Politique

G7: le coup de gueule de Mwando Nsimba

L'autorité morale de l'UNADEF, Charles Mwando Nsimba
L’autorité morale de l’UNADEF, Charles Mwando Nsimba
«Nous sommes déterminés à faire face à toute l’oppression qu’il y a aujourd’hui. Nous avons le droit d’informer suffisamment la population. Si on essaie de nous museler, c’est pour que nous ne disions pas la vérité au peuple. Au G7, on ne se fait pas prendre. Très prochainement, en ma qualité du président en exercice de G7, j’entreprendrais une tournée à travers la République non sans me rendre à mes circonscriptions électorales», a-t-il promis
Charles Mwando Nsimba rejette toutes les accusations faisant état des dissensions ou des défections au sein de G7. Le président en exercice de cette plate-forme regroupant les sept partis politiques dissidents de la Majorité présidentielle -MP- dénonce plutôt un montage grotesque fait par quelqu’un tapi dans la MP avec un pseudonyme qu’il connait bien. Au cours d’une conférence de presse organisé jeudi 28 janvier dernier au siège de G7 sur l’avenue Prince de Liège, dans la commune de la Gombe, Charles Mwando Nsimba a abordé plusieurs sujets d’actualité. Il s’agit notamment du refus de se rendre à ses circonscriptions électorales dont il a été victime, le dédoublement des partis politiques, le dialogue politique national inclusif convoqué par le Chef de l’Etat et tant d’autres. «Je suis toujours président en exercice de G7 et par conséquent ni l’UNAFEC moins encore l’UNADEF n’a quitté le G7. Quoi qu’il arrive, nous tiendrons le cap parce que nous constatons une certaine panique. Nous ne tomberons pas dans ce piège. Nous n’avons pas d’armes. Notre seule arme est la liberté d’expression et nous réclamons qu’on nous la rende», a insisté Charles Mwando Nsimba.
Une certaine presse RD-congolaise a parlé d’une réunion de G7 tenue à Lubumbashi à l’issue de laquelle l’UNAFEC, l’UNADEF et Moïse Katumbi ont claqué la porte non sans traiter ceux qui étaient restés des partis politiques kinois voyous et des taupes de la Majorité présidentielle dans l’Opposition. Une information largement relayée par les réseaux sociaux. Charles Mwando Nsimba, autorité morale de l’UNADEF et président en exercice de G7, est sorti du bois. Il a rejeté en bloc toutes informations tout en les qualifiant d’un montage grotesque n’ayant aucun fondement. Un véritable coup de gueule. «On connait ce langage. C’est un langage utilisé par des lâches», a-t-il fait savoir. Le président en exercice de G7 dit avoir constaté une certaine panique de la part de ceux qui l’ont empêché de se rendre à Moba et à Kalemie où il est élu député national et député provincial. «On a érigé des barricades de l’aéroport jusqu’à ma résidence pour que les gens ne puissent pas y avoir accès. Qui a peur de qui? Je ne suis pas armé et je me promène sans escorte. Tout ceci c’est pour intimider nos partis politiques particulièrement le G7», a précisé Charles Mwando Nsimba. Ne reculant devant rien, il a promis qu’en sa qualité du président de G7 il entreprendra une tournée sur toute l’étendue du territoire national non sans se rendre à ses circonscriptions électorales. «Nous sommes déterminés à faire face à toute l’oppression qu’il y a aujourd’hui. Nous avons le droit d’informer suffisamment la population. Si on essaie de nous museler, c’est pour que nous ne disions pas la vérité au peuple. Au G7, on ne se fait pas prendre», a-t-il martelé.
Concernant le dialogue, Charles Mwando Nsimba constate que tout est fait pour qu’il n’y ait pas ce grand forum. Il en veut pour preuve le retard accumulé pour l’installation du comité préparatoire. Raison pour laquelle il exhorte la Majorité présidentielle d’arrêter d’accuser la population ou l’Opposition d’être à la base de quoi que ce soit. «Nous sommes pour l’organisation des élections à temps», a-t-il asséné avant d’affirmer: «le glissement est intéressant pour les mal-élus et les non-élus. Leur logique est que plus longtemps il n’y a pas d’élections, plus longtemps on est au Parlement. Ces mal-élus ont peur d’aller aux élections parce que plus de 60% d’entre eux seront débarqués. Ils se réfugient derrière le Président Kabila prétextant qu’il faut le maintenir au pouvoir pour le développement du pays. Tout en félicitant le ministre belge des Affaires étrangères, Charles Mwando Nsimba n’a pas hésité un seul instant pour rappeler les contenus des lettres de G7 adressées au Chef de l’Etat. A en croire ses propos, ils ont exhorté le Président de la République, initiateur de la démocratie, de faire en sorte que l’alternance consolide celle-ci.
Barick BUEMA  

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer