NationSociété

ONEM: les agents accusent Kikudi de mégestion

Réunis au sein d’un collectif, les agents de l’Office national pour l’emploi -ONEM- ont saisi l’Inspection général des finances -IGF- pour s’enquérir des états financiers de leur institution. Dans leur correspondance à l’inspecteur général des finances, avec copie réservée au Président de la République, ces agents accusent le comité Kikudi de dilapider l’argent de l’Etat pour des fins privées. Selon ce collectif, depuis 2013, l’ONEM perçoit les cotisations patronales mais la Directrice générale s’arrange avec son équipe à gérer ces recettes de manière opaque.

«Angélique Kikudi, DG de l’ONEM, Fernand Buyibu, Directeur financier et Cyriaque Motondo, Responsable du recouvrement, tous les trois ont transformé l’ONEM en une affaire privée. Avec la complicité du banc syndical de l’office, ce trio détourne allègrement les fonds collectés au détriment du trésor public et des agents», lit-on dans cette correspondance. Aussi, ce collectif d’agents de l’ONEM dresse un tableau sombre de la situation sociale du personnel, avec un effectif non maîtrisé, l’absence criante d’un organigramme et barème salarial. A l’en croire, les travailleurs ne sont pas couverts par des soins médicaux.

Soucieux de voir les choses changer, ce groupe d’agents invite l’inspecteur général des finances à diligenter une enquête au sein de l’ONEM, principalement sur les cotisations patronales et leur ventilation, les pénalités payées depuis 2013 ainsi que sur la gestion des fonds des maisons de placement.

En 10 ans de gestion, la situation peinte est telle que l’Office national pour l’emploi n’a pas de frais de fonctionnement, alors qu’il bénéficie mensuellement d’un financement du patronat RD-congolais depuis mars 2013. L’on décrie également le manque d’un organigramme de classement des emplois. A ce jour, l’Office manque de règlement d’entreprise, voire de manuels de procédure de gestion pour chaque fonction.

Ya KAKESA

Articles similaires

Fermer
Fermer