Dossier à la UneEcofinPolitique

Le gouverneur de la BCC, Deogratias Mutombo a 31 millions de dollars à justifier

Déogra Mut Dollars ok
«La Banque centrale a mis cette bagatelle somme à la disposition de cette entreprise pour l’entretien, même pas l’achat ou la réparation, de ses appareils de climatisation», se scandalise un quotidien kinois
 
Les affaires de gouvernance à la Banque Centrale du Congo -BCC- sont assez rares pour être soulignées. Le confrère L’Observateur, réputé pour sa ligne orthodoxe, a fait l’événement mercredi 27 janvier en publiant un article sur une présumée mal gouvernance à la BCC. Il y est fait part d’un contrat d’entretien des splits passé entre la Banque et la société SOFELEC. Coût de l’opération: USD 31 millions. Et L’Observateur de faire une comparaison avec les sommes consacrées à l’érection du siège du gouvernement de la République, affirmant que ce montant est exactement celui qui a permis la construction de l’impressionnant édifice situé sur le boulevard du 30 juin, qui abrite aujourd’hui la plupart des ministères de la RD-Congo. On peut aller loin dans les comparaisons: 31 millions de dollars représentent un avion Airbus A 320 au prix de Justin Kalumba ou 5 fois la somme recherchée pour la relance de la MIBA ou encore 30 mois d’évacuation des immondices à Kinshasa. Le scandale est désormais dans la presse.
A en croire le quotidien de l’avenue Colonel Ebeya, commune de la Gombe, «la Banque centrale a mis cette bagatelle somme à la disposition de cette entreprise pour l’entretien, même pas l’achat ou la réparation, de ses appareils de climatisation». Constat d’un scandale qui met dans de sales draps le numéro 1 de la BCC, le gouverneur Deogratias Mutombo Mwana Nyembo, contraint de se justifier. AfricaNews a tenté d’avoir la version de la BCC mais le texto et l’appel adressés jeudi 28 janvier au chargé de communication du gouverneur sont restés sans suite. Lors des dernières réunions du gouvernement, il avait été décidé la réduction du train de vie des institutions mais seule la Banque Centrale y a échappé. Les autorités ont constaté qu’à la BCC, les dépenses avaient plutôt augmenté. Ci-après, l’article de L’Observateur.
 
AfricaNews          

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer