Politique

Contestation au dialogue: Kamehre a un schéma court

Co-modérateur du dialogue national inclusif, Vital Kamerhe a un schéma court pour faire sortir la RD-Congo de la crise. Ce schéma consiste à rencontrer tour à tour le Président de la République, Joseph Kabila, et le président du conseil des sages du Rassemblement des forces acquises au changement, Etienne Tshisekedi.
Objectifs: exposer le chemin le plus court pour que ce dialogue se termine dans quelques jours et ramener le Rassemblement à ces assises. «Tout le monde est conscient que nous sommes dans la crise. D’où, nous devons convenir ensemble pour pouvoir dire au peuple RD-congolais, au terme de ce dialogue, la date de l’élection présidentielle et de la passation de pouvoir», a-t-il appelé.
Mais tout de suite après l’ouverture des travaux, Kengo est venu semer le doute en contestant la désignation de Kamerhe à la modération non sans menacer de suspendre sa participation aux travaux.
A l’ouverture du dialogue national inclusif, jeudi 1er septembre 2016, l’Opposition n’a pas affiché complet.
Désigné chef de la délégation de l’Opposition et co-modérateur de ce forum, Kamerhe, certain que l’Opposition va harmoniser ses vues, a plaidé pour la suspension des travaux pendant deux jours tout en promettant de s’investir personnellement, avec l’appui de l’Eglise catholique et de la Communauté internationale, pour convaincre les absents de les rejoindre. Il est d’avis qu’il n’y aura pas de piège qui ne pourra pas être démonté.
Sa motivation se fonde dans la feuille de route du dialogue où aucun parti de la Majorité présidentielle n’a tenté de négocier un 3ème mandat pour Kabila.
«Tout le monde est conscient que nous sommes dans la crise. D’où, nous devons convenir ensemble pour pouvoir dire au peuple RD-congolais, au terme de ce dialogue, la date de l’élection présidentielle et de la passation de pouvoir», a dis Kamerhe dans son discours.
Kamerhe a, en plus, imploré la bonne foi du Président de la République pour le rencontrer afin de lui dévoiler son schéma, un chemin le plus court pour que ce dialogue se termine dans quelques jours. «Ensemble, nous devons œuvrer pour que nous sortions de la zone de la honte et de faire comprendre au peuple que nous privilégions ses intérêts et montrer à la Communauté internationale que nous ne serons pas des éternels assistés», a appelé le président de l’UNC.
Fervent défenseur d’un dialogue conforme à l’Accord-cadre d’Addis-Abeba, Kamerhe semble s’être rendu à l’évidence qu’il était en train de soutenir un schéma susceptible de déboucher à des élections pacifiques, crédibles, transparentes, conformément à la Constitution RD-congolaise, aux instruments normatifs, régionaux et internationaux. L’opposant a démontré le caractère incontournable du dialogue en rappelant qu’il s’agit d’un engagement de la RD-Congo vis-à-vis des pays de la Sous-région des Grands lacs et de la Communauté internationale.
Mettant en profit sa tâche de co-modérateur de l’opposition et jouant un rôle important, Vital Kamerhe est d’avis que les réflexions et recommandations de ce comité préparatoire serviront de base pour le dialogue à proprement parler. A ceux qui le qualifient de traitre, Vital Kamerhe leur a dit qu’il ne trahira jamais son pays. Il est là pour bâtir l’avenir, construire le vivre ensemble, renouveler la justice, la solidarité et l’amour de la patrie. A ce sujet, il a rappelé le problème de Beni. Ce dernier est son point sensible.
De son côté, le facilitateur Edem Kodjo ne cesse de répéter son refrain «sachez que les portes, largement ouvertes de notre enceinte, sont prêtes à accueillir à tout moment nos frères encore absents en qui nous tendons les paumes ouvertes de la fraternité. Aujourd’hui ou demain, ils seront toujours les bienvenus et nous nous organiserons pour qu’en toute circonstance, ils aient la parole sur tous les thèmes inscrits à l’ordre du jour, y compris ceux qui auront été déjà traités».
Le Togolais Kodjo tient à la réussite de ces assises. Il a estimé que le peuple RD-congolais mérite de vivre en paix. Pour Kodjo, la réussite de ce dialogue enverra un message fort à toute l’Afrique, attestant que la RD-Congo demeure une nation capable de se prendre en charge. Confiant, il croit que les délégués à ce dialogue relèveront ce défi. Selon lui, ce dialogue est lancé conformément à la Constitution RD-congolaise et à la résolution 2277 du Conseil de sécurité de Nations-Unies.
Bijou KULOSO

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer