Dossier à la UnePolitique

Les ordres de Kabila pour signer l'accord et clôturer le dialogue

L’autorité morale a également ordonné la mise en place d’une Cellule de coordination électorale destinée à faire gagner sa Majorité
Joseph Kabila a présidé hier dimanche 9 octobre 2016 dans sa ferme de Kingakati, dans la banlieue Est de Kinshasa, une importante réunion à laquelle ont été associées quelques personnalités de la Majorité présidentielle triées sur le volet.
Initialement prévue samedi 8 octobre, mais décalée de 24 heures à cause de l’agenda du Président de la République, la rencontre a, selon plusieurs sources kinoises, abouti à la décision de mettre le cap sur les élections.
Les mêmes sources témoignent que Kabila reste égal à lui-même et imperturbable face aux pressions de la Communauté internationale, notamment de l’ONU, Washington, Paris et Bruxelles.
Il a donné aux bonzes de la Majorité l’ordre de signer rapidement, dans 24 heures, un accord politique global avec l’aile de l’Opposition présente au dialogue et de mettre en place toutes affaires cessantes une Cellule de coordination électorale. Sa mission: «Aider les partis politiques de la Majorité à disposer d’un schéma clair, des moyens suffisants pour gagner les élections».
A ce sujet, Aubin Minaku, président de l’Assemblée nationale et Secrétaire général de la Majorité présidentielle a eu ce commentaire: «Nous nous focalisons sur les élections, rien que les élections». Et l’autorité morale de l’ASBL Kabila Désir et du Parti pour l’action, le ministre des Relations avec le Parlement de renchérir sur Twitter: «La Majorité présidentielle n’a pas le choix. A Kingakati, elle a été instruite ce jour toutes affaires cessantes de se préparer aux élections».
Une autre source laisse entendre que le Président a demandé de choisir entre l’Opposition qui a accepté de rallier le dialogue et le Rassemblement, qui se propose de faire partir tout le pouvoir. Reste que l’Opposition alignée derrière Vital Kamerhe a conditionné la signature de l’Accord politique à l’obtention du poste de Premier ministre et à la réduction à une année de la durée de la transition.
Et selon plusieurs médias parus ces derniers jours, l’issue du dialogue est suspendue aux négociations sur le poste de Premier ministre, des postes ministériels et au sein du portefeuille de l’Etat. De son côté, la Majorité brandissait encore l’article 78 de la Constitution qui stipule que le Président de la République nomme le Premier ministre au sein de la majorité parlementaire après consultation de celle-ci.
Voici que jusqu’à preuve du contraire, l’UNC Vital Kamerhe, l’UDPS Samy Badibanga ou l’ATD José Makila ne font pas partie de la Majorité parlementaire.
Le dialogue pourrait donc se conclure si les deux camps parviennent à se faire d’autres concessions. Visiblement, les délégués de la Majorité au dialogue avaient besoin d’avoir des directives claires de la part de leur autorité morale pour débloquer la situation. C’est chose faite ou presque. Minaku parle des options qui permettront de «remettre au peuple un accord potable» pour les élections.
Réaction immédiate du G7 Olivier Kamitatu: «Faute d’allusion au respect de la Constitution, la Majorité vient d’allumer une seconde mèche à la bombe à retardement…»
AKM
Lire aussi :
https://mobile.twitter.com/i/web/status/785209548613246976
 
Accord politique dans 24 heures: une recommandation de Kabila dimanche à Kingakati
http://www.africanewsrdc.com/politique/2016/10/09/accord-politique-24-heures-recommandation-de-kabila-dimanche-a-kingakati.html

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer