Dossier à la UnePolitique

Les probables cartes de félix tshisekedi: Bemba à la Primature ? Mwando au perchoir ?

Au moment où la déchéance du bureau Mabunda attire les phares de l’actualité, les laboratoires du clan Tshisekedi commencent à livrer leurs secrets. En attendant que le FCC se réorganise pour la reconquête du bureau de la chambre basse du Parlement, des sources proches de la Cité de l’Union africaine laissent entendre que Félix Tshisekedi aurait déjà une idée précise des cartes qu’il compte abattre pour consolider son Union sacrée pour la Nation.

À les en croire, le Chef de l’État aurait jeté son dévolu sur Jean-Pierre Bemba pour remplacer Ilunga Ilunkamba. “C’est la condition que le leader du MLC aurait posée au Président de la République, qui l’aurait acceptée. Et en échange, Bemba se serait engagé à donner des ordres clairs à ses troupes pour appuyer la stratégie de Félix Tshisekedi contre le FCC au Parlement. Il n’y a qu’à voir l’implication de Jacques Djoli et Eve Bazaiba dans les récentes initiatives de Jean Marc Kabund pour s’en convaincre”, avancent ces sources.
Ces dernières évoquent en même temps le deal prétendument conclu avec Moïse Katumbi, qui aurait accordé son appui à Tshisekedi contre l’élection de son lieutenant Christian Mwando au perchoir, en remplacement de Jeanine Mabunda.

Originaire du Grand Katanga, Christian Mwando est issu du plus grand groupe de l’Opposition à l’Assemblée nationale, contrôlé par Moïse Katumbi.
Le choix porté sur lui le serait pour mettre en confiance l’ex Katanga, réputé bastion du président honoraire Joseph Kabila, alors que Bemba serait une caution capitale pour l’ouest.

Selon les mêmes sources, les Kivu devraient se contenter non seulement du retour de Modeste Bahati et Antipas Mbuta au gouvernement mais aussi et surtout, de Vital Kamerhe, qui devrait vraisemblablement être relaxé et pourquoi pas retrouver son poste de Directeur de cabinet, au nom de l’Union sacrée.

Pour y arriver, le FCC doit avoir définitivement renoncé à dire son dernier mot. Il faut, au finish, que la requalification de la majorité, préalable à l’aboutissement heureux des calculs de Félix Tshisekedi, obéisse aux textes légaux en vigueur. Mais dans une chambre où les billets verts dictent leur loi, selon les accusations faites dans les deux camps politiques, un coup de théâtre ne saurait être exclu.

Natine K.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer