Politique

Kambinga prône l’émergence d’une nouvelle classe entrepreneuriale

«Nous allons collecter des projets industriels innovants qui seront financés à un niveau suffisant pour que les entreprises se créent par des actes concrets de l’Etat. A travers ce prix, chaque année, une vingtaine de jeunes bénéficieront d’un encouragement de la part de l’Etat sous forme d’une subvention», a précisé le ministre de l’Industrie
Le ministre RD-congolais de l’Industrie, Germain Kambinga Katomba -GKK- passe désormais pour l’homme des défis. Depuis sa nomination à la tête de ce ministère, il enchaîne des initiatives allant dans le sens de booster le secteur industriel RD-congolais. Son dernier pari: l’émergence d’une nouvelle classe entrepreneuriale. Pour y arriver, GKK pense qu’il est important de donner l’opportunité aux jeunes, ayant des projets innovants mais manquant des moyens, de faire exprimer leur génie.
A cet effet, vingt jeunes, chaque année, bénéficieront désormais d’un financement de l’Etat, à travers le Prix de l’innovation industrielle dénommé «Joseph Kabila». Mercredi 30 septembre 2015 au siège du Fonds de promotion de l’industrie -FPI-, Germain Kambinga et Constantin Mbengele Kwete, ADG du FPI, ont eu une réunion préparatoire précédant le lancement officiel du concours de ce prix. Il y ressort, après dépôt et tri des candidatures dans les agences du FPI disséminées dans toutes les provinces, les lauréats seront connus dans quelque cinquante jours.
En RD-Congo, généralement, les jeunes se plaignent d’avoir des projets et manquer de financement. Ces jeunes peuvent, d’ores et déjà, préparer leur dossier pour compétiter avec les autres jeunes issus de toutes les provinces du pays. Vingt jeunes, dont les projets se seront distingués, bénéficieront d’un financement de l’Etat RD-congolais pour commencer une affaire. C’est le FPI qui est chargé de collecter et de traiter ces projets. Les jeunes qui sont dans les provinces sont priés de se rendre dans les agences provinciales du FPI pour y soumettre leurs candidatures. Par après, ces antennes transmettront leurs candidatures à la direction générale du FPI à Kinshasa.
Pour le ministre de l’Industrie, le Prix de l’innovation industrielle, baptisé «Joseph Kabila», existe au sein de son ministère. Cette année, le ministre tient à la participation des jeunes de toutes les provinces. «Nous allons, avec le FPI, donner à ce prix une dimension nationale avec un impact réel sur les idées qui croisent les perspectives que le Chef de l’Etat veut offrir à notre pays. Nous parlons ici de l’émergence d’une nouvelle classe entrepreneuriale», a précisé Germain Kambinga, avant d’insister: «nous allons collecter des projets industriels innovants qui seront financés à un niveau suffisant pour que les entreprises se créent par des actes concrets de l’Etat afin que la vision du Président de la République se reflète à travers l’émergence, chaque année, d’une vingtaine de personnes bénéficiaires de cet encouragement de l’Etat».
Pour présider le jury de ce concours, le ministre de l’Industrie a jeté son dévolu sur l’ADG du FPI. Il est chargé de coordonner toutes les équipes pour que les résultats escomptés soient effectifs dans le délai imparti. «Les critères seront déterminés par le président du jury et toute son équipe. Par leur expérience, ils sauront quel projet est le plus mûr et a atteint le niveau de maturité nécessaire pour être financé ou être accompagné de manière gracieuse sous forme d’une subvention de l’Etat RD-congolais», a rassuré Germain Kambinga tout en souhaitant: «nous voulons que cette année ce soit des RD-Congolais anonymes, exprimant leur génie et provenant de toutes les provinces du pays, qui soient bénéficiaires de cet encouragement de l’Etat».
Le président du jury, l’ADG du FPI, a sincèrement remercié le ministre de l’Industrie pour avoir placé sa confiance en lui. Il a, par cette même occasion, promis de s’acquitter de cette responsabilité avec brio. «Nous allons mettre en place notre expertise et notre expérience pour atteindre l’émergence tant voulue par le Chef de l’Etat. Nous avons des cadres bien formés dans notre entreprise. Nous voulons simplement que les jeunes comprennent qu’on ne peut pas seulement travailler dans un bureau classique. Mais, on peut commencer sa petite affaire et devenir demain un grand patron. Nous sommes déjà au travail pour que dans les cinquante jours, nous procédons au dévoilement des bénéficiaires de ce financement», a rassuré Constantin Mbengele. La balle est dans le camp des jeunes ambitieux.
Barick BUEMA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer