Politique

Elaboration du plan d’action humanitaire 2016 : Degbalase entreprend de répondre

Aux besoins des populations affectées «Mon ministère ne ménagera aucun effort pour faciliter le travail des acteurs humanitaires, mieux, s’engager à les accompagner afin qu’ils puissent apporter des réponses adaptées», a rassuré la ministre des Affaires sociales, action humanitaire et solidarité nationale 
Pour avoir une vision commune de la nature des besoins humanitaires et des priorités de l’assistance urgente dont les populations ont besoin, la ministre des Affaires sociales, action humanitaire et solidarité nationale, Adèle Degbalase Kanda, a organisé jeudi 29 octobre 2015, un atelier national de planification de la réponse relative au Plan d’action humanitaire 2016.
Document stratégique clé en élaboration, ce plan a pour objectif d’apporter des réponses appropriées aux multiples questions humanitaires au cours de l’année prochaine. Pragmatique, Adèle Degbalase a exhorté les participants à cet atelier de mettre un accent particulier sur les résultats. «Le vœu le plus ardent des RD-Congolais est de voir les retombées de cet atelier apporter une réponse efficace et durable aux problèmes humanitaires ressentis par les couches vulnérables de notre pays dans les zones touchées», a-t-elle souhaité.
Plusieurs étapes ont été franchies dans l’élaboration de ce Plan national. Il s’agit notamment des ateliers de préparation, des ateliers provinciaux, un atelier de l’inter-cluster national et tant d’autres. Un mois avant la finalisation de ce document, les experts du ministère des Affaires sociales, action humanitaire et solidarité nationale et du Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies en RD-Congo -OCHA- ainsi que de la Coordination des affaires humanitaires des Nations unies se sont réunis à l’Hôtel Venus afin de mobiliser les ressources nécessaires à la réponse humanitaire en 2016.
Si la ministre Degbalase a estimé que le précédant Plan d’action humanitaire a porté des fruits avec des réponses appropriées en faveur des populations, elle souhaite que celui de 2016 n’en soit pas moins. «D’autres projections s’avèrent importantes pour peaufiner davantage les stratégies et les mécanismes à mettre résolument en place pour permettre à ce qu’il y ait plus de fluidité et de facilité dans les différentes interventions humanitaires sur toute l’étendue du territoire national», a-t-elle affirmé. A en croire ses propos, cet atelier national de planification posera les jalons d’une année 2016 apaisée, porteuse d’espoir dans le but de revitaliser les couches sociales des populations RD-congolaises.
«Mon ministère ne ménagera aucun effort pour faciliter le travail des acteurs humanitaires, mieux, s’engager à les accompagner afin qu’ils puissent apporter des réponses adaptées», a-t-elle rassuré. Présent à ces assises, le chef de Bureau OCHA/RD-Congo, Rein Paulsen, a dévoilé les raisons de leur rencontre non sans indiquer que face à l’ampleur des besoins humanitaires persistants en RD-Congo, il est important de focaliser l’attention nécessaire sur ces besoins dans un contexte des ressources limitées.
«Ce programme ambitieux est à la mesure du mandat important que nous a confié l’équipe humanitaire pays. Je suis convaincu qu’ensemble, nous répondrons à ses attentes. Soyons prêts à dialoguer dans un esprit franc et constructif en vue de permettre un document stratégique de qualité qui permette une réponse aux attentes des bénéficiaires», a-t-il souhaité. Le coordonnateur humanitaire a.i, Stefano Severe, a, quant à lui, déploré le fait que les financements destinés à la réponse humanitaire diminuent alors que les besoins humanitaires s’accroissent.
«Cette réduction des ressources financières nous oblige à faire en permanence un plaidoyer, c’est-à-dire convaincre les bailleurs de fonds sur la nécessité de ne pas oublier la RD-Congo. Comme les besoins n’ont pas diminué, un exercice rigoureux de priorisation devient fondamental et incontournable», a-t-il constaté avant de renchérir: «les résultats des travaux d’aujourd’hui ont un objectif, celui de sauver des vies humaines. Je suis heureux d’être parmi vous, car le souci qui nous anime tous est de trouver des solutions les plus rapides, efficaces et pérennes afin de soulager les souffrances des millions de RD-Congolais affectés par une crise humanitaire multidimensionnelle et qui a déjà trop duré».
Stefano Severe a recommandé aux humanitaires à apprendre comment dépenser moins d’argent tout en obtenant plus de résultats. Qu’à cela ne tienne, Adèle Degbalase a émis le vœu de voir ces travaux aboutir à des résultats escomptés au bénéfice de la population touchée par la crise humanitaire en grande échelle à la grande satisfaction de la nation toute entière.
Barick BUEMA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer