Politique

Kin-kiey: gestion mode 3.0 des relations Parlement-Gouvernement

Kin-kiey
Avec son réseau des points focaux dans chaque ministère mis en place, un séminaire-atelier de très haut niveau organisé en partenariat avec le PNUD à leur intension, Tryphon Kin-kiey imprime sa marque dans la gestion des recommandations du Parlement au Gouvernement, aux entreprises publiques et autres services de l’Etat
C’est une véritable modernisation des relations entre le Parlement et d’autres institutions de la République dont le gouvernement et autres structures sous sa charge, que vient d’amorcer Tryphon Kin-kiey, ministre RD-congolais des Relations avec le Parlement.
Lundi 16 novembre, dans une salle des Conférences de l’hôtel Memling pleine à craquer, en présence de Thomas Luhaka, vice-premier ministre en charge des Postes, télécommunications et Nouvelles technologies de l’Information et de la communication représentant le Premier ministre, Tryphon Kin-kiey a procédé à l’ouverture du séminaire-atelier sur le renforcement des capacités des experts du Gouvernement et d’évaluation des recommandations du parlement adressées au gouvernement de la République. Des orateurs haut de gamme, des modules méticuleusement choisis, des participants issus de tous les secteurs de la vie nationale, 3 jours des travaux…tout est mis en place pour une gestion 3.0 des relations entre le Parlement, Gouvernement et autres services de l’Etat.
Ministres des Travaux publics, Fridolin Kaswesshi, des Ressources hydrauliques, Matadi Nenga et son vice, Maguy Rwakabuba, vice-ministre au Plan et suivi de la Révolution de la modernité, Franklin Tshamala…le vice-premier ministre en charge des PT-NTIC, représentant personnel du Premier ministre, des représentants des présidents de deux chambres du Parlement, des ambassadeurs et chefs de missions diplomatiques, sénateurs et députés, des secrétaires généraux de l’administration publique…que du beau monde pour assister à la cérémonie d’ouverture de ce séminaire-atelier. Le premier à prendre la parole, le directeur pays du Programme des Nations unies pour le développement -PNUD.
Concise dans ses propos, elle assure tout l’appui du PNUD à l’initiative de Kin-kiey qui ne vise rien d’autre que la gestion démocratique, basée sur la culture de recevabilité. Il faut le dire, le ministère des Relations avec le Parlement est resté pendant longtemps un ministère sans contenu, sans visibilité. Ceux qui l’ont animé auparavant se contentaient juste d’accompagner leurs homologues ou le Gouvernement devant la représentation nationale. Point barre! Les recommandations formulées par les élus au Gouvernement, personne ne s’en occupait.
Personne ne pouvait savoir à quel niveau elles ont été exécutées. Aujourd’hui, Kin-kiey veut moderniser les choses. «Le Parlement, soucieux de ses prérogatives, veut contrôler un Exécutif qu’il a investi sur base d’un programme en lui faisant confiance mais qui, de l’avis unanime, par la puissance publique qu’il incarne et exerce, aurait trop de pouvoirs, serait tenté d’en abuser si le Législatif n’usait de son contre-pouvoir d’information, de contrôle et de sanction -a priori au moment du vote de confiance, a posteriori- au moment de la redevabilité, lors de la reddition des comptes ou, art. 138, lors de la question orale ou écrite, de la question d’actualité, de l’interpellation, de la commission d’enquête et de l’audition par les Commissions», argumente le ministre des Relations avec le Parlement.
Et d’ajouter: «Je m’empresse de remercier le Programme des Nations Unies pour le Développement -PNUD-, qui, en cette période d’austérité budgétaire et de resserrement du train de vie du Gouvernement, a accepté, sans la moindre hésitation, d’appuyer et d’accompagner mon ministère dans l’organisation des activités de ce secteur crucial de gouvernance démocratique en actionnant son projet Gouvernance politique et administrative». Durant 5 jours, les points focaux venus des tous les ministères vont participer à un Séminaire d’apprentissage des méthodes et suivi d’un atelier d’application de ces méthodes sur le contrôle parlementaire et l’évaluation de l’exécution des recommandations du Gouvernement.
Dans les jours à venir, rassure Tryphon Kin-kiey, d’autres séminaires à l’intention, cette fois, des administratifs, des chefs d’entreprises, des membres du Gouvernement au niveau national et provincial, sur ce même thème de gouvernance démocratique, seront organisés.
HMK  
 
 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer