Politique

AKORDE défend Ngoyi Kasanji

«Contrairement au vœu de DAKOR, les accords de partenariat de SOGEWYZ avec la MIBA sont conformes aux exigences de la législation RD-congolaise en la matière. Ils  sont signés par la MIBA et ses différents  partenaires en présence du ministre provincial de l’Intérieur, représentant et défenseur des intérêts de la République», souligne le président de cette association
 
Une guerre sans merci a vu le jour au Kasaï-Oriental et vise en particulier le gouverneur Alphonse Ngoyi Kasanji, assumant les affaires courantes après le découpage territorial et en attendant la mise en place des nouvelles autorités. Tout le monde sait que l’ancienne province portant le même nom a été démembrée en trois nouvelles entités dont Lomami ayant pour chef-lieu Kabinda, Sankuru dont la capitale provinciale est Lusambo ainsi que le Kasaï Oriental ayant gardé pour chef-lieu la ville de Mbuji-Mayi. Pendant que l’attention est fixée sur la mise en place des autorités provinciales en vue de faire face aux problèmes de développement qui plongent le peuple dans la misère, les hostilités se sont ouvertes au Kasaï wa Balengele. La bataille est lancée par Benoit Kazadi, à travers l’association Dynamique pour l’alternance au Kasaï Oriental -DAKOR, qui tient à tout prix à obtenir la tête de l’actuel gouverneur.
Cette attitude n’est pas appréciée par les Amis du Kasaï Oriental pour le développement -AKORDE- qui dénonce la mauvaise foi de Benoit Kazadi, ancien bourgmestre de la commune de la Muya, déchu pour mauvaise gestion administrative.
L’ONG des Amis du Kasaï Oriental pour le développement -AKORDE- se dit stupéfiée par les déclarations de la Dynamique pour l’alternance au Kasaï Oriental -DAKOR-, contre le gouverneur Ngoyi Kasanji. Dans une déclaration rendue publique le jeudi 1er octobre 2015, par Jean Berghmans Nkongolo, président d’AKORDE, remet les pendules à l’heure et dénonce cette campagne de diabolisation orchestrée par les fils égarés de la province pour avoir été défenestrés de leurs fonctions pour mauvaise gestion. C’est un coup de massue. AKORDE réfute point par point les allégations d’AKORDE dictées par Benoit Kazadi. Quitte au peuple de juger.
JB Nkongolo fait parler les faits qui blanchissent Ngoyi Kasanji de sa gestion de la province diamantifère. «Nous comprenons que Benoit Kazadi et les mains obscures qui le manipulent poursuivent un seul objectif: régler des comptes à la personne d’Alphonse Ngoyi Kasanji qu’ils détestent sans raisons valables. Que la Dynamique pour l’alternance au Kasaï Oriental, aile Benoit Kazadi retienne que l’alternance qu’elle prétend prôner doit être fondée sur les vertus démocratiques et constitutionnelles qui instituent l’élection comme unique mode d’accession au gouvernorat de Province. Benoit Kazadi et ses faucons sont les bienvenus à la course au gouvernorat de la nouvelle province du Kasaï oriental», note-t-il. Et aligne des arguments qui ragaillardissent celui que l’on appelle affectueusement NGOKAS.
Le premier argument concerne le dossier MIBA. Ici, AKORDE fait parler les chiffres qui montrent tout clairement. «Contrairement au vœu de DAKOR, les accords de partenariat de SOGEWYZ avec la MIBA sont conformes aux exigences de la législation RD-congolaise en la matière. Ils sont signés comme le veut la loi, en présence du représentant et défenseur des intérêts de la République, pour le cas d’espèce le ministre provincial de l’Intérieur, par la MIBA et ses différents partenaires», précise JB Nkongolo. Et d’ajouter: «de son temps, Kazadi avait fait signer à la MIBA un contrat qui offrait à cette dernière USD 4 000 000 à titre du prêt remboursable! La MIBA ne commencerait à tirer ses dividendes d’actionnariat que dans le bénéfice, soit après toutes les années d’amortissement de l’investissement. Le contrôle et suivi de dépenses par la MIBA non définis! Quel contrat de la honte».
AKORDE est étonnée de constaté que DAKOR voit à condamner pour un gouvernement qui participe à ce que la MIBA signe de légaux contrats sur de carrés non exploités, à la merci de l’exploitation artisanale qui écrème au jour le jour les ressources minérales. S’agissant du prétendu retrait du Montant de CDF 85 000 000 auprès du comptable Mayombo, le défenseur de Kasanji étale la version correcte: «le comptable Mayombe, pris par la justice, a plaidé coupable reconnaissant les faits qui lui sont reprochés, faux et usage de faux, pour avoir imité la signature de l’autorité provinciale et continue même de demander pardon de la prison centrale où il croupit purgeant tranquillement sa peine depuis sa condamnation jamais contestée sauf aujourd’hui par sieur DAKOR, un repris de justice!». Au chapitre de l’exode des populations du Kasaï Oriental, AKORDE estime qu’il y a lieu de relever entre autres, le fait que suivants: la population de Mbuji-Mayi connaît un accroissement démographique si bien qu’il n’existe pratiquement plus de terrain à lotir.
C’est bel et bien vérifiable auprès des différents conservateurs des titres immobiliers des grandes agglomérations tels que Mbuji-Mayi, Muene Ditu, Kabinda, Ngandajika, Lodjia, Lusambo et Lubao. «La fuite des cerveaux a été estompée par l’afflux des universités et institutions supérieures depuis une décennie, empêchant à la jeunesse d’aller chercher mieux ailleurs comme par le passé. La Miba est constamment en conflit de terres avec les autochtones de suite de contre d’extension de la ville», s’en félicite-t-on. Et de poursuivre qu’avec l’appui du gouvernement central et du Président de la République, Joseph Kabila, l’actuel gouverneur a pu doter sa juridiction des infrastructures sociales de base dont écoles, hôpitaux etc. Le Grand Kasaï ne pourra se développer que si les esprits nuisibles, hostiles au développement actuel sont dénoncés dont les membres de DAKOR.
Octave MUKENDI   
 
 
 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer