Dossier à la UnePolitique

Modeste Bahati élu président national de l’AFDC

 

L'autorité morale de l'AFDC, Modeste Bahati
L’autorité morale de l’AFDC, Modeste Bahati
Les participants au deuxième Congrès ordinaire, organisé durant deux jours à Kinshasa, ont réaffirmé leur confiance, attachement et soutien à l’initiateur et président national du parti
L’Alliance des forces démocratiques du Congo -AFDC- a tenu son deuxième Congrès ordinaire du 11 au 12 décembre à Béatrice Hôtel. Lors de ces assises qui ont coïncidé avec la célébration des 5 années d’existence du parti, Modeste Bahati Lukwebo, élu président national pour un mandat de 5 ans, a d’abord salué toutes les initiatives du Chef de l’Etat Joseph Kabila, en vue de maintenir et de consolider la paix et la sécurité sur toute l’étendue de la RD-Congo.
Il a également confirmé la participation de sa formation politique au dialogue politique national et inclusif, afin d’y apporter sa contribution pour la bonne tenue et la réussite de cette grande rencontre à inscrire dans les annales politiques de la RD-Congo. Bahati a estimé que ce dialogue politique convoqué par le Président de la République Joseph Kabila dans le but de baliser le chemin d’un avenir radieux pour la RD-Congo, face aux enjeux électoraux, ne peut laisser indifférente toute organisation politique concourant à l’amélioration des conditions de vie de la population.
Le deuxième Congrès ordinaire de l’Alliance des forces démocratiques du Congo -AFDC- a vécu. Les participants à ce forum, soucieux de maintenir un leadership fort à la tête de leur formation politique, ont élu Modeste Bahati président national pour un mandat de 5 ans. Il est secondé par cinq vice-présidents nationaux. Il s’agit de: Placide Tshisumpa, Marie Jacqueline Rumbu, Joseph Kokonyangi, Moka Ngolo et Fidèle Sulubika.
Venus de l’intérieur et de l’extérieur de la RD-Congo, ces participants ont demandé au président national de créer une école du parti, dissoudre les inter-fédérations suite à l’augmentation du nombre des provinces et la nécessité de créer des sous-fédérations et de revoir le taux de cotisation mensuelle à la hausse au niveau de la base -village, territoire- à CDF 1000. Mus par une noble et légitime ambition de prendre part activement aux enjeux politiques de l’heure et à venir, ils ont également donné au président national de l’AFDC, Modeste Bahati, plein pouvoir d’engager le parti au dialogue politique national et inclusif convoqué par le Président de la République Joseph Kabila.
Modeste Bahati a, quant à lui, confirmé la participation de sa formation politique à ce dialogue pour y apporter sa contribution pour la bonne tenue et la réussite de cette grande rencontre à inscrire dans les annales politiques de la RD-Congo. Il a estimé que cette rencontre proposée dans le but de baliser le chemin d’un avenir radieux pour la RD-Congo, face aux enjeux électoraux, ne peut laisser indifférente toute organisation politique concourant à l’amélioration des conditions de vie de la population. Il a également salué toutes les initiatives du Chef de l’Etat Joseph Kabila, en vue de maintenir et de consolider la paix et la sécurité sur toute l’étendue de la RD-Congo. Les participants à ce deuxième Congrès ordinaire ont renouvelé leur soutien et attachement au Chef de l’Etat.
Moments d’acquisition d’une expérience certaine
Le président national a aussi révélé que les 5 années consacrant la vie du parti ont, sans nul doute, constitué des moments d’acquisition d’une expérience certaine sur les plans organisationnel, fonctionnel et structurel. «Cette expérience acquise au prix d’énormes sacrifices et d’un agir collectif, devra être capitalisée pour, d’une part, consolider les acquis et, d’autre part, corriger et rectifier les erreurs et faiblesses afin de répondre favorablement aux exigences liées à la gestion moderne de l’AFDC», a souhaité Modeste Bahati. De poursuivre: «il s’agit de baliser tout au long des présentes assises les voies de l’impérieuse restructuration aux fins de redynamiser notre cher parti dans le souci de consolider son rayonnement dans un monde politique à rude compétition».
Dans le même ordre d’idées, Bahati a exhorté les participants aux assises à scruter profondément les textes du parti, à savoir les Statuts et le Règlement intérieur. Cela en vue d’élaborer un mécanisme assaini pour un fonctionnement harmonieux des structures de l’AFDC; de doter les ligues des jeunes et des femmes du Règlement intérieur spécifique régissant leur fonctionnement quotidien tel que prévu par l’article 44 de leurs articles, sans toutefois faire d’elles des structures autonomes et indépendantes; de jeter un regard introspectif au Directoire national afin d’y apporter des correctifs appropriés; de réfléchir et de rendre plus efficace le mécanisme existant relatif à la mobilisation des ressources financières attendues des membres fondateurs et effectifs, d’honneur et des sympathisants.
A en croire Modeste Bahati, il est évident qu’après 5 ans de gestion du parti, il se trouve dans l’obligation de rendre compte. Ce, en vertu du principe de redevabilité. Raison pour laquelle, il a fait savoir que le mandat qui lui est confié et qui a été exécuté en grande partie par le vice-président national Placide Tshisumpa, qualifié de positif, s’agissant de bilan et perspectives d’avenir. Le deuxième Congrès ordinaire de l’AFDC a adopté et approuvé les actions telles que présentées dans le bilan du mandat 2010-2015.
Christian BUTSILA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer