Politique

L’appel de Ban Ki-Moon aux présidents africains

ban-ki-moon-pouLe SG de l’ONU invite tous ces dirigeants à respecter leurs engagements en faveur de la bonne gouvernance et du respect des droits de l’homme, ainsi qu’à respecter leurs constitutions respectives afin d’éviter les conflits qui créent des crises insupportables et l’instabilité politique
Le 26ème Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine -UA- tenu du 30 au 31 janvier 2016 à Addis-Abeba reste marqué par trois choses. D’abord, l’interpellation des dirigeants africains à respecter leurs constitutions en vue d’éviter l’instabilité politique sur le continent. Ensuite, la demande formulée par Robert Mugabe de voir l’Africain siéger en permanence au Conseil de sécurité de l’ONU et enfin, l’élection du président tchadien Idriss Deby Itno pour présider aux destinées de l’UA durant 2016 en remplacement du zimbabwéen Mugabe.
Invité d’honneur à Addis-Abeba, Ban Ki-Moon a prononcé sa dernière allocution au sommet annuel de l’Union africaine en tant que secrétaire général de l’ONU. A cette occasion, il a interpellé les dirigeants africains notamment à respecter leurs engagements en faveur de la bonne gouvernance et du respect des droits de l’homme ainsi qu’à respecter leurs constitutions respectives afin d’éviter les conflits qui créent des crises insupportables et l’instabilité politique.
«Les droits de l’homme sont déterminants pour le maintien de la paix et de la sécurité, la lutte contre l’extrémisme violent et la promotion du développement durable, les femmes doivent pouvoir participer pleinement à la vie de la société», a souligné le patron de l’ONU.
Pour Ban Ki Moon, l’ère de l’exclusion est terminée, et il faut, par conséquent, investir résolument dans l’autonomisation des femmes. A cette fin, il a rappelé l’importance des accords historiques conclus l’an dernier, portant sur les 17 objectifs de développement durable qui cadrent avec la vision de l’agenda 2063 de l’Union africaine.
Pour sa part, le président sortant de l’Union africaine, Robert Mugabe du Zimbabwe, a déclaré solennellement au secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon, de présenter la demande légitime du continent africain, afin de reformer le Conseil de sécurité de l’ONU. Mugabe a insisté sur le fait qu’il est temps pour que l’Afrique siège comme membre permanant au sein du Conseil de sécurité des Nations Unies. «Il est question ici de mettre fin à l’injustice dans la gouvernance mondiale», a-t-il plaidé.
Au cours du dudit sommet, le nouveau bureau de l’UA a également été élu. C’est le sortant de l’UA et président du Zimbabwe, doyen des Chefs d’Etat africain, Robert Mugabe, représentant l’Afrique australe, qui a transmis le bâton de commandement de la présidence en exercice de l’Union africaine à l’Afrique centrale, dont le président Tchadien Idriss Deby Itno a été choisi par ses collègues d’Afrique centrale pour présider l’Union africaine en 2016.
Dans son discours d’acceptation, le président Idriss Deby Itno a déclaré que c’est un immense plaisir fait au Tchad et à son peuple en le nommant Président en exercice de l’Union africaine pour l’année 2016.
«Il est temps de nous adapter à la nouvelle dynamique mondiale où la solidarité et la complémentarité sont les meilleures armes contre la pauvreté et les menaces transnationales de toutes sortes. L’Union africaine est et demeure le creuset de cette solidarité, la dynamique de l’Unité, de l’intégration humaine, politique et économique», a déclaré Idriss Deby Itno.
Intervenant devant les délégations de 54 Etats africains à l’ouverture du sommet, samedi 30 janvier, la présidente de la commission de l’union africaine, Nkosazana Dlamini Zuma a rappelé l’importance de la mise en œuvre des programmes de développement nécessitant la paix, l’unité et la prospérité des populations africaines, selon la vision de l’Agenda 2063,d’une Afrique en paix et prospère dans toutes ses dimensions.
Bien avant, les chefs d’Etat et de gouvernement africains, au cours d’une réunion à huis clos, ont examiné la situation sécuritaire du continent africain et l’agenda de développement continentale. Pour eux, il est temps d’agir afin de donner aux populations africaines une vie meilleure.
Le Président de la RD-Congo, Joseph Kabila Kabange, a été représenté à ce sommet par Raymond Tshibanda N’Tungamulongo, ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération internationale. Il était à la tête d’une forte délégation composée de Kikaya Bin Karubi, conseiller principal du Chef de l’Etat en charge des questions diplomatiques, Christophe Mboso, vice-ministre de la Justice, Jeanine Mabunda, Représentante du chef de l’Etat en charge des questions des violences sexuelles, ainsi que d’autres experts du gouvernement RD-congolais .
Ce 26ème sommet a été placé sous le thème:«2016, année africaine des droits de l’homme avec une attention particulière pour les droits des femmes», pour une Afrique en paix et prospère conformément à l’agenda 2063».
Octave MUKENDI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer