Dossier à la UnePolitique

L'appel des religieux à la paix et au respect de la vie humaine

La bataille politique gagne la rue, les chefs des Confessions
religieuses interpellent les politiciens pour éviter
des pertes en vies humaines
Le dire changera peut-être quelque chose ou -sûrement- pas, à en juger
par la valeur que les politiques semblent accorder à la vie des
RD-Congolais. Mais il n’empêche! Maintenant que les négociations de la
CENCO entre la Majorité présidentielle et l’Opposition politique ont
échoué, la bataille politique gagne une fois de plus la rue. Voilà qui
ne présage rien de bon, surtout pour le petit peuple, souvent seule
victime de ce drame. Le bras de fer entre le pouvoir et l’Opposition a
déjà coûté la vie à beaucoup de RD-Congolais, trop si l’on considère
la vie, même d’un seul citoyen lambda, comme sacrée. Le sang
versé les 19, 20 et 21 janvier 2015, les 19 et 20 septembre 2016, les
19 et 20 décembre dernier, entre autres, ceux des militants des partis
-Opposition et Majorité-, des policiers, … ou celui de l’écolière tuée
aux alentours du marché Mariano dans la commune de Kalamu pour avoir
bravé le mot d’ordre de la «Journée sans école», devraient interpeller
les consciences de tous. Mais encore plus, celles des leaders
politiques parce qu’«à grand pouvoir incombent de grandes
responsabilités», dit-on. À la veille de grandes manifestations
politiciennes, notamment la journée «Pays-mort» de ce lundi, les
acteurs politiques devraient éviter que l’on revive le spectacle macabre
de la guerre des bilans des morts dans laquelle les uns semblent faire
fi ou banaliser les pertes subies pendant que les autres, parfois, les gonflent
et les brandissent quasiment comme indicateurs de la réussite de la
manif. Une aberration. Ni plus ni moins. Sans doute inspirés et
craignant que leurs fidèles revivent ce genre de situation, les chefs
des Confessions religieuses de la RD-Congo, après avoir échangé avec
différents participants au dialogue du Centre interdiocésain, le
vice-premier ministre MP en charge de l’Intérieur Emmanuel Shadary, Joseph Olenghankoy du
Rassemblement/Kasa-Vubu, Roger Bimwala de la Société civile et l’abbé
Nshole de la CENCO, ont fait une déclaration dans laquelle ils
appellent la classe politicienne à la responsabilité. «Les chefs des
confessions religieuses rappellent à toutes les parties prenantes que
notre devoir à tous est de veiller à ce qu’on ne retombe plus dans
l’insécurité et le chaos. C’est pourquoi, ils les invitent à revenir à de meilleurs sentiments tout en sauvegardant
impérativement la paix sociales et les vies humaines».
Puis: «Les chefs
des Confessions religieuses invitent le Président de la République, en
vertu de son pouvoir constitutionnel de garant de l’unité nationale, à
trouver les voies et moyens afin de mettre ensemble toutes les parties
prenantes -au dialogue- pour la signature de l’Arrangement particulier
qui accompagne la mise en application de l’Accord du 31 décembre
2016». Ci-dessous l’intégralité du message.
Hugo Robert MABIALA
Message des chefs des Confessions religieuses sur la situation
politique et sécuritaire du moment
Les chefs des confessions religieuses de la République démocratique du
Congo se sont réunis en conclave, du mardi 28 au vendredi 31 mars
2017, pour évaluer la situation politique et sécuritaire du pays au
lendemain de la clôture des discussions de la CENCO. A cette occasion,
les leaders religieux ont suivi la restitution des discussions faite
par quelques participants et ont recueilli les points de vue de la
CENCO et des autorités gouvernementales.
A l’issue des travaux du conclave, les chefs des confessions
religieuses rendent public le présent message à l’intention de
l’opinion nationale et internationale:
1. Les chefs des confessions religieuses remercient le Président de la
République, Chef de l’Etat, initiateur du Dialogue politique de la
Cité de l’Union africaine, et toujours en quête d’inclusivité, de
celui de la CENCO sous l’égide des évêques catholiques;
2. Les chefs des confessions religieuses apprécient les efforts de
médiation des évêques de la CENCO en vue de rapprocher le plus grand
nombre de RD-Congolais, en dépit de multiples difficultés rencontrées
et déplorent l’absence de la signature de l’arrangement particulier
qui aurait permis l’application sans heurt de l’Accord du 31 décembre
2016;
3. Les chefs des Confessions religieuses remercient le peuple
RD-congolais pour sa maturité politique et sa patience qui lui
permettent de garder une attitude digne et pacifique pendant cette
période difficile de l’histoire du pays;
4. Les chefs des Confessions religieuses appellent les RD-Congolaises
et RD-Congolais à préserver la paix à tout prix pour mettre le pays à
l’abri des turbulences dont personne ne peut prévoir l’issue;
5. Dans cet ordre d’idées, ils déplorent le climat de quasi guerre qui
prévaut dans l’espace kasaïen et condamnent énergiquement les
massacres des populations civiles et des hommes en uniformes qui se
perpétuent sans état. Ils se disent profondément choqués par
l’assassinat de deux experts des Nations unies et leurs
accompagnateurs Rd-congolais et présentent leurs condoléances les plus
émues à l’Organisation des Nations unies et aux familles des disparus;
6. Les chefs des Confessions religieuses rappellent qu’au-delà du
repositionnement des uns et des autres, la clé pour sortir de la crise
actuelle demeure l’organisation des élections crédibles et apaisées et
s’inquiètent du fait que cette question des élections ne semble plus
constituer la préoccupation principale pour la classe politique;
7. A propos des élections, les chefs des Confessions religieuses
saluent les efforts de la Commission électorale nationale indépendante
-CENI- qui, en dépit des pesanteurs politiciennes, travaillent
visiblement pour l’organisation des scrutins dans les délais
convenables comme en témoigne le niveau atteint dans la révision du
fichier électoral;
8. Les chefs des Confessions religieuses rappellent à toutes les
parties prenantes que notre devoir à tous est de veiller à ce qu’on ne
retombe plus dans l’insécurité t le chaos. C’est pourquoi, ils les
invitent à revenir invitent à des meilleurs sentiments tout en
sauvegardant impérativement la paix sociales et es vies humaines
9. Les chefs des Confessions religieuses invitent le Président de la
République, en vertu de son pouvoir constitutionnel de garant de
l’unité nationale, à trouver les voies et moyens afin de mettre
ensemble toutes les parties prenantes -au dialogue- pour la signature
de l’Arrangement particulier qui accompagne la mise en application de
l’Accord du 31 décembre 2016;
10. Les chefs des Confessions religieuses invitent les acteurs
politiques et sociaux au respect de la constitution de la République
s’agissant notamment de la légalité et de la légitimité des autorités
établies et ce, conformément aux saintes écritures -Romains 13 :1-2/
Sourate 4 :59-;
11. Les chefs des confessions religieuses appellent le gouvernement de
la République à prendre à bras le corps les problèmes sociaux de la
population laquelle s’enfonce, chaque jour et de plus en plus, dans le
désarroi;
12. Les chefs des Confessions religieuses appellent le peuple de Dieu
à la prière, à la pratique du bien et au respect de la vie humaine;
13. Les chefs des Confessions religieuses appellent à l’unité du
peuple RD-Congolais, socle de la concorde nationale;
14. Que Dieu bénisse et élève la Nation RD-Congolaise.
Fait à Kinshasa, le 31 mars 2017
Pour les Confessions religieuses
1.      Le Révérend Milenge Mwenelwata/Eglise du Christ au Congo -ECC
2.      Cheik Ali Mwinyi M’Kuu/Communauté islamique en RD-Congo –COMICO
3.      Révérend Elebe kapalay Delphin/Eglise kimbanguiste
4.      Moseigneur Simon Nzinga Maluka/Union des églises indépendantes du Congo –UEIC
5.      Evêque Ntambwe Mumpempe/Eglise du rével du Congo –ERC
6.      Lieutenant-colonel Gracia Matondo/Armée du Salut
7.      Professeur Théodore Fumunzanza Gimwanga/Elise Orthodoxe

Articles similaires

Fermer
Fermer