PolitiqueSociété

Cinq officiers FARDC condamnés à des lourdes peines au Kongo Central

La Cour militaire du Kongo Central n’a pas été complaisante dans la gestion du dossier judiciaire des officiers militaires des Forces armées de la RD-Congo -FARDC- commis au poste frontalier de Lufu dans le Kongo Central, accusés de violation des consignes et de tentatives de corruption. Interpelés samedi 8 octobre, c’est le mercredi 12 octobre dernier que le verdict est tombé. La Cour militaire a condamné les 5 officiers militaires à des peines allant d’un à 15 ans de prison ferme.
Selon le Ministère public, ces militaires étaient corrompus par un opérateur économique afin de faire passer frauduleusement sept véhicules de ciments gris au poste frontalier de Lufu sans pour autant payer les taxes provinciales au Kongo Central. Saisis le samedi 8 octobre en flagrance délit, les 5 officiers militaires ont directement été mis à la disposition de la justice militaire de la province.
Au terme d’une audience publique qui s’est déroulée durant quatre jours devant une foule nombreuse, ces officiers de l’armée ont, mercredi 12 octobre, été reconnus coupables de violation des consignes et tentatives de corruption au poste frontalier de Lufu, dans le territoire de Songololo, où se tient un marché transfrontalier. Ils ont écopé de peines allant d’un à quinze ans de prison ferme. Il s’agit de 5 officiers et subalternes des Forces armées de la RD-Congo -FARDC-, parmi lesquels le commandant du 11ème régiment des génies militaires du Kongo Central.
Ce colonel est condamné à 15 ans de prison ferme et doit payer des milliers de Francs congolais comme amendes transactionnelles. En tant que commandant d’armée, la justice militaire lui reproche d’avoir cherché à faire passer 7 véhicules transportant de ciment gris en provenance de l’Angola sans payer les taxes provinciales. Ses subordonnés notamment un capitaine, un sergent et deux lieutenants ont été condamnés chacun à des peines allant de deux à dix ans de prison ferme.
Pour sa part, le propriétaire de ces ciments importés, accusé d’avoir incité ces miliaires à violer les consignes de sécurité aux frontières, s’est vu acquitter. Par ailleurs, la justice militaire lui a ordonné de payer uniquement les taxes à l’importation des ciments gris dues à la province.
OK

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer