ActualitésDossier à la UneNationSondage

Sondage: Ministres actifs, le choix du public

Deux semaines après son investiture par l’Assemblée nationale, le gouvernement Ilunga est très suivi dans ses actions par la population RD-congolaise. Un tout premier sondage, consacré aux premiers pas de différents ministres et réalisé par l’institution Les Points, renseigne que 68% de RD-Congolais croient en la capacité et la volonté du gouvernement de résoudre les problèmes auxquels ils sont confrontés. Seuls 25% se disent peu optimistes contre 7% qui sont sans opinion.

Entre les déclarations, les premières mesures et la volonté de faire, les RD-Congolais ont choisi ce qui compte. Dans ce baromètre, ils ont été invités à désigner les membres du gouvernement qui, selon eux, ont bien entamé leur mandat. Après récolte et analyse des données, il s’est dégagé un tout premier top 10 des ministres du premier gouvernement de l’alternance en RD-Congo dans lequel on retrouve certains noms qui avaient déjà été cités dans différents baromètres menés par notre institution sur les personnalités que les RD-Congolais souhaitaient voir être nommées au gouvernement. Parmi elles, on peut citer Jean-Beaudouin Mayo, Sele Yalaguli, Jean-Lucien Bussa, Molendo Sakombi, Pius Mwabilu,… auxquelles se sont ajoutés les nouveaux venus notamment Nene Nkulu Ilunga, Tunda Ya Kasende, Didier Mazenga, Tumba Nzeza et Pépin Guillaume Manjolo. Ces dix ministres sont considérés comme les plus prometteurs de par leurs premiers actes respectifs. Ainsi, le vice-Premier ministre, ministre du Budget, Jean Baudouin Mayo Mambeke, est arrivé en tête de ce classement avec 65% d’opinions favorables pour avoir notamment déniché et bouché plus de 5000 comptes des agents publics.  Ce qui a le plus marqué la population, c’est son courage et sa détermination à mettre fin au détournement de l’argent public par des mécanismes maffieux mis en place dans son ministère par son -ses- prédécesseur -s. Voir le VPM du Budget agir de la sorte ne peut que réconforter une population RD-congolaise habituée à des bons discours plutôt qu’aux actions concrètes de la part de ses dirigeants surtout lorsqu’il s’agit de la lutte contre le détournement et la corruption.  Classé deuxième, Sele Yalaghuli, ministre des Finances rassure les RD-Congolais. Toujours aussi discret, sa rigueur, son savoir-faire et sa promesse de faire des finances publiques un instrument de développement du pays constituent un motif de satisfaction pour la population. En effet, compte tenu de son parcours et de la compétence dont il a fait preuve dans le traitement de premiers dossiers tombés sur sa table, 60% des RD-Congolais croient entièrement en sa capacité de réussir.

La troisième marche est occupée par le ministre des Affaires foncières, Aimé Sakombi Molendo, avec 58% d’opinions favorables. Les répondants apprécient particulièrement les mesures conservatoires qu’il a prises portant interdiction aux conservateurs des titres immobiliers de traiter des dossiers d’établissement des titres relatifs à la désaffectation et cession des immeubles du domaine privé de l’Etat, les biens sans maître ainsi que l’exécution des arrêtés ministériels portant reprise dans le domaine privé de l’Etat pour déchéance de droit. On note aussi que ces mesures ont été prises à l’issue de ses entretiens avec différents acteurs de son ministère. Puis Mwabilu Mbayu, ministre d’Etat, ministre de l’Urbanisme et habitat convainc 57% de RD-Congolais de par sa volonté et sa détermination à mettre de l’ordre dans son secteur. Les répondants notent que les premiers échanges qu’il a eus avec les acteurs de son secteur vont dans ce sens. Mais, en bon tacticien et au regard du caractère à la fois stratégique et politique de son ministère, il ne fait pas trop de bruits mais préfère travailler dans le sens pour laisser les résultats de son travail parler à sa place. A la cinquième place de ce baromètre se trouve Nene Nkulu Ilunga, ministre d’Etat à l’Emploi, Travail et Prévoyance sociale rassure déjà 56% de RD-Congolais de par la maîtrise de dossiers dont elle fait montre. Ainsi, on signale que ses interlocuteurs sont tous surpris par sa connaissance de dossiers comme si elle avait déjà par le passé occupé ce ministère alors qu’elle en est à sa première expérience. Beaucoup estime que ceci est un gage de réussite.Jean Lucien Bussa Tongba, ministre du Commerce extérieur, figure à la sixième place de ce baromètre avec 55% d’opinions favorables à cause essentiellement de sa mesure interdisant l’exposition des dépouilles mortuaires à la Foire internationale de Kinshasa -FIKIN. Les répondants qui lui favorables soutiennent que cette mesure vise à redorer le blason de cet espace commercial historique et surtout que son retour à la tête de ce ministère est une bonne nouvelle pour le

commerce et le monde des affaires en RD-Congo au regard des impressions qu’il y avait laissées lors de son passage entre 2017 et début 2019. A la septième place, on retrouve le vice-Premier ministre, ministre de la Justice, Tunda Ya Kasende, avec 54% d’opinions favorables. Didier Mazenga, ministre de Transports et Voies de communication figure à la huitième place de ce baromètre essentiellement pour la rapidité avec laquelle il a pris de mesures pour poursuivre les dossiers importants restés laissés par son prédécesseur ainsi que la descente qu’il a effectuée à N’sele à l’endroit où une Baleinière a connu un naufrage mortel. Il est crédité de 53% d’opinions favorables. La ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères, Marie Tumba Nzeza, et le ministre d’État, ministre de la Coopération internationale, Intégration régionale et Francophonie, Pépin Guillaume Manjolo, arrivent, quant à eux, respectivement à la neuvième et à la dixième place de ce baromètre avec 51% d’opinions favorables. A leur actif, les répondants notent principalement la réussite de la première visite officielle du Chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi à Belgique où il a été chaleureusement accueilli tant par les officiels belges que par la Diaspora RD-congolaise. Cette visite de Félix Tshisekedi à terres belges et européennes est considérée comme une grande victoire diplomatique car, elle va permettre de réchauffer les relations bilatérales entre la RD-Congo et son ancienne puissance coloniale.

Les vice-ministres exemplaires

Parmi les figures des vice-ministres qui ont remarquablement marqué leur entrée dans le gouvernement et qui se sont positivement illustrés durant les deux premières semaines, aux côtés de leurs titulaires, se trouve Félix Momat Kitenge, vice-ministre du Budget, classé avec 61,5% des points. Il bénéficie de l’aura et des retombées de l’action de son titulaire, Jean-Baudouin Mayo Mambeke qui en deux semaines est entrain de maîtriser le contour de son portefeuille. Le Professeur Félix Momat Kitenge s’est montré aussi pondéré que flexible et, surtout, il a rassuré pour sa disponibilité à accomplir avec compétence et assiduité les tâches lui confiées par son titulaire. C’est à lui que ce dernier a confié la tâche de cheminer avec l’administration du ministère du Budget. En moins des deux semaines, il a, sur instruction de son titulaire, conduit de nombreuses et importantes réunions avec le secrétaire général du ministère du Budget ainsi que les différentes directions de son administration. C’est ce qui lui ont permis, notamment d’établir un état des lieux complet des missions et des activités des 8 directions qui composent l’administration du ministère du Budget. Sur instruction de VPM Mayo, il a visité le septième niveau du bâtiment Ubangi, toujours pas achevé, dédié au cabinet du vice-Premier ministre, ministre du Budget. Cette visite a donné lieu à une grande réunion qu’il a présidée avec fermeté -en présence du secrétaire général au Budget- avec les attributaires des marchés de réhabilitation dudit immeuble auxquels il a enjoint de lui déposer dans un bref délai leurs cahiers de charges.

Cela en dit long sur la complicité et la confiance qui règne au sein du tandem des deux «M», Mayo-Momat. Le vice-ministre ECT du Budget est le seul vice-ministre à figurer dans cette cotation. Ceci est perçu comme les résultats du travail déjà abattu au Budget, en collaboration avec le VPM Jean-Baudouin Mayo Mambeke. Un exemple à suivra dans d’autres ministères. Au-delà de cette remarquable prestation, les répondants notent à l’actif de ce jeune et dynamique vice-ministre du gouvernement Ilunkamba, la loyauté «non négociable» à son autorité morale du FCC, Joseph Kabila Kabange à qui il doit sa désignation comme membre du gouvernement. Il s’agit donc d’un jeune espoir pour la République qui n’est qu’à ses premières révélations… L’histoire en dira long.

Les vice-ministres des Affaires étrangères et Congolais de l’étranger, Raymond Tchedya 54%, de la Coopération internationale et Régionale, Valéry Mukasa, 52% et la ministre déléguée auprès du ministre des Affaires sociales chargé des Personnes vivant avec handicap et autres personnes vulnérables, Irène Esambo Diata, 51% ferment la manche.

Les Points

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer