Dossier à la UnePolitique

RDC : L’accident de Mabunda reste un mystère

Le verdict du Conseil d’Etat dans l’affaire opposant le député Puela au bureau de l’Assemblée nationale, va tomber cette semaine. C’est en principe dans peu de temps que la juridiction administrative devra démontrer son incompétence dans ce dossier qui concerne une institution législative. Pendant que les milliers des RD-Congolais épris de paix attendent avec fermeté cette décision judiciaire, une information douloureuse est tombée comme une foudre dans la ville.

Les ennemis de la stabilité des institutions de la République se permettent de chercher coûte que coûte la tête de la présidente de l’Assemblée nationale. Vendredi 20 novembre 2020, ils ont attenté à la vie de Jeanine Mabunda sur le boulevard Tshatshi, dans la commune de la Gombe. Un véritable mystère.

Parce qu’ayant clairement compris que la démarche judiciaire amorcée était illégale dans la mesure où un seul député ne pouvait pas engager toute une plénière représentée par 500 députés. Qui a commandité le véhicule qui a percuté la jeep à bord de laquelle se trouvait la présidente de l’Assemblée nationale? Comment expliquer que ce véhicule cible avec exactitude la jeep de Mabunda alors que le cortège avait plusieurs véhicules? Qui en veut à Mabunda jusqu’à chercher à l’atteindre physiquement? Pourquoi cherche-t-on à allumer le feu qu’on ne saura pas éteindre si vite en ce moment précis?

Voilà des questions qui ne cessent de déranger les esprits de nombreux Kinois qui ne jurent que sur la stabilité des institutions de la République et surtout de l’Assemblée nationale. «Nous ne permettrons pas un coup d’Etat institutionnel en ce moment où nous attendons jouir des fruits de l’alternance pacifique que la RD-Congo a connue le 24 janvier 2020. Il appartient aux élus nationaux qui ont placé leur confiance en l’équipe dirigeante de la Chambre basse de décider sur le bureau Mabunda et non un seul député», ont souligné les chevronnés des questions judiciaires.

Et d’ajouter: «en tout état de cause, les affaires de l’Assemblée nationale ne pourront trouver leurs solutions qu’à l’assemblée plénière qui est un organe suprême de cette Chambre législative. Pas avec un seul député. Même pas au Conseil d’Etat dans un pays qui se veut être véritablement un Etat de droit. Que ceux qui ne veulent pas de Mabunda interrogent simplement le Règlement intérieur de l’Assemblée nationale en ses articles 139 et 140 au lieu de politiser la procédure jusqu’à chercher à l’intimider à travers des coups dans son véhicule. Ce sont des méthodes archaïques de mauvais goût».

Selon des sources dignes de foi, le véhicule qui avait percuté la jeep de la présidente de l’Assemblée nationale est du ministère de la Justice. «A bord de ce véhicule conduit par Felly Binette, se trouvait Monsieur Dieu-Merci Kibisele chargé du courrier du ministère de la Justice et Garde des sceaux. Après ce grave accident de circulation sur le boulevard Tshatshi, le chauffeur a été immédiatement maîtrisé. Il appartient à la Police de l’entendre pour faire la lumière. Mais la grande question demeure: Comment ce chauffeur est-il parvenu à toucher un véhicule VIP en cortège sur un grand boulevard comme Tshatshi qui ne connait pas d’embouteillage? Voilà encore un autre mystère», n’ont cessé de s’interroger.

Dorian KISIMBA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer