du dialogue dont les travaux sont prévus ce samedi 30 juillet à Kinshasa. Dans cette perspective, le Mouvement du 17 mai -M17- s’est lancé dans le débat et a appelé à la tenue du dialogue politique national et inclusif. «A ce jour, il y a péril en la demeure pour notre cher et beau pays, un géant qui s’ignore parfois. Parler de la récusation du facilitateur Kodjo, c’est reculer de cinq ans, car il faudra attendre la désignation d’un autre facilitateur. C’est pourquoi nous soutenons le dialogue convoqué par le Chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange», a déclaré à Kinshasa, Joséphine Mpaka Lwangy, présidente nationale du M17. Elle a invité les autres forces politiques et sociales à soutenir cette initiative du Chef de l’Etat RD-congolais. «Que rien n’empêche ceux qui ont récusé le facilitateur de prendre part aux travaux préparatoires pour débattre de vive voix en interne de leurs idées autour du tapis vert, car récuser le facilitateur semble être, à notre avis, une démarche vouée à un blocage qui n’aura pas d’issue», a estimé Joséphine Mpaka. Pour le M17 qui se dit un parti charnière entre le régime déchu de Maréchal Mobutu et l’actuel régime kabiliste, l’heure a sonné pour que les RD-Congolais puissent se mettre ensemble afin de dialoguer pour l’intérêt supérieur de cette grande nation. Joséphine Mpaka a puisé dans la sagesse de l’ancien Président français De Gaulle qui a dit: «Si nous ne pouvons vivre tous ensemble comme des frères, nous allons mourir tous comme des imbéciles». Selon elle, la dualité accompagne toujours les humains. «Il y a le ciel et la terre, le jour et la nuit, le soleil et la lune, l’homme et la femme, la droite et la gauche, le démocrate et le républicain, la Majorité et l’Opposition. Tout ceci pour maintenir le monde et les nations en équilibre», a-t-elle souligné. La position du M17 constitue sa réaction à l’attitude de Kodjo et du Rassemblement de l’Opposition.
L’opinion se souviendra qu’au cours de la conférence de presse donnée samedi 23 juillet dernier à Kinshasa, Kodjo a annoncé le démarrage des travaux préparatoires ce 30 juillet en précisant que le comité préparatoire de ce forum aura trois rôles, à savoir: préparer l’ordre du jour du dialogue; apprêter le règlement intérieur et enfin résoudre toutes les questions logistiques et matérielles. La journée du mardi 26 juillet dernier a été consacrée à la réunion de vérification des mandats des délégués des parties prenantes. Réagissant dimanche 24 juillet au programme arrêté à la conférence de presse du facilitateur, le Rassemblement, par la main de son président Etienne Tshisekedi, a publié un communiqué récusant Edem Kodjo et demandant à l’Union africaine de tirer toutes les conséquences pour sauver le processus de mise en œuvre de la Résolution 2277 du Conseil de sécurité des Nations unies. Il a reproché au facilitateur la précipitation avec laquelle il a fixé les dates des travaux préparatoires du dialogue au lendemain de la publication des Ordonnances présidentielles qui ne satisfont pas aux exigences de la libération de tous les prisonniers politiques. Dans un communiqué diffusé mercredi 27 juillet dernier, l’Union africaine a demandé avec insistance au Rassemblement d’aller dialoguer avec les autres.
Octave MUKENDI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer