Dossier à la UneEcofinJustice

L’IGF à l’EPST: l’objet de la mission détourné?

Seul un jugement, en fin d’un procès pénal, peut déclarer un suspect coupable ou innocent. Auparavant, les juges auront entendu les parties et le parquet, qui doit amener les preuves de la culpabilité. Ce principe de droit est en voie d’être bafoué depuis que Jules Alingete Key, Inspecteur général-chef de service à l’Inspection générale des finances, a dépêché une mission auprès du Cabinet du ministre de l’EPST.

Alors que Jules Alingete est précis quant à l’objet de cette expédition, notamment accompagner le ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et technique dans la mise en œuvre des recommandations des rapports de mission de l’IGF relatifs aux services relevant de ce ministère et s’assurer de la régularité des dossiers des dépenses à effectuer sur les fonds mis à la disposition des services susmentionnés, certaines personnes ont cru déjà bon de faire, avant un quelconque rapport de l’IGF voire une éventuelle condamnation de la Justice, le procès de Carine Kabututu, ancienne conseillère en Communication de l’ancien ministre Willy Bakonga nommée Directrice de la chaine du ministère de l’EPST, Educ TV.

L’objet de la descente de l’IGF à l’EPST a-t-il été déjà détourné? Par qui? Pourquoi? Ces question fusent alors que l’ancienne journaliste de Raga Tv a vu récemment caméras et appareils photos envahir ses bureaux, cherchant à prendre des images d’elle, au motif que la mission de l’IGF déployée à l’EPST serait venue l’auditer particulièrement.

Journaliste de son état, la consœur, sans être auditionnée ni faire l’objet d’une instruction judiciaire, est l’objet des attaques injustifiées dans les réseaux sociaux. Le droit indique pourtant que, tant qu’une personne n’a pas été jugée coupable par un tribunal, elle est «présumée innocente». Présumée, c’est-à-dire supposée. Et même quand une personne est prise sur le fait ou qui a avoué sa culpabilité, la présomption d’innocence doit être maintenue, la personne pouvant revenir sur ses aveux.

Dans un pays où l’état de droit est gage de démocratie, il est important que les gens soient informés sur tout mais pas en bafouant la présomption d’innocence. Il faut s’abstenir d’influencer et l’IGF et la Justice.

Tino MABADA    

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer