Dossier à la Une

Mbadu provoque le sursaut dont Kabila a besoin pour tenir ses promesses électorales

Joseph Kabila et Jacques Mbadu
Joseph Kabila et Jacques Mbadu
Le Bas-Congo se réinvente, grâce au dynamisme et la vision managériale de son gouverneur Jacques MbaduNsitu. Non pas pour lui-même mais pour tout le pays. Heureux constat fait par Fridolin KasweshiMusoka à l’issue d’une visite d’inspection de trois jours au Bas-Congo, consacrée à l’évaluation des projets des routes, de voirie, d’adduction en eau potable, de raccordement au réseau d’électricité, des écoles, de production des engrais chimiques… et des infrastructures sportives et sanitaires, financés par l’exécutif provincial, certains avec l’appui de la Banque mondiale et du gouvernement central.
Une évaluation positive, a fait savoir le ministre, saluant ces projets et réalisations qui concourent à l’amélioration du bien-être de la population, affirmant que les routes, principalement la RN 1, doivent être consolidées en vue de fluidifier le trafic des marchandises et des produits vivriers.
«Nous vous encourageons à poursuivre tous ces projets porteurs de développement durable, notamment l’usine de fabrication des engrais chimiques  et l’abattoir moderne de Boma-Bungu, le premier du genre en Afrique Centrale. Ça va contribuer à booster la croissance», a exhorté Kasweshi à l’adresse du gouverneur du Bas-Congo, ajoutant que le développement du pays partira de la volonté et de l’engagement des provinces. Clair que Mbadu est aujourd’hui l’un des hommes en mesure de provoquer ce sursaut dont Joseph Kabila et sa Majorité ont tant besoin pour tenir leurs promesses électorales.     
Fridolin Kasweshi,ministre des ITPR, Aménagement du territoire, Urbanisme et Habitat, est revenu du Bas-Congo où il a palpé du doigt les ouvrages de voirie urbaine déjà réalisés et en cours de réalisation par l’Exécutif provincial dans les villes de Matadi et Boma dans le cadre du projet de développement urbain financé par la Banque mondiale à hauteur d’USD 100 millions, concernant, outre ces deux villes du Bas-Congo, Kindu, Kalemie et Kisangani.
A Boma, le tronçon de la RN 1 qui longe le port fluvial a été entièrement retapé. Une route à trois bandes, large de 12 mètres avec les accotements compris, et entièrement bétonnée, est en train de serpenter l’avenue Caserne qui ceinture le centre-ville de Boma. A hauteur de la Cathédrale, Caserne fait jonction avec l’avenue Mgr Ndudi, elle aussi en train de faire peau neuve. Les équipes d’Afritec s’affairent à la bétonner et l’équiper des égouts.
«D’ici un mois, le bétonnage de cette avenue qui débouche sur la RN 1 à l’entrée du port de Boma sera terminé», a confié l’ingénieur Papin Batoka, confirmant que le projet de bitumage des bretelles  a déjà été mis en branle. Sentiment de satisfaction également après la visite de l’avenue Mbangu, jusqu’au couvent des sœurs, à l’autre bout de la ville. A Matadi, Kasweshi s’est rendu sur les avenues de l’Assemblée provinciales, près de 2 km presque finie, et Tsasa di Tumba, frayée en plein quartier Soyo 4 sur une distance de 2,1 km. L’émissaire du gouvernement central et son hôte ont eu droit aux ovations du public heureux d’être au contact de la Révolution de la modernité.
Kasweshia également consacré sa mission à la visite des ouvrages exécutés et en cours d’exécution sur financement du gouvernement central et sur fonds propres de l’Exécutif provincial et l’évaluation des projets des routes, d’adduction en eau potable, de raccordement au réseau d’électricité, des écoles, de production des engrais chimiques… et des infrastructures sportives et sanitaires. Le rapport fait par le responsable du chantier du stade Kasa-Vubu, 25000 places, 120 mètres de longueur sur 90 mètres de largeur, a rassuré le ministre. Les structures destinées à supporter les gradins à l’entrée principale du stade sont visibles. Elles ont pris forme. Reste à verser USD 840.000 le mois prochain pour les expropriations en vue d’accélérer les travaux.
 
Dispositifs anti-coulage des recettes à Kenge et Lufu
Au stade Lumumba de Matadi, 15.000 places, ouvriers chinois et RD-congolais ont fini d’aménager l’espace nécessaire à l’érection des vestiaires et autres bureaux administratifs, de rassembler les matériaux en attendant l’expropriation afin d’entamer, eux aussi, la vitesse de croisière. Le public convié à la visite en même temps que le ministre Kasweshi et le gouverneur Mbadu n’a pas tari d’éloges à l’endroit du chef de l’exécutif provincial.
Après une escale au nouveau aéroport de Lukandu -piste de 3000 km-, à 9 km de Boma, Kasweshi a également eu le bonheur de visiter l’usine des engrais chimiques en construction au port de Boma. Sous la conduite des ingénieurs sudaf, les manœuvres poursuivent sans désemparer l’installation de premières structures. Un projet qui traduit la détermination du gouvernement à investir dans l’agroalimentaire. Conviction renforcée après le tour que le ministre a effectué dans les installations de la Société des abattoirs moderne du Congo -SAMCO-, une initiative privée promue à Boma Bungu, à 45 km de Boma, sur la route de la cité côtière de Muanda.
Ici, les bœufs peuvent être dépecés endéans 30 minutes avant d’être gardés dans les installations frigorifiques soft et emballés à la sortie. Le chantier est immense. Sa branche dédiée à l’élevage compte actuellement 12000 têtes et enregistre entre 1500 et 2000 naissances l’an. «C’est la plus grande réalisation du genre en Afrique centrale», ont confié des sources, indiquant qu’on y abat entre 50 et 60 têtes par jour. Non loin de là, se développe un vaste projet d’agriculture irriguée. Voilà où va s’imbriquer le projet de construction de la nouvelle tracée de la RN1 Boma-Matadi par les Chinois dont une délégation a été dans la suite du ministre des ITPR.
A l’issue de sa tournée, Kasweshi ne s’est pas fait prier pour saluerle dynamisme de Mbadu, ces projets et réalisations qui concourent à l’amélioration du bien-être de la population, affirmant que les routes, principalement la RN 1, doivent être consolidées en vue de fluidifier le trafic des marchandises et des produits vivriers. «Nous vous encourageons à poursuivre tous ces projets porteurs de développement durable, notamment l’usine de fabrication des engrais chimiques  et l’abattoir moderne de Boma-Bungu, le premier du genre en Afrique Centrale. Ça va contribuer à booster la croissance», a exhorté Kasweshi à l’adresse du gouverneur du Bas-Congo, ajoutant que le développement du pays partira de la volonté et de l’engagement des provinces.
«Merci de relayer les initiatives du gouvernement central», a encore déclaré Kasweshi.  Clair que Mbadu est aujourd’hui l’un des hommes en mesure de provoquer ce sursaut dont Joseph Kabila et sa Majorité ont tant besoin pour tenir leurs promesses électorales. Pour donner à son gouvernement davantage de moyens, il a entrepris de lutter contre le coulage des recettes aux différents postes de péage et de pesage.
A Kenge, à la sortie de Matadi en direction de Kinshasa, le gouv’ a fait élargir la route en y installant un impressionnant dispositif anti-coulage et un guichet Raw Bank. Le même dispositif sera bientôt installé sur la Route de Lufu, à la frontière avec l’Angola, où les équipes de l’Office des Routes procèdent à l’élargissement en attendant l’asphaltage grâce aux  fonds générés par le péage.
Achille KADIMA MULAMBA 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer