Dossier à la UneSociété

Salomon Kalonda s’inspire de Kashobwe, il prend le pari d’offrir un look moderne au village Kibombo

La mémoire collective devrait bientôt, après le village Kashobwe, prendre à son compte un autre nom, dans une autre province de la République Démocratique du Congo, mais lui aussi vêtu du même esprit de la modernisation. Il s’agit du village Kibombo dans le Maniema, terre natale du Conseiller spécial et politique du président Moïse Katumbi, Salomon Kalonda Della. Comme pour dire que le germe visionnaire du développement est très contagieux dans le cercle du boss d’Ensemble pour la République.

Le conseiller SK Della, comme l’opinion aime le désigner, a décidé de réhabiliter totalement la route Kindu-Kibombo, longue de 159 km. A cet effet, il a doté des financements nécessaires l’ONG qu’il parraine, la Dynamique Salomon Kalonda pour le développement -DSKD. Il s’agit d’une enveloppe de 150.000 dollars dans un premier temps, qui seront conjugués aux 128.000 dollars que la Province du Maniema mettra également sur la table pour la même cause.

Une tripartite scellée par un contrat met en conjonction l’ONG, la Province ainsi que l’Office des routes pour la réhabilitation de cette très importante voie qui affiche ce jour le plus désolant des portraits. Avec des rivières d’eau qui la serpentent et la coupent, des ravins béants qui la piègent en plus d’une station, kilomètre après kilomètre, rendant pénible le quotidien de quiconque s’y aventure. Au village Lukonde, à 49 km de Kindu, une habitante témoigne: «C’est vraiment la mort! Même nous piétons, nous ne survivons pas à une chute ici. Il n’y a pas d’autres nouvelles, d’autres deuils que ce que vous voyez ici». Un autre habitant renchérit: «C’est une route de desserte agricole. S’il y a de la famine à Kindu, c’est à cause du mauvais état de cette route».

En certains tronçons, ce sont 2 heures toutes entières qu’il faut pour parcourir seulement 3 Km. Les chefs coutumiers de nombreux villages qui longent la route font savoir leurs inquiétudes et l’espoir de voir un fils du pays enfin intervenir. «La première des choses, c’est de le remercier pour avoir pensé à sa terre natale. On ne sait pas évacuer nos récoltes vers Kindu. Les enfants souffrent beaucoup. La route est détruite. Nous avons enterré autour de six personnes, des motards. Nous implorons notre fils à nous réhabiliter cette route. Qu’il prenne courage et qu’il ne nous abandonne pas. Parce que lorsque l’un des nous est élevé, il nous faut aussi en profiter», plaide un chef traditionnel. Il est complété par un collègue: «Salomon, on le connait! C’est un enfant de Kibombo. Son initiative est bonne. Il y a très longtemps qu’il est parti d’ici. Nous entendons parler de lui de loin et nous le soutenons dans sa quête de moderniser Kibombo. C’est un fils d’ici».

La réhabilitation de cette route permettrait avantageusement l’évacuation des fruits de la récolte vers Kindu et absorber conséquemment le gros des besoins alimentaires. Aucun véhicule encore moins les gros tonnages ne peuvent s’y hasarder. Pour seuls moyens de transports, les vélos et les motos règnent en maîtres. Même un tracteur qui veut profiter de sa robustesse pour se frayer un passage incertain n’y arrive pas. La population de Kibombo, résignée et ayant perdu tout espoir pendant longtemps, devrait bientôt voir le bout du calvaire: «J’ai parcouru 3 Km en une heure. Nous connaissons toute la famille de Salomon. Même le cimetière familial où sont enterrés son père et ses frères se trouve ici. On ne sait pas ce qu’on fera pour lui s’il  nous réhabilitait cette route. On entend parler de lui ! Même à travers des chansons. Nous sommes contents car il n’est pas facile de  sortir de l’argent de sa propre poche».

Journée faste!

Elle a enfin vécu une journée faste, à la faveur du lancement des travaux, en présence du gouverneur Afani Idrissa Mangala, du frère et représentant du bienfaiteur, Moni Della, du directeur provincial de l’Office des routes, des responsables religieux ainsi que des autorités coutumières. Pour faire part de cette joie, le gouverneur Afani Idrissa a ces mots: «Vous voyez le coordonnateur de la Dynamique Salomon Kalonda pour le développement, le haut représentant de notre grand frère Salomon Idi ainsi que le gouvernement provincial, qui ont mis ensemble leurs efforts pour ce travail. Et c’est un sujet de satisfaction pour moi en tant que gouverneur».

Le directeur provincial de l’Office des routes assure que les travaux prendront 6 mois hors intempéries. Moni Della vante l’initiative de Salomon Kalonda et salue l’esprit d’ouverture du gouverneur. Le coordonnateur de l’ONG DSKD a éloge à la bouche: «Il a plu au vénérable Salomon Idi Kalonda de prêter oreille aux cris d’alarme des filles et fils du Maniema, des usagers et riverains pour la réhabilitation de la route provinciale Kindu-Kibombo, longue de 159 Km et à ce jour dans état de dégradation très avancée, et jetée dans les oubliettes depuis des décennies.

A travers son ONG de développement, le conseiller SK Della rejoint donc le caste rare des RD-Congolais qui ont décidé d’offrir le visage de la modernité à leur village natale. Il est lui-même inspiré par son mentor, Moïse Katumbi, qui l’a précédé sur cette voie à Kashobwe, dans le Haut-Katanga. Le Spécial ne s’arrêtera pas à réhabiliter la route. Il veut s’assurer que l’ouvrage résistera aux aléas du temps et de la nature en disponiblisant d’emblée annuellement 100.000 dollars pour les travaux d’entretien et de cantonnage manuel.

Comme c’est la cas à Kashobwe qu’il prend en exemple, le natif de Kibombo a déjà acquis un vaste domaine à la végétation luxuriante au bord du majestueux fleuve Congo, choisi son site sur lequel il se bâtira également sa résidence de retraite en modernisant les alentours du même coup. Les représentants des ancêtres ont d’ores et déjà prié pour lui. «Nous demandons à Dieu de donner de la force à Salomon afin qu’il vienne transformer cet espace». Parole du roi des terres de Kibombo.

Avec Nono N’LANDU

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page