Dossier à la UneJustice

La Cour constitutionnelle élit son nouveau président ce mardi 21 juin : le juge Dieudonné Kamuleta bien positionné !

Corneille Wasenda, Jean-Pierre Mavungu et Sylvain Lumu annoncés comme outsiders…

À la très stratégique Cour constitutionnelle, les tractations autour de la succession de Dieudonné Kaluba Dibwa ont discrètement débuté. Un jour après la prestation de serment de Dieudonné Mandzia Andia, Christian Bahati Yuma et Sylvain Lumu Mbaya, respectivement venus du Parlement, du Conseil supérieur de la magistrature -CSM- et du Président de la République, des sources recoupées ont rapporté le week-end à «AfricaNews» que la Cour constitutionnelle, qui réaffiche complet, a convoqué une plénière jeudi 16 juin dernier du juge François Bokona, président intérimaire faisant fonction de l’intérimaire Corneille Wasenda.

À l’ordre du jour de cette rencontre: l’organisation de l’élection du nouveau président de cette haute juridiction. Une date a été arrêtée: mardi le 21 juin 2022. Cette élection doit normalement se faire à la majorité absolue, c’est-à-dire par le vote d’au moins cinq juges en faveur de l’un des candidats. Après avoir réussi à remplacer cinq juges depuis son avènement au pouvoir en janvier 2019, le Président de la République, Félix Tshisekedi, a l’avantage de contrôler la machine.

Certains cercles de réflexion abordés le même week-end ont pronostiqué pour le sacre du juge Dieudonné Kamuleta Badibanga, probable candidat unique au remplacement de Kaluba Dibwa, porté aux commandes en avril 2021 et écarté en mai 2022.

Trois outsiders cités

Né en 1964, magistrat de carrière, ancien Conseiller à la Cour de Cassation, juge à la Cour constitutionnelle depuis le 17 juillet 2020, sous Félix Tshisekedi, originaire du Kasaï comme ce dernier, Kamuleta semble bien positionné pour occuper ce poste délicat, sensible, où tout Président de la République, sous les tropiques, aimerait caser un fidèle.

À l’opposé de Kaluba, mangé par les services pour ses fréquentations indignes de ses hautes fonctions à Gombe et Bandalungwa, en plus d’un comportement indélicat dans un dossier géré par l’Inspection générale des finances -IGF- de Jules Alingete, Kamuleta, pasteur dans une église du mouvement de réveil, donc présumé réservé et pas facile à se compromettre, part avec les faveurs des pronostics, à en croire un avocat au barreau de Kinshasa/Gombe très lié aux activités politiques. En dehors de Kamuleta, Corneille Wasenda Nsongoo, Jean-Pierre Mavungu Mvumbi et le nouveau venu Sylvain Lumu Mbaya sont considérés comme des outsiders du scrutin de ce mardi.

Président ad intérim de la Cour constitutionnelle et du Conseil supérieur de la Magistrature depuis le naufrage de Kaluba, Corneille Wasenda est avocat au barreau près la Cour de cassation et le Conseil d’État, ancien député national et juge à la Cour constitutionnelle depuis le 07 juillet 2014. Juge à la Cour constitutionnelle depuis le 31 mars 2015, Jean-Pierre Mavungu est professeur à la Faculté de Droit de l’Université de Kinshasa, ancien ambassadeur et ancien Directeur de cabinet du Président de l’Assemblée nationale.

Membre de la Cour constitutionnelle depuis le 15 juin dernier, Sylvain Lumu, ancien Directeur de cabinet adjoint du président de l’Assemblée nationale Mboso, est avocat au barreau de Kinshasa/Matete et un ancien candidat à la présidence de la Commission électorale nationale indépendante -CENI. Les analystes ont dit ne pas voir comment, sauf grosse surprise, les deux premiers, arrivés à la Cour constitutionnelle sous Kabila, et le tout dernier, avec moins d’une semaine d’expérience dans cette galaxie, feraient pour glaner les voix requises et espérer relever Dieudonné Kaluba.

AKM

Articles similaires

Laisser un commentaire

Fermer
Fermer