Dossier à la UnePolitique

Tshisekedi: son corps exposé dimanche

La ville de Bruxelles a mis à disposition des proches de l’illustre disparu le Palais 2 du Heysel afin que trois veillées funéraires y soient organisées vendredi 3, samedi 4 et dimanche 5 février 2017 où ses restes seront exposés au public
Etienne Tshisekedi wa Mulumba, l’opposant historique aux régimes de Mobutu, Laurent-Désiré Kabila et Joseph Kabila, est mort le 1er février 2017 à Bruxelles, emporté par une embolie pulmonaire.
Alors que le programme de ses funérailles en RD-Congo n’est pas encore communiqué, un hommage mondial est en train d’être rendu à cet homme politique qui passe pour un patrimoine national et international. Un hommage digne de ceux que l’on réserve à un héros, une légende.
Aussitôt qu’il a appris cette triste nouvelle, Didier Reynders, vice-premier ministre belge en charge des Affaires étrangères, s’est exprimé ainsi: «Je présente mes condoléances à la famille d’Etienne Tshisekedi. Une figure politique marquante de la RDC s’est éteinte aujourd’hui».
Le député européen et ancien ministre belge Luis Michel lui a emboîté le pas en déclarant ce qui suit: «Ce qui frappait chez cet homme, c’est son envie de démocratie chevillée au corps. C’était un tribun capable de réveiller les envies, reconnu pour sa cohérence politique, entièrement dévoué à son pays qui disparait. Sa connaissance de l’être humain, sa popularité, sa sémantique percutante faisaient de lui un adversaire politique qui suscitait l’adhésion…».
Jean-Marc Ayrault, ancien Premier ministre et actuel ministre français des Affaires étrangères a dit s’incliner «devant la mémoire d’Etienne Tshisekedi, homme de paix et de progrès, qui a lutté toute sa vie pour la démocratie et la liberté en République Démocratique du Congo». De l’avis de Jean-Marc Ayrault, «Etienne Tshisekedi laisse une empreinte indélébile dans l’histoire de son pays».
Trois jours de veillées funéraires au palais 2 du Heysel à Bruxelles
Les médias internationaux s’accordent sur le rôle historique de cette personnalité décédée à 84 ans dont plus de 30 consacrés à la lutte pour l’avènement de la démocratie en République Démocratique du Congo. «Une figure importante de l’histoire du Congo vient de s’éteindre», a titré Radio Télé Luxembourg -RTL Info.
La Radiotélévision belge Francophone -RTBF- a, pour sa part, salué «un visionnaire, une figure emblématique forte». La dimension internationale de cet homme qui a su marquer plusieurs générations tant en RD-Congo que dans plusieurs pays du continent où sa pensée politique est enseignée dans certaines universités en Afrique de l’Ouest, a naturellement amené les autorités belges à lui réserver des funérailles dignes de son rang.
Selon la RTBF, la ville de Bruxelles a mis à disposition des proches de l’illustre disparu le palais 2 du Heysel afin que trois veillées funéraires y soient organisées vendredi 3, samedi 4 et dimanche 5 février 2017 où le corps sera exposé.
Jean Ping, ancien président de la Commission de l’Union Africaine, a ajouté sa voix à celle des hommes d’Etat belge et français en ces termes: « J’adresse au peuple de la RD-Congo mes condoléances suite à la disparition du leader historique Etienne Tshisekedi».

Le gotha politique RD-congolais, toutes tendances confondues, dans la consternation

Au pays, le gotha politique se le revendique. Sur sa page Twitter officielle, le président de l’Assemblée nationale Aubin Minaku a écrit: «Un baobab vient de tomber. Etienne Tshisekedi demeure une icône. Que son âme repose en paix».
L’un des derniers alliés de Tshisekedi, l’opposant Moise Katumbi Chapwe, ancien gouverneur de l’ex-province du Katanga, a des mots sympathiques et admiratifs pour cette légende: «Nous venons de perdre l’une des figures les plus marquantes de l’Histoire de notre pays (…) A titre personnel, je perds un modèle dans la lutte pour la démocratie et l’Etat de droit».
Evariste Boshab, ancien speaker de l’Assemblée nationale et ancien Vice-premier ministre de l’Intérieur, a parlé d’une figure de proue de la politique RD-congolaise, qui mérite la considération de tous.
Depuis Lubumbashi où il est allé réconforter sa maman inconsolable pendant la toute la durée de sa détention au CPRK entre septembre 2015 et janvier 2016, l’opposant Moise Moni Dela a eu ces mots: «Etienne Tshisekedi est un patrimoine national et international dont le combat pour la liberté et la démocratie a traversé les frontières nationales. C’est un héros dont nous allons poursuivre la lutte parce que sa riche pensée politique demeure vivante».
Adolphe Muzito et Samy Badibanga dans un même élan d’admiration
Même élan d’admiration de la part de l’ancien Premier ministre Adolphe Muzito. «Le sphinx de Limete, un homme d’Etat extraordinaire qui aura toute sa vie obtenu l’adhésion des millions des Congolais à ses idéaux», a twetté le lieutenant du patriarche Antoine Gizenga.
Depuis Washington où il séjourne, le Premier ministre Samy Badibanga, l’une des figures politiques formées et révélées par le lider maximo, peaufine un message à adresser à la famille biologique dont il est très proche et à tout le parti, l’Union pour la démocratie et le progrès social -UDPS-, invités à se rassembler pour pérenniser la mémoire de ce patrimoine national et faire couronner sa lutte pour la liberté et le progrès social des RD-Congolais.
A travers le pays, l’annonce du décès de cette icône de la classe politique a provoqué l’effet d’un véritable tsunami ainsi qu’au-delà des frontières nationales. Qui n’a pas été de l’UDPS ces trois dernières décennies? Sur les réseaux sociaux, les RD-Congolaises et RD-Congolais de la diaspora reconnaissent devoir énormément à cet animal politique, eux dont plus de 90% ont pu obtenir leurs cartes de séjour sous d’autres cieux grâce à la fille aînée de l’Opposition dirigée par Etienne Tshisekedi.
Prendre de la hauteur en privilégiant
La plupart des acteurs politiques de la nouvelle génération ont été formés à l’école et dans la moule de reproduction de l’UDPS. Aujourd’hui, nombreux parmi eux occupent des postes de responsabilités à divers échelons des institutions de la République. D’autres encore ont créé des partis politiques, à défaut d’apporter leur expertise dans des formations politiques déjà existantes.
Beaucoup de compatriotes se préparent à remplir leur devoir moral, celui de renvoyer l’ascenseur en s’impliquant dans le combat de la non-violence mené par le sphinx de Limete qui incarnait les espoirs de tout un peuple. Ce grand homme d’Etat qui a assumé de hautes fonctions dans ce pays, aux dires des analystes politiques, n’a jamais marchandé ses peines dès lors qu’il est question de chercher des solutions pragmatiques et idoines aux multiples crises qui secouent la RD-Congo. Voilà une opportunité offerte aux acteurs politiques, toutes tendances confondues, de prendre de la hauteur et privilégier l’intérêt supérieur de la Nation en vue de la mise en œuvre de l’Accord de la Saint Sylvestre et l’instauration totale de la démocratie et de l’Etat de droit en RD-Congo.
AKM

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer