Politique

À Monaco, Noël Tshiani s’adresse au secteur privé

Sur invitation du Club des entreprises monégasques en Afrique -CEMA- qui tenait sa réunion annuelle, Dr. Noël Tshiani a été l’invité d’honneur pour présenter son «Plan Marshall pour la RDC» ou sa vision de développement de la RD-Congo pour des opportunités pour tous. Devant tous les membres du CEMA sous la présidence de Patricia Husson, Noël Tshiani s’est livré comme un poisson dans l’eau et sans ménagement au diagnostic de la situation de la RD-Congo et au rappel des défis de développement avant de livrer le contenu de sa stratégie pour accélérer le développement économique et social du pays.
Devant les cameras de Monaco Channel, la télévision nationale de Monaco, le banquier international a relevé que son pays traverse une situation économique et sociale catastrophique caractérisée par la pauvreté extrême, la corruption endémique, l’insécurité, la mauvaise gouvernance, la faiblesse des institutions, le manque d’une vision de développement cohérente et l’absence d’un leadership démocratique réformateur. Devant l’échec du modèle de développement suivi de 1960 à ce jour, la RD-Congo a besoin d’une nouvelle vision. Une nouvelle vision du développement
Il est très important que la population RD-congolaise et les futurs dirigeants prennent conscience de la gravité de l’échec du modèle de développement suivi jusqu’à ce jour. Tshiani ne propose pas les réformes cosmétiques habituelles qui laissent les problèmes intacts et font l’éloge d’une croissance économique sans impact réel sur le vécu quotidien de la population. Sa proposition vise à transformer fondamentalement la société afin de créer des opportunités pour que toute la population RD-congolaise sans exclusion puisse elle-même se prendre en charge définitivement.
Le Plan Marshall de Noël Tshiani pour la RD-Congo s’articule autour de huit piliers: investir dans les ressources humaines en mettant l’accent sur l’éducation, la santé et l’autosuffisance alimentaire; promouvoir la paix, la sécurité, l’État de droit et la démocratie; promouvoir l’émergence de la finance nationale en reformant la banque centrale, la monnaie pour mettre fin a la dollarisation et en restructurant le système financier; promouvoir l’émergence d’un secteur privé national responsable; favoriser la réalisation de grands travaux d’infrastructures à haute intensité de main-d’œuvre; favoriser et accélérer l’industrialisation du pays par la transformation locale des minerais, la mécanisation de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, la mise en valeur planifiée et ordonnée des forêts, et l’éclosion du secteur tertiaire, y inclus le tourisme; créer des synergies entre le marché intérieur et l’intégration régionale; et enfin mobiliser les ressources humaines et financières pour mettre en œuvre les différents piliers du plan. Mobilisation des ressources
La stratégie reposera sur le secteur privé comme principal moteur de la croissance et est fondée sur le libéralisme à visage humain avec une dose raisonnable d’interventionnisme étatique. Le pays mobilisera les RD-Congolais de l’intérieur et de la Diaspora pour la mise en œuvre de cette vision de développement ayant une forte appropriation nationale. Il fera appel à l’expertise internationale quand cela sera nécessaire. Il est important de noter que le coût total pour la mise en œuvre de ce «Plan Marshall» est de USD 800 milliards sur 15 ans. Ce montant très important pourra être mobilisé sur une combinaison des ressources intérieures, des contributions des bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux ainsi que du secteur privé sous forme d’investissements directs étrangers. Les éléments importants pour la réussite de la mobilisation de ressources financières sont le leadership politique qui doit être crédible et à la hauteur des ambitions de développement du pays, la bonne gouvernance pour s’assurer que les ressources publiques sont utilisées de façon efficiente, les politiques économiques et sociales saines, la lutte sans merci contre la corruption, des institutions stables, et enfin la paix et la sécurité sur l’ensemble du territoire national.
Aux grands maux, les grands remèdes
Devant le parterre des hommes et femmes d’affaire de Monaco, Tshiani a conclu que sa vision de développement de la RD-Congo est certes ambitieuse, mais nécessaire pour mobiliser la population, les énergies et les ressources pour le développement durable du pays. La mise en œuvre de cette vision qui bénéficie d’une forte appropriation nationale est importante pour redémarrer la machine économique et créer des opportunités pour tous les RD-Congolais. Pour la réussite de sa vision de développement, le secteur privé est appelé à jouer un rôle primordial en tant que moteur de la croissance et créateur d’emplois. La mise en œuvre de cette vision de développement permettrait d’atteindre le plein emploi et d’augmenter le PIB par habitant de USD 394 aujourd’hui à USD 15.000 en 15 ans. Un tel succès serait une preuve tangible que l’impossible n’est pas RD-congolais!
L’engouement du secteur privé
A la fin de la conférence, interviewé par la télévision nationale de Monaco, Noël Tshiani a invité la Principauté de Monaco et son secteur privé à s’impliquer pour soutenir la mise en œuvre de cette nouvelle vision de développement qui pourrait créer le plein emploi et améliorer le vécu quotidien de ses compatriotes, et en même temps créer des opportunités non seulement pour les RD-Congolais et les Africains, mais aussi pour les Européens, les Américains et les Asiatiques. L’engouement du secteur privé suscité par le Plan Marshall de Noël Tshiani pour la RD-Congo est total, car tout le monde gagnerait de la mise en œuvre de la vision de développement proposée.
Tino MABADA
 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer