MédiasSociété

Les médias RD-congolais appelés à s’engager dans le combat pour l’accès universel à l’information

Le directeur pays de Internews, Karim Dende, a, au cours d’un café presse organisé lundi 28 septembre 2020 en la salle de conférence de la paroisse catholique Sacré cœur, dans la commune de la Gombe, appelé les médias RD-congolais à s’approprier le combat pour l’accès universel à l’information. Organisation internationale engagée dans la promotion des médias et de la bonne information, Internews compte, a expliqué Karim Dende, beaucoup plus sur l’apport des médias concernant cette question.

Ce forum tenu en marge de la Journée internationale pour l’accès universel à l’information célébrée le 28 septembre de chaque année, a eu pour thème principal: «L’accès à l’information: sauver des vies, bâtir la confiance, apporter l’espoir».

Le représentant légal de Internews a, à cette occasion, indiqué qu’il est heureux de célébrer cette journée, dans la mesure où l’accès à l’information publique est en même temps un facteur de développement et de la bonne gouvernance.

Selon lui, le Droit d’accès à l’information -DAI- permet de développer une culture de reddition des comptes chez les responsables publics, qui se voient ainsi obligés de mettre leurs actions au service de l’intérêt public.

Poursuivant son propos sur l’importance de l’accès à l’information, il a fait savoir que le DAI est un moyen pratique permettant aux citoyens de contrôler l’action gouvernementale et de renforcer la transparence de l’Etat et de la responsabilisation des fonctionnaires et des élus.

Multiples défis

Intervenant à cette manifestation, le représentant du directeur du Programme national de communication pour la promotion de la santé -PNCPS-, Raoul Kamanda, a confié qu’il y a plusieurs défis à relever pour renforcer l’accès à l’information concernant la santé, surtout sur la gestion des épidémies dans le pays, notamment Ebola et Covid-19.

Parmi les défis, il a cité devant la presse la responsabilisation effective du ministère de la Santé publique en tant qu’autorité régalienne du secteur d’assumer les charges de la gestion de la communication et de l’information publique de la crise sanitaire conformément au RSI mondial de l’Organisation mondiale de la santé -OMS.

Cet expert en communication sanitaire a en outre recommandé la dépolitisation de la communication et information de la riposte tout en soutenant l’approche d’intervention pluridisciplinaire. Pour lui, il est également crucial de renforcer le financement national pour soutenir la communication et l’information publique sur la riposte.

Avoir le sens de savoir et de faire savoir les bonnes informations

En dehors des deux intervenants précités, le secrétaire exécutif du Collectif 24, une organisation militant aussi pour l’accès à l’information, Henri Christian Longendja est également intervenu à la conférence. Il s’est réjoui de rappeler aux médias le respect de l’éthique et de la déontologie dans l’exercice de leur métier.

En même temps, il a proposé aux médias d’avoir le sens de savoir et de faire savoir les bonnes informations publiques à la population. Il a clôturé son propos en rappelant à tous l’article 24 alinéa 1 de la Constitution de la RD-Congo qui stipule que «toute personne a droit à l’information». Les médias participants ont soulevé à cette occasion la grande problématique d’accès aux sources crédibles d’information, qui doit être résolu par les décideurs et organisations de tutelle.

Internews a organisé cette activité avec le concours des autres organisations notamment, l’USAID, le Collectif 24 et Fhi 360.

Parousia MAKANZU

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer