Dossier à la UneJusticeNation

RDC : Mutamba porte plainte contre Kagame et Nangaa à la CPI

Les crimes imprescriptibles ne peuvent jamais rester impunis. Toutes sortes de crimes commis dans l’Est de la RD-Congo ont poussé toutes les consciences pures à dénoncer un génocide oublié car, les bourreaux courent librement. Trop c’est trop. Me Constant Mutamba vient de porter plainte contre Paul Kagame, Président du Rwanda, et Corneille Nangaa, ancien président de la Commission électorale nationale indépendante -CENI- et actuel chef du mouvement politico-militaire dénommé «Alliance fleuve Congo -AFC» , en s’associant aux terroristes du M23 et agresseurs rwandais qui occupent l’Est de la RD-Congo.

Le plaignant fonde sa plainte sur des faits, dénonçant que Paul Kagame et Corneille Nangaa sont coupables d’orchestration des crimes graves dans la partie Est de la RD-Congo. «Nous fondons notre plainte sur la base des rapports crédibles des organisations du système des Nations unies et des faits, images, de terrain nous rapportés par plusieurs sources indépendantes», souligne Constant Mutamba, évoquant le rapport Mapping publié en octobre 2010, élaboré par le Haut Commissariat des Nations unies aux Droits de l’homme; les derniers rapports de Human Rights Watch sur les crimes graves commis par les éléments terroristes du M23, branche spécialisée de la Force de défense du Rwanda -RDF- sous le commandement direct et personnel du Président Paul Kagame; la note du Groupe d’études sur le Congo -GEC- du 4 avril 2016.

Il a aussi cité le rapport du Groupe d’experts des Nations unies, transmis au Conseil de sécurité le 4 aout 2022; le rapport du mécanisme conjoint de vérification élargie -CIRGL- du 27 mai 2022 ainsi que la vidéo de Corneille Nangaa portant création de la coalition politico-militaire Alliance fleuve Congo -AFC-M23-, signée à Nairobi le 15 décembre 2023.

Concernant ces crimes de guerre, crime contre l’humanité et crimes d’agression à l’actif du Président rwandais Paul Kagame et Corneille Nangaa en RD-Congo, Constant Muamba note qu’à titre illustratif, le rapport Mapping est le document principal qui établit des révélations choquantes sur les crimes documentés depuis les guerres à répétition en RD-Congo. «Il est éloquemment renforcé par les derniers rapports de Human Rights Watch sur des crimes détaillés dans le territoire de Rutshuru», ajoute-t-il.

Selon lui, le Rapport Mapping a répertorié 617 incidents documentés sur la période de mars 1993 à juin 2003; des attaques ciblant essentiellement les femmes et les enfants; des officiers et hommes de main du Président Kagame nommément cités et des responsabilités individuelles d’une très haute précision de preuve. Il a précisé dans sa plainte que ces faits ont été confirmés le 24 mai 2021 par le porte-parole de la MONUSCO de l’époque, Mathias Gilman.

«Le rapport Mapping conclut que la majorité des crimes documentés peuvent être qualifiés de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre; et précise qu’il appartient à un Tribunal compétent de rendre une décision de justice», a-t-il soutenu.

Selon lui, c’est la Cour pénale internationale -CPI- qui est compétente pour mener des enquêtes, juger et condamner les auteurs des crimes ci-haut évoqués commis en RD-Congo par Kagame et Nangaa. Et ce, sans oublier tous leurs complices. Étant donné qu’aucun tribunal spécial n’a jamais été créé pour connaître de ces crimes, c’est la CPI qui est compétente. Ça fait plus de deux décennies que des crimes graves sont commis dans l’est de la RD-Congo en toute impunité.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page