Politique

Katumbi devant la barre, les magistrats instructeurs s’intéressent aux 6 présumés fugitifs

 
Moise Katumbi a accepté de se présenter au Parquet de Lubumbashi, où il sera entendu ce lundi à partir de 10 heures dans l’affaire des présumés mercenaires américains soupçonnés à son service. Selon les indiscrétions d’une source judiciaire kinoise, la justice s’intéressera principalement à la destination de six autres présumés compagnons de l’ex-commando Darryl Lewis, «aperçus dans les images lors de la manifestation interdite et dispersée du 24 avril dernier à Lubumbashi et introuvables dans la ville peu après l’arrestation de leur collègue et devenus une menace pour la sûreté nationale depuis leur évaporation dans la nature». De l’avis de cette source, le communiqué de l’ambassade des Etats-Unis publié le 5 mai «a réconforté l’opinion sur la gaffe commise par Katumbi  en s’entourant des gens dont la mission diplomatique américaine en RD-Congo n’avait pas la maitrise».
A l’en croire, l’ambassade a contredit le candidat président en révélant au public la véritable face de cet ancien militaire américain, Darryl Lewis, aujourd’hui en état d’arrestation, comme le conseiller en matière de sécurité de Monsieur Katumbi alors que ce dernier a, pendant plusieurs jours, nié ne pas le connaitre avant d’en rejeter la responsabilité à son propre garde du corps, Mwashila Frank, présenté comme patron de la société de gardiennage Pomba One Security, puis de se raviser après la conférence de presse du ministre de la Justice».
Moise Katumbi, lui, n’a pas le même entendement du communiqué de l’ambassade des Etats-Unis. «Merci aux USA de rétablir la vérité», se félicitent ses proches. La justice, pour sa part, est convaincue que maintenant que l’ancien gouverneur se rend devant les magistrats instructeurs pour répondre des faits lui allégués, il devra surtout s’expliquer sur la destination de ces présumés fugitifs. «Le magistrat instructeur cherchera notamment à savoir si Katumbi a réellement dissimulé les autres hommes, collègues de Darryl Lewis arrêté, alors que ces derniers l’avaient bel et bien accompagné le 24 avril à sa manifestation politique de la Kenya comme en témoignent plusieurs photos prises par son propre entourage et qui logeaient dans ses résidences», apprend-on du cabinet du ministre de la Justice, où l’on affirme que les Etats-Unis sont préoccupés certes par la défense des intérêts de leurs ressortissants mais ne se substitueront pas à la Justice de la RD-Congo, qui demeure indépendante.
«Le gouvernement espère qu’une fois devant la barre, Katumbi, qui se dit pacifiste mais mobilise les jeunes de Lubumbashi, parmi les plus radicaux pour l’accompagner au Parquet, viendra collaborer avec la Justice et non pas chercher à créer la confusion ou n’envisage pas d’organiser une expédition punitive à l’endroit de la Cour au cas où la justice décidait de son maintien ou se faire acclamer comme un héros sur son chemin de retour à sa résidence», craint-on cependant.
L’entourage de Katumbi rétorque: «on ne peut pas interdire le public ou les sympathisants de témoigner leur solidarité à leur leader et rien de fâcheux ne se passera. La justice garantit à l’accusé le respect de ses droits fondamentaux et ne vient pas jouer le jeu du pouvoir qui l’accuse. Pour l’heure, évitons de lui faire un quelconque procès d’intention».
Natine K.
 
 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer