Dossier à la Une

L’affaire des fonds détournés de la Campagne agricole fait couler des ministres!


Jean-Chrysostome Vahamwiti, ministre du gouvernement central en charge de l'Agriculture
Jean-Chrysostome Vahamwiti, ministre du gouvernement central en charge de l’Agriculture
Une violente tempête a soufflé à Matadi et a pu emporter le ministre provincial MSR de l’Agriculture du Bas-Congo, Raymond Nsumbu. Ses vents risquent de précipiter un gros bonnet à Kinshasa, au Gouvernement central, le ministre MSR de l’Agriculture et du Développement rural Jean Chrysostome Vahamwiti, présumé impliqué dans le dossier de détournement des dizaines de milliers de dollars destinés à la campagne agricole 2013-2014 au Bas-Congo
Si au Bas-Congo, le Gouverneur Jacques Mbadu a déjà congédié le MSR Raymond Nsumbu, ancien ministre provincial de l’Agriculture, Pêche et Elevage, cerveau moteur de l’opération de détournement de fonds destinés à la Campagne agricole 2013-2014, à Kinshasa des investigations d’AfricaNews établissent que le MSR Jean-Chrysostome Vahamwiti serait, lui aussi, impliqué dans ce scabreux coup. Le ministre de Matata de l’Agriculture est contraint d’élucider à la hiérarchie pourquoi et comment il a ignoré la loi et les procédures administratives, enjambé le gouverneur Mbadu, traité directement avec le ministre provincial déchu et demandé à Patrice Kitebi de virer CDF 82.750.000 dans un compte RawBank/Matadi jadis utilisé par le ministère provincial de l’Agriculture à l’époque Simon Mbatshi Mbatshia. L’affaire doit être prise au sérieux. Qui sait si chaque gouvernement provincial ne compte pas son Raymond Nsumbu? Qui sait si la pieuvre Vahamwiti ne s’est pas installée dans toutes les provinces?
Jacques Mbadu a limogé le 26 octobre 2013 son ancien ministre en charge de l’Agriculture, Pêche, Elevage, Pisciculture et Développement rural, le MSR Raymond Nsumbu Badika Lukau, originaire du territoire de Mbanza-Ngungu. La mesure prise pour «des fautes graves commises dans l’exercice de ses fonctions» par Nsumbu l’est au retour du gouverneur qui a séjourné plus d’un mois durant à Kinshasa dans le cadre des Concertations nationales. AfricaNews est à mesure d’en dire plus à l’issue des investigations menées à Matadi et dans la capitale. Premier vice-président de la Coordination provinciale de la Campagne agricole 2013-2014 pilotée par le gouverneur, mise en place à la faveur du contrat-programme signé en juin 2013 entre le gouvernement de la République via le ministère de l’Agriculture et du Développement rural et le gouvernement provincial du Bas-Congo, Nsumbu a dû profiter de sa double casquette pour mitonner son projet funeste. Alors que le contrat-programme fait obligations au gouvernement provincial entre autres de «mettre en place par voie d’arrêté une coordination provinciale de la campagne agricole qui a pour mission d’assurer la gestion quotidienne du programme de la campagne agricole 2013-2014; élaborer un plan d’action avec chronogramme pour la mise en œuvre du programme provincial de la campagne agricole 2013-2014; sélectionner les prestataires au niveau provincial; mettre en place des mécanismes internes de suivi, de contrôle et d’évaluation; signer des contrat-programmes avec les prestataires pour la mise en œuvre des projets; transmettre mensuellement au gouvernement central le rapport d’exécution physique et financière des projets retenus dans le cadre de la campagne 2013-2014…», Nsumbu a passé outre.
Le scandale des prestataires parallèles
A la liste des prestataires désignés -en Conseil des ministres sur proposition de la coordination provinciale de la campagne agricole- parmi la poignée d’associations censées exercer un magistère moral sur les agriculteurs, représenter le bien commun et donner du résultat comme les confessions religieuses actives dans l’agriculture, le ministre indélicat préfère une liste parallèle. Y prédominent des structures non sélectionnées par le Conseil des ministres dont des propriétés de Nsumbu établies pour la plupart à Mbanza-Ngungu. La liste de prestataires initialement tamisée par le gouvernement provincial a été gardée dans les placards du ministère provincial de l’Agriculture! Les élections locales et provinciales profilent à l’horizon. Pour se faire élire, la campagne agricole est devenue un sésame ouvre-toi! Alors qu’il s’est déjà exposé à ne plus être crédible, Nsumbu fait pire: sans s’en référer au Conseil des ministres, ni à la Coordination provinciale de la campagne agricole, encore moins au gouverneur de province, il minute une correspondance à l’intention du ministre national de l’Agriculture, Jean Chrysostome Vahamwiti, membre du MSR comme lui. «Dans le cadre de la mise en œuvre du programme d’appui à la campagne agricole 2013-2014 dans le Bas-Congo, conformément aux dispositions du contrat-programme signé entre le gouvernement provincial du Bas-Congo et le ministère de l’Agriculture et du Développement rural en date du 19 juin 2013. Et compte tenu de l’urgence; la Province vous transmet la liste des partenaires opérationnels retenus comme Agences Locales d’Exécution devant mettre en œuvre les différents volets dudit programme dont le montant de la première tranche s’élève à 1.500.000 CDF -Francs congolais un milliard cinq cent millions. Ceci pour permettre le démarrage des activités de la saison A», écrit Nsumbu à Vahamwiti le 14 août 2013. Prétendument un des ampliateurs de ce courrier, le gouverneur n’a jamais reçu la copie lui réservée, assure-t-on. «Nsumbu a dû la cacher pour des raisons faciles à deviner», chuchote-t-on encore.
Vahamwiti et le compte 0400542101-48, présomption de complicité
Et la réaction de Vahamwiti renforce cette thèse. Sans tiquer du fait que le ministre provincial engage le Bas-Congo en lieu et place du gouverneur de province, sans se soucier de la forme, il donne son accord pour le mouvement de fonds, laissant s’établir la présomption de complicité avec Nsumbu. Le 16 août 2013, il adresse une correspondance à Kitebi. Concerne: «Transfert première tranche de fonds de campagne agricole 2013-2014 pour la province du Bas-Congo». Il y écrit: «Monsieur le Ministre Délégué, j’ai l’honneur de vous transmettre, en annexe à la présente, la liste de fournisseurs retenus pour la campagne agricole 2013-2014 en Province du Bas-Congo pour la première tranche disponible de CDF 1.500.000 -Francs congolais Un milliard cinq cent millions. Les commandes étant conformes au contrat-programme signé avec la Province du Bas-Congo, je donne mon accord pour le paiement desdits fournisseurs aux coordonnées reprises dans le tableau annexé». Puis, trahissant une mauvaise foi: «Aussi, je sollicite, en faveur de la Coordination provinciale, le virement de l’ordre de CDF 82.750.000 -Francs congolais Quatre-vingt-deux millions sept cent cinquante mille- destinés à couvrir les 3% des frais de gestion ainsi que les frais connexes au compte RawBank/Matadi 0400542101-48 ministère de l’Agriculture Bas-Congo». Nsumbu et Vahamwiti ont tout faux! Le 0400542101-48 est identifié comme un ancien numéro de compte du ministère du Bas-Congo sous Simon Floribert Mbatshi Mbatshia, a-t-on appris dans les couloirs du ministère et confirmé au gouvernement provincial. Les CDF 82.750.000 ont donc pris une autre destination. Nsumbu qui les a fait canaliser dans un ancien compte et ne les a jamais portés à la connaissance ni du gouvernement provincial ni de la coordination provinciale de la campagne agricole afin, a-t-on appris, d’éviter le principe sécuritaire de trois signatures choisi par le Conseil des ministres du Bas-Congo pour actionner les fonds de la campagne agricole et contourner les prescrits de l’article 15 du contrat-programme qui stipule: «Les transferts financiers destinés aux fournisseurs et prestataires se feront directement dans leurs comptes par le ministère des Finances. Les consommations financières de la coordination provinciale de la campagne se feront dans un compte du ministère provincial de l’Agriculture et du Développement rural expressément ouvert à cet effet». Spectaculaire!
Fautes lourdes
Quand le pot-aux-roses est découvert, Nsumbu brandit sans convaincre des affectations -acquisition matériels informatiques et fournitures de bureau, acquisition des matériels roulants, frais de gestion-, toutes opérées à l’insu du gouverneur et de la coordination provinciale. Quand il se sent cuit et rattrapé, il se propose en vain de corrompre le gouverneur! Nsumbu a lourdement fauté. Il s’est rendu coupable de détournement et de tentative de corruption.
Si le Gouv’ a déjà puni cette perfidie en congédiant son désormais ancien ministre de l’Agriculture, remplacé par le député provincial MSR élu de Mbanza-Ngungu Pierre Kabangu, des graves présomptions de complicité pèsent sur Jean-Chrysostome Vahamwiti. Le ministre Matata de l’Agriculture est dans des sales draps. Il est contraint d’élucider à la hiérarchie pourquoi et comment il a ignoré la loi et les procédures administratives, enjambé le gouverneur Mbadu, traité directement avec le ministre provincial déchu et demandé à Patrice Kitebi de virer, outre CDF 1.500.000 constituant la première tranche de la campagne agricole, CDF 82.750.000 dans un compte RawBank/Matadi jadis utilisé par le ministère provincial de l’Agriculture à l’époque de Mbatshi, et qui ont pris une autre destination que les caisses de la coordination provinciale de la campagne agricole au Bas-Congo. Faute de convaincre, il pourrait couler comme son camarade Raymond Nsumbu.
AKM

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer